OpenData

Facebook Twitter

Une large ouverture des données publiques (open data) pour plus de démocratie en Bretagne. Bretagne— Brest, première dans l'Histoire Vue de l'extérieur, la Bretagne semble une des régions où les données publiques sont les plus ouvertes.

Une large ouverture des données publiques (open data) pour plus de démocratie en Bretagne

Dans l'ordre, c'est Brest, Rennes et Nantes qui ont initié le mouvement, un peu avant Paris, Montpellier et Bordeaux et, souvent, avec plus d'audace. Cela a été souligné, lors de la Semaine du numérique à Brest, [Voir ABP 28135]. Open data. Données publiques ouvertes - Montpellier Territoire Numérique. Présentation opendata poitiers v3. Open Data : 20 questions qui se posent au gouvernement français. Suite aux élections législatives du 17 juin 2012, le gouvernement possède désormais la majorité parlementaire nécessaire à la mise en œuvre de sa politique, notamment en matière d’ouverture des données publiques. Plusieurs éléments semblent propices au développement d’une politique nationale ambitieuse sur le sujet : Jean-Marc Ayrault, désormais Premier Ministre, avait porté et suivi personnellement le dossier Open Data auprès de la ville de Nantes et Nantes Métropole lorsqu’il en était respectivement Maire et Président Arnaud Montebourg, désormais Ministre du Redressement Productif, avait également fait de l’open data un projet phare du département de Saône et Loire sous sa présidence.

La SNCF prend le train de l'open data. Des étudiants créent une appli pour rendre la ville accessible à tous. Anthony Balitrand, Franck Boisgibault, Agathe Demnard et Arnaud Pouppeville sont tous les quatre étudiants à Toulouse.

Des étudiants créent une appli pour rendre la ville accessible à tous

Ils fréquentent IngéSup, l’Iscom, ou encore SupInfo et ont eu l’idée l’été dernier de créer CapStreet, un logiciel destiné à simplifier les déplacements des personnes à mobilité réduite, bientôt disponible sous la forme d’un site Web et d’une application mobile. L’Open Data c’est mon dada ! Avr62012 On en entend beaucoup parler et ça n'a pas pu vous échapper, le terme est à la mode : l'Open Data !

L’Open Data c’est mon dada !

Carte de France de l’Open Data, V4. Nous profitons de ce début d’année 2012 pour publier la mise à jour de la carte contributive des initiatives d’ouverture de données publiques en France.

Carte de France de l’Open Data, V4

La méthodologie évolue La carte des initiatives en matière d’Open Data identifie les projets – en cours ou déjà réalisés – de mise à disposition de données publiques transversales. Elle se base sur la veille de Libertic mais également sur les contributions des internautes, son caractère n’est donc pas exhaustif.Les initiatives françaises ne relevant pas d’initiatives publiques ne sont pas répertoriées.

Doc.openfing.org/RDPU/GuidePratiqueDonneesPubliquesv1beta.pdf. Le film de l’Open Data « Il y a quelques semaines, nous avions mis les internautes à contribution pour co-rédiger le scénario d’un film d’animation expliquant ce qu’est l’ouverture des données.

Le film de l’Open Data «

Objectif: démocratiser l’open data et présenter le concept de manière simple, ludique et accessible. Loin d’offrir une présentation exhaustive, nous avons choisi de simplifier l’approche pour nous adresser au grand public. Financé grâce au soutien de Nantes Métropole, il est diffusé sous licence Art Libre. Extrait de veille Open Data Octobre 2011. Extrait de Veille Open Data Octobre 2011 Etalab Après plusieurs mois de travaux participatifs avec les acteurs de l’open data, Etalab sort sa licence nationale pour les données publiques.

Extrait de veille Open Data Octobre 2011

OpenData & Étalab : La guerre française des licences s’achève ! Tourisme et open data. Le marketing des destinations à l'ère des données ouvertes C’est la fin de l’été et nous allons parler Tourisme.

Tourisme et open data

Pourquoi ? @ Brest - Plouarzel, une commune qui utilise Openstreetmap. La commune de Plouarzel, [1] (3150 habitants) est l’une des premières communes en France à avoir fait le choix d’utiliser une cartographie basée sur "Openstreetmap".

@ Brest - Plouarzel, une commune qui utilise Openstreetmap

Marie Catherine Mouchot, adjointe au Maire en charge de l’urbanisme explique cette démarche et les usages permis par les cartes ouvertes. Voir une carte plus grande La commune de Plouarzel utilise aujourd’hui "Open street map" pour ses cartes d’où est venu ce choix de cartes ouvertes ? Le besoin est venu d’une part, de la nécessité de refaire, à moindre coût, une carte devenue obsolète mais aussi d’avoir un outil informatique cartographique libre. L’absence de services techniques spécialisés dans la commune rend particulièrement intéressant les outils collaboratifs car ils permettent de profiter des compétences et de la disponibilité de toutes les personnes intéressées. L’ouverture des données publiques, et après.

Par Daniel Kaplan le 09/11/10 | 30 commentaires | 7,675 lectures | Impression Tous ceux qui, comme nous dans le cadre du programme Réutilisation des données publiques de la Fondation internet nouvelle génération, s’engagent en faveur de l’ouverture et de la réutilisation des données publiques, en espèrent des résultats féconds en termes de qualité de vie, de cohésion sociale, d’innovation et de croissance.

L’ouverture des données publiques, et après

L’ouverture des données publiques, et après. Libération des données : le tsunami qui vient - Fondapol. Le 24 juin dernier s’est tenue la conférence-débat organisée par l’Agence du patrimoine immatériel de l’État (Apie).

Libération des données : le tsunami qui vient - Fondapol

Deux jours après, avait lieu en Grande Bretagne, la première réunion du Public Sector Transparency Board (conseil pour la transparence des services publics britanniques) institué par le Premier ministre David Cameron. La proximité de ces deux événements confirme la tendance actuelle d’une recherche de rationalisation des activités publiques et d’ouverture vers les usagers. S’agissant de la conférence Apie, dans le cadre de la présentation de son Rapport d’activité 2009, les grands principes ont été réaffirmés, à savoir que l’Etat valorise ses biens et en tire les revenus nécessaires pour améliorer la qualité de ses services.

La politique d’usage des données publiques – portant sur la nature, la forme et le moment selon lesquels ces données seront publiées – sera clairement conduite par le public et les entreprises qui souhaitent les utiliser. Accueil. Circulaire du 26 mai 2011. Réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses. Peu de collectivités se sont à ce jour lancées dans l’open data. Pourtant, la réutilisation des données publiques, qui est un droit depuis 2005, est riche de potentiels pour l’enrichissement des services rendus aux usagers. Mais elle peut bousculer certaines pratiques des administrations. La réutilisation des données culturelles soulève ses propres questions.

Dans le cadre du projet de loi de décentralisation, qui sera présenté au Conseil des ministre le 10 avril 2013, le gouvernement a prévu de rendre obligatoire l’ouverture des données publiques, et leur gratuité, pour les collectivités territoriales et leurs groupements. Lire le premier article. REGARDS SUR LE NUMERIQUE: Blog - « Data.gouv.fr » : la France va se lancer « en version bêta » avant fin 2011 RSLNmag est édité par Microsoft et se consacre à l’analyse et au décryptage du monde numérique.. La France a décidé que les données gouvernementales, qui seront mises à la disposition de potentiels ré-utilisateurs sur le futur site « data.gouv.fr », seront disponibles en accès gratuit, a annoncé ce jeudi Séverin Naudet, à la tête de la mission Etalab chargée de la conception de ce portail. « Ce qui a été décidé par le premier ministre et qui va se mettre en place rapidement, c’est un principe de mise à disposition de données réutilisables gratuitement de la manière la plus large possible », a annoncé Séverin Naudet.« Quand une administration rendra un service supplémentaire allant au-delà de la donnée brute, on peut envisager une redevance, mais [...] encadrée par un décret du premier mnistre, et uniquement comme cela », a-t-il précisé.

La gratuité des données publiques encouragée par data.gouv.fr. Trois mois après la formation de l’équipe en charge de créer le futur portail data.gouv.fr, un décret et une circulaire sortis au Journal Officiel ce matin viennent préciser le cadre dans lequel ÉtaLab et les ministères vont travailler. Coup de frein à la marchandisation des données publiques Le décret 2011-577 risque de ne pas faire plaisir à tous les intermédiaires qui vivent de la revente de données publiques sur le dos du travail des administrations. A partir du 1er juillet 2011, il sera beaucoup plus complexe pour une administration centrale de créer des barrières financières à l’accès à ses données publiques.

Nantes va ouvrir ses données publiques. L’annonce en a été faite par le maire, Jean-Marc Ayrault, lors de l’inauguration récente d’une cantine numérique, la troisième dans l’Hexagone après celles de Rennes et Paris. « Il s’agit là d’une véritable révolution que le service public doit mener pour répondre aux enjeux économiques, sociaux et citoyens actuels », estime-t-il. Cela faisait plusieurs mois qu’une association locale, LiberTIC, alertait les élus sur le sujet, lançant même une pétition en ligne.

Open Data : Etalab dévoile une licence ouverte pour les données publiques. En début d'année, le gouvernement a lancé la mission Etalab afin de préparer la mise en place du futur portail Data.gouv.fr, dont le lancement est programmé pour la fin 2011. Cette plate-forme, qui a vocation à être un vaste réceptacle de données provenance des administrations, doit offrir aux administrés un accès aux données publiques sous un format ouvert, libre et réutilisable dans des services innovants. Dans cette optique, la mission Etalab vient d'annoncer la création d'une licence ouverte destinée à faciliter la réutilisation libre et gratuite des informations recueillies au sein des diverses administrations.