background preloader

Sols - Compost

Facebook Twitter

Compost Jean Pain. Il y a 40 ans, Jean Pain s'installe en Provence calcaire, à Villecroze dans le Var, et se met en tête de cultiver sa terre.

Compost Jean Pain

A force de recherches, d'observations, d'expériences et de lectures, il met au point une méthode pour produire des légumes vigoureux et délicieux sans arrosage ni bêchage. Cela fut rendu possible grâce à l'élaboration d'un compost de broussailles de la forêt l'environnant, le plus diversifié possible. Il va valoriser le travail à perte de l'inévitable débroussaillage contre les feux de forêts, en une solution écologique pour cultiver des pastèques, tomates, aubergines et autres légumes sur un sol pauvre et sans rétention d'eau. Il poussera encore plus loin l'utilisation du compost de broussaille avec la création de biogaz et le chauffage de l'eau. Et parce qu'un bon dessin vaut mieux qu'un long discours, voici la méthode utilisée par Jean Pain : Jean Pain reçut beaucoup de visites et fit parler de lui autant chez les scientifiques que chez les curieux en tout genre.

Techniques de compostage et fertilisation. La mort des sols, Claude et Lydia BOURGUIGNON - une vidéo Expression Libre. Le jardin d'Emilia Hazelip. Les intestins de la terre. PIERRE MASSON Les rythmes lunaires en biodynamie. Compost au jardin. Le compostage en surface ou comment faire foisonner la vie dans votre sol - Si vous avez aimé cet article, pourquoi ne pas en parler autour de vous ?

Le compostage en surface ou comment faire foisonner la vie dans votre sol -

Cliquez sur le bouton Facebook ou Gmail. Vous connaissez déjà le mulching ou le paillage des cultures au potager. Ils permettent de garder l’humidité dans le sol en été. Mais vous pouvez aller plus loin en pratiquant le compostage en surface, toute l’année. Cette pratique un peu déroutante au premier abord, va produire des effets spectaculaires sur votre terre. Une fois que vous l’aurez essayée, vous ne pourrez plus vous en passer. Créer votre jardin autofertile « Potagers d'antan. Étape 1: Faites un plan.

Créer votre jardin autofertile « Potagers d'antan

Saviez-vous qu’il serait possible d’avoir un potager presque sans entretien? Qu’il n’y aurait aucun arrosage manuel, fertilisation chimique ou crainte de voir tous ses fruits ou légumes dévorés par les hordes d’insectes ou détruits par une quelconque maladie ou champignon. Étape 2: Délimitez le terrain En effet, le potager deviendrait un organisme vivant en soi, se régulant seul tout en augmentant sa productivité de manière naturelle. Avec quelques concepts de base empruntés à la permaculture, notamment la proximité d’une source d’eau et une construction de départ appropriée, la production de fruits et de légumes deviendrait une tâche ultra simplifiée. Le Keyhole : une technique potagère innovante. Jardin partagé Nid du 12 – Crédits : Main Verte Qu’est ce qu’un Keyhole ?

Le Keyhole : une technique potagère innovante

Le keyhole, ou jardin en trou de serrure, est un concept d’aménagement originaire d’Afrique. Il vient notamment des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Ces méthodes permettent une importante production de légumes sur des surfaces limitées tout en contrôlant l’arrosage. Son nom vient de sa forme circulaire avec un trou central. L’organisation Send a Cow est a l’origine de ce beau projet de permaculture. Un jardin en trou de serrure. Où mettre le tas de com­post ?

Un jardin en trou de serrure

Trop près de la mai­son, il se­rait en concur­rence avec le po­ta­ger de proxi­mité (ce­lui des herbes et des sa­lades) et il nui­rait à l’esthétique vi­suelle (et par­fois à l’esthétique ol­fac­tive). Trop loin de la mai­son, et on se re­trouve avec des as­ti­cots dans la cui­sine parce qu’on n’a pas eu le cou­rage d’aller vi­der la pou­belle de dé­chets verts au fond du jar­din tous les jours. Chez nous, le tas de com­post a pas mal mi­gré, mais il n’a tou­jours pas trouvé son em­pla­ce­ment idéal.

Der­niè­re­ment, il était à côté du po­ta­ger prin­ci­pal, dans un genre de kiosque de for­tune en bam­bou pour que ça ne fasse pas trop moche. Mais c’était en­core un peu dif­fi­cile d’accès et ça com­mence à être un peu trop plein. La so­lu­tion que je m’apprête à tes­ter nous vient d’Afrique. Les plates-bandes - La fin de la crise. La culture bio-intensive permet d'avoir le maximum de production sur un minimum de surface en qualité bio (sans produit chimique).

Les plates-bandes - La fin de la crise

Ce mode de production permet d'avoir la même quantité de production (et même plus !) Que l'agriculture intensive classique et aussi d'avoir exactement la même qualité de production que le bio artisanale (et non l'agriculture bio "industrielle"). Mais vous constaterez qu'elle demande un gros investissement physique. Préparer une plate-bande en bio-intensif consiste à prévoir pour les plantes :

Ne plus bêcher sa terre mais l'aérer avec une grelinette. Une des choses les plus pénibles au potager, c'est de retourner la terre avec la bêche.

Ne plus bêcher sa terre mais l'aérer avec une grelinette

Dans cet article, je vais vous montrer les inconvénients du bêchage et les avantages de la grelinette, avec en prime deux vidéo où vous pourrez la voir en action. Bêcher, c'est démodé ! La bêche au rancart ! La plupart d'entre nous ont vu leurs parents ou grands-parents se faire suer à bêcher la terre de leur potager. A l'époque, c'était l'usage et il n'y avait pas d'alternative connue.

Parmi tous les inconvénients du bêchage, je citerai ceux-ci : Bêcher est un travail épuisant et qui donne mal au dos.Quand on retourne une pelletée de terre, la végétation qui était au-dessus se retrouve enterrée. En cherchant bien, j'ai trouvé tout de même deux situations où le bêchage peut être utile : Mais ces deux situations ne perdureront pas si vous adoptez les techniques de jardinage naturel. Composter, c'est polluer - Konrad Schreiber. La Revolution Des Sols Vivants.