Le nucléaire post Fukushima

Facebook Twitter

Le point de vue de Jeremy Rifkin. TerreTv est une webTv spécialisée sur les thématiques environnementales et éditée par Science Frontières Production SA.

Le point de vue de Jeremy Rifkin

Elle est née le 15 février 2007, avec le soutien de l’Ademe, du Cnes, du MEEDDAT, de l’IRD, et de l’association Science Frontières. TerreTv est un outil écologique, en cohérence avec le message qu'elle diffuse. Internet ne présente pas les inconvénients de la presse " papier ". TerreTv s'adresse au grand public, grâce à sa démarche de vulgarisation scientifique et de sensibilisation aux questions environnementales. Les étudiants comme leurs professeurs y trouveront en particulier une mine d'informations et de programmes mis à leur disposition.

Nucléaire: la probabilité d'un débat. Benjamin Dessus et Bernard Laponche répondent à Claudine Schwartz et Jacques Treiner.

Nucléaire: la probabilité d'un débat

Enjeu: le risque nucléaire et sa mesure. Dans leur tribune du 22 juin dernier, intitulée «Accident nucléaire: ne pas céder aux faux calculs», Claudine Schwartz et Jacques Treiner s'élèvent avec vigueur contre les propos que nous avons tenus dans Libération du 3 juin, dans un texte intitulé «Accident nucléaire, une certitude statistique». Leur critique porte sur deux plans très différents. Le premier concerne la «probabilité de plus de 100%» d'un accident majeur que nous évoquions dans cet article. Nous reconnaissons volontiers que nous nous sommes grossièrement trompés dans la formulation du calcul statistique et plus encore dans l'utilisation d'une expression aussi ridicule que «probabilité supérieure à 100%».

Le second plan consiste à réfuter plus globalement l'analyse, avec comme argument principal la spécificité du parc nucléaire français et des conditions de son fonctionnement. Bernard Laponche : “Il y a une forte probabilité d'un accident nucléaire majeur en Europe” - Le monde bouge. Physicien nucléaire, polytechnicien, Bernard Laponche est formel : la France est dans l'erreur.

Bernard Laponche : “Il y a une forte probabilité d'un accident nucléaire majeur en Europe” - Le monde bouge

Avec le nucléaire, elle s'obstine à privilégier une énergie non seulement dangereuse mais obsolète. Alors que d'autres solutions existent, grâce auxquelles les Allemands ont déjà commencé leur transition énergétique. Il est des leurs. Nucléaire italien : Non, Non et Non. Démocratie et nucléaire : mobilisation internationale. Les citoyens italiens étaient invités à se prononcer ce week-end, par referendum, sur le retour au nucléaire, la privatisation de l’eau et l’immunité pénale de Silvio Berlusconi.

Démocratie et nucléaire : mobilisation internationale

Les électeurs devaient ainsi se prononcer sur un éventuel retour du nucléaire en Italie, où il avait été abandonné par référendum en 1987, après la catastrophe de Tchernobyl. Cela fait 16 ans que le quorum n’était pas atteint en Italie pour ce type de référendums d’initiative populaire. Une mobilisation massive des citoyens italiens Pour que ces référendums soient valables, un taux de participation (quorum) de 50%, plus une voix, était nécessaire. 57% des électeurs italiens ont participé aux référendums dimanche et lundi.Selon les premières estimations, une écrasante majorité d’Italiens a rejeté l’utilisation de l’énergie nucléaire.

L'ASN se voile la face sur l'audit nucléaire. Ce matin, l’Autorité de Sûreté Nucléaire française (ASN) a présenté le cahier des charges de l’audit de sûreté des installations nucléaires qui sera mis en œuvre à partir du 30 juin 2011.

L'ASN se voile la face sur l'audit nucléaire

Au sortir de cette conférence de presse, le bilan est plus que mitigé : malgré certaines avancées, le cahier des charges exclut tout un pan de la réalité. Les risques d’accidents ou les risques d’origine humaine comme une explosion chimique, un crash d’avion, ou un acte de malveillance, ne sont pas pris compte. La France se met des œillères sur le nucléaire Alors que le gouvernement répète à l’envi que le niveau maximum de sûreté sera recherché, l’ASN se cantonne au cadre minimal fixé par l’Union Européenne : l’analyse des conséquences de phénomènes naturels extrêmes (séismes, inondations…). L’Allemagne, elle, analysera les risques appelés “d’accidents majeurs externes” à la centrale, comme une explosion chimique ou une chute d’avion, et les risques d’origine humaine comme les actes de malveillance.

L'Allemagne fait le choix de la transition énergétique : best-of des réactions françaises. La nouvelle est tombée dans la nuit du dimanche au lundi. le ministre de l’Environnement l’a confirmée : le dernier réacteur allemand sera débranché au plus tard fin 2022.

L'Allemagne fait le choix de la transition énergétique : best-of des réactions françaises

Cette décision de nos voisins a déclenché de nombreuses réactions dans l’hexagone, réactions qui ne font décidément pas honneur à la classe politique française : approximations, erreurs, mauvaise foi, arrogance et une bonne dose d’idéologie, aussi… Prix de la meilleure contre-vérité : “l’Allemagne dépend des importations françaises” : Cet argument revient à de nombreuses reprises, comme nous l’a montré Laurence Parisot, qui, interviewée sur RMC & BFMTV déclarait : “Est-ce que l’Allemagne fait ce choix tout en sachant qu’elle va continuer à importer du nucléaire de France ?”

L’Allemagne est, depuis les années 1990, exportatrice nette de courant électrique en direction de la France. Ce n’est pas Greenpeace qui le dit, mais RTE (Réseau de Transport d ‘Électricité) , dans ses rapports annuels. La source ? Le nucléaire près de chez vous. La carte du nucléaire.