background preloader

Médias environnement Précaution

Facebook Twitter

"Le principe de précaution oblige à exagérer la menace" LE MONDE | | Propos recueillis par Propos recueillis par Cécile Prieur Philosophe du risque, François Ewald est professeur titulaire de la chaire d'assurances du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et directeur de l'Ecole nationale d'assurances.

"Le principe de précaution oblige à exagérer la menace"

Ancien assistant de Michel Foucault au Collège de France, il a fondé l'observatoire du principe de précaution qu'il préside et vient de coordonner un ouvrage collectif "Aux risques d'innover" (éditions Autrement). Une usine chinoise veut lâcher des millions de moustiques dans la nature. Le virus Zika, la dengue, le chikungunya, l'encéphalite japonaise ou la fièvre du Nil, le moustique tue chaque année quelque 725 000 personnes, reléguant le requin mangeur d'hommes au rang de tout petit joueur.

Une usine chinoise veut lâcher des millions de moustiques dans la nature

Et une usine chinoise pense détenir la solution contre ce prédateur. Cette "usine à moustiques" a annoncé lundi qu'elle était prête à lâcher dans la nature 20 millions de moustiques par semaine, rapporte le site Quartz, relayé par Slate. La manoeuvre vise à sélectionner la population et à éradiquer les maladies. Ce projet déjà envisagé au Brésil a été mis au point par une équipe de chercheurs de l'université chinoise Sun Yat-Sen et de l'université américaine du Michigan. Les insectes de laboratoire seront infectées avec la bactérie Wolbachia.

ESB. La crise de la vache folle. Affaire de la vache folle en France: non-lieu général Quatre responsables d'usine d'aliments pour bétail étaient mis en examen dans l'enquête, lancée en 1997, sur l'importation de bovins et de farines animales britanniques et la propagation de l'ESB et la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

La crise de la vache folle

Vache folle: non-lieu requis dans l'enquête Au terme de seize ans d'investigations au pôle santé publique de Paris, le parquet a requis un non-lieu général dans un des plus grands scandales agroalimentaires français, l'affaire de la vache folle. Crise de la vache folle: vers un non-lieu? Après 18 ans d'enquête, le parquet de Paris a requis un non-lieu dans l'affaire de la propagation de la crise de la vache folle, qui a fait deux morts. Le retour des vaches folles En 1998, en France, dix-huit bovins "nés après l'interdiction des farines" (Naif) ont été abattus. Vache folle : alerte à la deuxième contagion Du b? L'énigme des prions. OGM : application du principe de précaution - Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer. Le Gouvernement engage la procédure contradictoire afin de déposer une clause de sauvegarde sur le maïs transgénique OGM MON 810 jusqu’à la réévaluation par les instances européennes de l’autorisation de commercialisation de cet OGM.

OGM : application du principe de précaution - Ministère de l'Environnement, de l'Energie et de la Mer

Le Gouvernement engage la procédure contradictoire afin de déposer une clause de sauvegarde sur le maïs transgénique OGM MON 810 jusqu’à la réévaluation par les instances européennes de l’autorisation de commercialisation de cet OGM. Cette décision est prise en application du principe de précaution. Elle s’appuie sur les conclusions du comité de préfiguration de la Haute autorité sur les OGM, faisant état d’éléments scientifiques nouveaux et la nécessité d’expertises complémentaires sur es effets sanitaires et environnementaux de l’OGM MON 810 à long terme.

Le Gouvernement rappelle que les doutes sur cet OGM, actuellement cultivé en France, ne condamnent pas l’intérêt de cette technologie pour relever les défis alimentaires et environnementaux. Le véritable enjeu des débats sur le principe de précaution. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Nicolas Treich (Toulouse School of Economics, INRA, LERNA) Le principe de précaution est sur la sellette : il pourrait être retiré de la Constitution française.

Le véritable enjeu des débats sur le principe de précaution

Invoqué à tort et à travers dès que l’on parle de risques, il serait pour certains un frein au développement économique. Pourtant, l’enjeu n’est pas la nécessité de le retirer, ou le reformuler. Le principe de précaution a en effet surtout une portée symbolique, et n’est pas opérationnel. Le curieux paradoxe français est que, étant inscrit dans la Constitution, le principe se situe au niveau juridique le plus élevé, alors que nous manquons de dispositions légales assurant une évaluation rigoureuse des décisions publiques de gestion des risques. Grippe A H1N1, vaccinations, bilan, rapport parlementaire, Roselyne Bachelot. En bref - Actualités. Un rapport parlementaire du 13 juillet fait le point sur la manière dont a été "programmée, expliquée et gérée la campagne de vaccination contre la grippe A (H1N1)" dont le coût total s’élèverait à plus de 600 millions d’euros.

Grippe A H1N1, vaccinations, bilan, rapport parlementaire, Roselyne Bachelot. En bref - Actualités

Le rapport note d’abord que, comme pour beaucoup de pays (en dehors de la Suède, du Canada et dans une moindre mesure des États-Unis) seule une très faible partie de la population française a adhéré à la vaccination. La couverture vaccinale, estimée à 5,36 millions de personnes au 1er juin, représente moins de 8,5 % de la population totale. En parallèle, le rapport souligne la perte de près de 3,46 millions de doses de vaccins, alors que les négociations des pouvoirs publics avec les laboratoires pharmaceutiques pour obtenir dans des délais relativement courts les vaccins avaient été particulièrement délicates.