background preloader

Pour mémoire

Facebook Twitter

«Pourquoi ne pas être engagé dans plusieurs amitiés érotiques?» L’amour se vit principalement en couple. Conformisme social ou cadre immémorial de la vie à deux ? Durant un mois, «Libération» explore les liens ombrageux entre amour, érotisme et sexualité. Ce week-end, Marcela Iacub, ou la tentation de l’amour multiple… Libertaire, libérale, diront certains, Marcela Iacub considère l’égalité comme un objectif nécessaire pour l’accomplissement de chacun. Mais cette exigence de liberté individuelle est-elle compatible avec l’institution du couple ? A l’opposé de Claude Habib estimant que l’amour durable ne peut échapper à l’ennui (lire Libération des 2 et 3 août), la directrice de recherches au CNRS, par ailleurs chroniqueuse à Libération, considère que le couple, même mixé à la passion, est un tombeau, particulièrement pour les femmes.

Ce modèle est un désastre, affirme-t-elle, une source de grande instabilité et de divorces, d’exclusion sociale et d’océans de solitudes. L’amour est-il forcément lié au couple ? Le couple est toujours aussi inégalitaire… Pourquoi est-il moins coûteux de payer plus ses employés. Aux États-Unis, la chaîne de distribution Wal-Mart (et son enseigne "low cost" Sam’s Club) est connue pour ses prix bas. Sa stratégie s’appuie notamment sur le versement de salaires peu élevés. Les avantages tels que l’assurance santé sont également réduits à la portion congrue. Costco, une entreprise au positionnement similaire, a opté pour une politique beaucoup plus généreuse vis-à-vis de ses employés. Une étude réalisée par Wayne Cascio montre qu’elle s’avère finalement moins coûteuse que celle de Sam’s Club… Moins payer ses employés : une approche qui semble avantageuse... En 2005, les 67 600 employés de Costco gagnaient 40 % de plus que 110 200 employés de Sam’s Club : le salaire annuel moyen se montait à 35 360 dollars chez Costco contre 21 028 dollars chez Sam’s Club.

Elle était d’ailleurs moyennement appréciée par certains analystes financiers. . … mais qui ne l’est pas forcément À la plus grande fidélité des employés de Costco, il faut ajouter leur plus grande productivité. Comment la propriété intellectuelle a transformé les Jeux olympiques en cauchemar cyberpunk. A première vue, il y a assez peu de rapports entre les Jeux olympiques de Londres et les univers dystopiques du cyberpunk, tel qu’ils ont été imaginés à partir des années 80 dans les romans de William Gibson ou de Bruce Sterling, à partir des premières intuitions de Philip K. Dick ou de John Brunner. A bien y réfléchir cependant, le dopage – dont le spectre rôde sans surprise toujours sur ces jeux 2012 – est déjà un élément qui fait penser au cyberpunk, où les humains cherchent à s’améliorer artificiellement par le biais d’implants bioniques ou l’absorption de substances chimiques.

Mais c’est plutôt à travers la gestion des droits de propriété intellectuelle par le CIO que l’analogie avec le cyberpunk me semble la plus pertinente et à mesure que se dévoile l’arsenal effrayant mis en place pour protéger les copyrights et les marques liés à ces jeux olympiques, on commence à entrevoir jusqu’où pourrait nous entraîner les dérives les plus graves de la propriété intellectuelle. Like this: Les hommes trouvent-ils les femmes plus attirantes quand elles ont l'air abruti? Demandez à un homme hétéro «comment aimez-vous vos femmes?» Et il y a peu de chances qu'il vous réponde «abruties et léthargiques».

Mais, si on en croit les conclusions d'une nouvelle étude, ces caractéristiques –et d'autres laissant entendre que la demoiselle n'est pas particulièrement alerte– sont précisément ce que, au cours de son évolution, le mâle humain a recherché pour ses coups d'un soir. Dans un article qui sera bientôt publié dans la revue Evolution and Human Behavior [Evolution et Comportement humain], Cari Goetz, une étudiante de troisième cycle de l'université du Texas (Austin) a examiné avec ses collègues ce qu'ils appellent «l'hypothèse de l'exploitabilité sexuelle». Cette hypothèse se fonde sur les différences entre les stratégies reproductives masculines et féminines forgées au cours de l'évolution humaine. publicité «L'évaluation de la vulnérabilité immédiate» L'hypothèse est provocante, évidemment, et le choix de vocabulaire n'arrange rien.

Selon quel type d'homme? MONDE • Et si nous redevenions tous égaux ? Pendant des centaines de milliers d’années, les sociétés humaines ont soigneusement évité que quelques-uns n’accaparent les richesses et le pouvoir. Rien ne nous empêche de rétablir les valeurs d’égalité. Quand les Européens sont entrés en contact avec les peuples “primitifs”, ils ont d’abord pensé que le mode de vie de ces derniers était resté le même depuis les longs millénaires de la préhistoire. Cette idée, longtemps jugée naïve, trouve une confirmation dans les résultats d’un vaste travail interdisciplinaire au croisement de l’anthropologie et de l’archéologie. Le travail entrepris par des anthropologues qui ont vécu avec des populations de tous les continents a fourni de larges descriptions détaillées de la vie et des cultures indigènes. Dans le même temps, plusieurs décennies de fouilles ont apporté des informations précises sur ce à quoi ressemblait la vie préhistorique.

Le groupe ne se soumet à aucun chef L’espèce humaine a-t-elle toujours été organisée hiérarchiquement ? Les lectures jouissives. Nous ne serons plus jamais déconnectés… Jenna Wortham (@jennydeluxe) pour le New York Times a commis un de ces papiers faciles sur les vertus de la déconnexion à l'heure d'un monde toujours plus connecté. Alors qu'elle se rendait à la piscine, elle a été invitée à déposer son téléphone et a pu profiter pleinement de sa journée, sans avoir à consulter avec anxiété ses comptes Facebook et Twitter pour regarder ce que ses amis faisaient. La peur de manquer quelque chose (Fomo, pour Fear of Missing Out) que décrivait Caterina Fake, cofondatrice de Flickr, s'évaporait quelques instants.

Notre connexion permanente aux médias sociaux nous rend plus attentifs à ce que l'on rate et vous donne le faux sentiment de participer à ce que font les autres par leur intermédiaire, estime Caterina. Mais ce n'est pas une peur, c'est un plaisir, lui répondait l'entrepreneur Anil Dash en évoquant la joie de manquer quelque chose (Jomo pour Joy of Missing Out). Image : cc Staying Social par Leon Fishman. A quoi sommes-nous vraiment "accros" ? Usages, mésusages. C'est en lisant Paul Ariès (Wikipédia), rédacteur en chef du Sarkophage - notamment La simplicité volontaire contre le mythe de l'abondance -, que j'ai mieux compris les limites qui me chiffonnaient dans la consommation collaborative. Celle-ci nous est souvent présentée sous les atours du partage et du don, alors qu'elle n'en est pas toujours. Le covoiturage et l'autopartage ne sont pas inspirés par une vision altruiste, comme on l'entend trop souvent. Le premier moteur du covoiturage et de l'autopartage n'est pas le partage, mais l'économie.

Ce n'est pas sauver la planète qui motive les covoitureurs et les autopartageurs, mais amoindrir l'impact de la crise sur leurs finances personnelles, comme le soulignait déjà l'étude 2010 de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France (.pdf). Les utilisateurs de ces services sont d'abord à la recherche de revenus complémentaires. La consommation collaborative... c'est encore de la consommation De l'usage au mésusage Hubert Guillaud. Sexe ou performance, quand souffrir est un plaisir. La douleur vécue dans un rapport sexuel est souvent interprétée comme une douleur subie, comme une violence, une humiliation. Elle est jugée et condamnée. Une femme qui souffre est perçue comme une femme violée ; un homme qui accepte de se faire dominer est un homme qui renonce à sa virilité. Revendiquer le plaisir à souffrir c’est avouer, aux yeux de beaucoup, que l’on ne se respecte pas.

J’avais eu l’occasion lors d’une émission de Frédéric Taddei (Ce soir… ou jamais !) De répondre aux attaques d’un jeune philosophe qui accusait le porno avec véhémence, dénonçant l’image dégradante que celui-ci pouvait donner des femmes. J’avais répondu en lui souriant qu’il y avait une réelle jouissance à jouer les objets sexuels. Vivre le plaisir en remettant son corps entre les mains d’un autre est un jeu qui, s’il peut s’avérer dangereux, peut aussi s’avérer dangereusement… délicieux. Je vous pose la question: pourquoi la douleur dans la sexualité est-elle à ce point jugée ?

La douleur noble 1. 2. How Apple and Amazon Security Flaws Led to My Epic Hacking | Gadget Lab. In the space of one hour, my entire digital life was destroyed. First my Google account was taken over, then deleted. Next my Twitter account was compromised, and used as a platform to broadcast racist and homophobic messages. And worst of all, my AppleID account was broken into, and my hackers used it to remotely erase all of the data on my iPhone, iPad, and MacBook. In many ways, this was all my fault.

Had I been regularly backing up the data on my MacBook, I wouldn’t have had to worry about losing more than a year’s worth of photos, covering the entire lifespan of my daughter, or documents and e-mails that I had stored in no other location. Those security lapses are my fault, and I deeply, deeply regret them. But what happened to me exposes vital security flaws in several customer service systems, most notably Apple’s and Amazon’s. This isn’t just my problem. ‬ Moreover, if your computers aren’t already cloud-connected devices, they will be soon. It then rebooted to the setup screen.

How To Be More Interesting (In 10 Simple Steps) « Pour une contre-culture du management » XEnvoyer cet article par e-mail « Pour une contre-culture du management » Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Classez le dans vos favoris en cliquant sur l’étoile. Vous pourrez le lire ultérieurement (ordinateur, tablette, mobile) en cliquant sur « votre compte » Fermer Management Pour le sociologue Christian Morel, éviter les décisions absurdes qui menacent les grandes organisations est possible. Docteur en sciences politiques, ce sociologue traque les erreurs de décision aux conséquences dévastatrices et se penche avec une passion d’entomologiste sur les grandes catastrophes ou accidents.

Dont il renouvelle quelques credos qui font la part si belle à l’autorité hiérarchique. Bref, le dessein est gigantesque : il s’agit ni plus ni moins d’élever singulièrement le niveau de fiabilité d’une société menacée de tant de risques. “Le plan d’envol d’un porte-avions est un lieu d’une très grande complexité technologique qui, du fait de la situation, présente énormément de risques. Why programmers work at night. [This essay has been expanded into a book, you should read it, here] Image via Wikipedia A popular saying goes that Programmers are machines that turn caffeine into code. And sure enough, ask a random programmer when they do their best work and there’s a high chance they will admit to a lot of late nights.

Some earlier, some later. A popular trend is to get up at 4am and get some work done before the day’s craziness begins. At the gist of all this is avoiding distractions. I think it boils down to three things: the maker’s schedule, the sleepy brain and bright computer screens. The maker’s schedule Paul Graham wrote about the maker’s schedule in 2009 – basically that there are two types of schedules in this world (primarily?). On the other hand you have something PG calls the maker’s schedule – a schedule for those of us who produce stuff. This is why programmers are so annoyed when you distract them. The sleepy brain But even programmers should be sleeping at night. Bright computer screens. Casse-pieds et mieux payés. Les chieurs et les insupportables sont mieux payés que les autres. Vous avez cru le constater au boulot ; aujourd’hui, la recherche en apporte les preuves. Pour démontrer cette conjecture, trois universitaires américains ont mené quatre études aux méthodologies différentes, sur des échantillons de plusieurs centaines de personnes.

Le compte rendu de leurs travaux occupe presque 70 pages dans un numéro à paraître du Journal of Personality and Social Psychology (1). Si la prose est absconse, les conclusions sont claires. Un : être agréable, aimable, courtois, prévenant, altruiste est, pour un homme, désavantageux en terme de rémunération. Deux : pour une femme, cela n’a pratiquement aucun effet (lire ci-contre). Trois : un homme, qu’il soit agréable ou désagréable, a de bonnes chances d’être mieux payé qu’une femme, qu’elle soit agréable ou qu’elle ne le soit pas. Arbitrage. Tests. Cette pénalisation des types sympas étant scientifiquement constatée, que fait-on maintenant ? Petite Poucette, la génération mutante.

Michel Serres, diplômé de l’Ecole navale et de Normale Sup, a visité le monde avant de l’expliquer à des générations d’étudiants. Historien des sciences et agrégé de philosophie, ancien compagnon de Michel Foucault, avec qui il a créé le Centre universitaire expérimental de Vincennes en 1968, il a suivi René Girard aux Etats-Unis, où il enseigne toujours, à plus de 80 ans. Ce prof baroudeur, académicien pas tout à fait comme les autres, scrute les transformations du monde et des hommes de son œil bleu et bienveillant.

Son sujet de prédilection : la jeune génération, qui grandit dans un monde bouleversé, en proie à des changements comparables à ceux de la fin de l’Antiquité. La planète change, ils changent aussi, ont tout à réinventer. «Soyons indulgents avec eux, ce sont des mutants», implore Michel Serres, par ailleurs sévère sur sa génération et la suivante, qui laisseront les sociétés occidentales en friche. Vous annoncez qu’un «nouvel humain» est né. Pascale Nivelle. Jeremy Gilley: One day of peace. Les cinq plus grands regrets des gens avant de mourir. En s'occupant pendant plusieurs années de patients dans les dernières semaines de leur vie, une infirmière australienne a recueilli leurs derniers mots, voeux et souhaits, rapporte The Guardian.

Dans son livre The top five regrets of the dying (les cinq plus grand regrets des mourants) paru à la fin de l'été 2011, Bronnie Ware s'intéresse plus particulièrement à la «clarté de vision que les gens atteignent à la fin de leur vie, et à la façon dont nous pourrions apprendre de cette sagesse». Elle explique que les réponses de ses patients sur leurs regrets ou des choses qu'ils auraient aimé faire de manière différente se recoupaient, sur «des thèmes communs qui revenaient constamment».

Voici les cinq plus grands regrets des patients dont elle s'est occupée: 1. «J'aurais aimé avoir le courage de vivre comme je voulais, et pas de vivre la vie qu'on attendait de moi» C'est, d'après Bronnie Ware, le regret le plus partagé. 2. Le regret des patients masculins de l'infirmière. 3. 4. 5. Je veux que ma fille soit un hacker. Voici la traduction d'un texte écrit par un papa. Il a suscité de nombreux commentaires dont celui-ci : « je ne vous connais pas, mais vous devez être le meilleur père qui soit. » On vous laisse juge :) Commençons par définir ce que j’entends par le terme « hacker ».

Il y a tellement de peurs, d’incertitudes et de doutes autour de ce terme. De grandes institutions de contrôle veulent que vous ayez peur des hackers, veulent que vous pensiez que l’état d’esprit des hackers est dangereux. Cette vision ne peut pas être plus éloignée de la réalité. Les hackers sont simplement des individus capables qui veulent comprendre les choses pour eux-même. Le terme hacker étant maintenant proprement défini, venons-en au sujet, pourquoi je veux que ma fille soit un hackers Les hackers évitent ce que j’appelle « le piège de la connaissance » – notre système éducatif consiste principalement à enseigner quoi penser, non pas comment penser. Image Flickr CC Vedia. Jeu vidéo : la flippante prédiction d’une partie vieille de dix ans. High-Tech : Génération moi.com : Internet rend-ilmégalo ? Revenu garanti, « la première vision positive du XXIe siècle »

Les nouvelles du Gyalwang Drukpa. [Video Tutorial] Noob Proof Everything Desire Guide UPDATED [04/04/11][Video Tut] Comment ruiner un pays en 10 étapes. FRANCE • Un système schizophrène, un peuple fatigué. LA LETTRE D'UNE DAME DE 86 ANS À SA BANQUE. Protégez votre vie privée : noyez le poisson ! Top 100 Science-Fiction, Fantasy Books. Nouvelle question d'identité. Maître Eolas - Google+ - Portrait d'un tueur Il s'appelle Ratón, ce qui veut dire…

Je suis jaloux des femmes… Collusion, pour visualiser comment nous sommes tracés en ligne. Steve Kloves, l'autre créateur d'Harry Potter. Le bonheur, c'est de pouvoir te quitter. Quand le web tue la frustration. Productivité: trop chers humains. Le chatalogue enfin disponible. What does it feel like to have schizophrenia. Nous, les robots - Carnets de La Grange. L'alcool nous aide à apprendre. Moi, Philippe Caubère, acteur, féministe, marié et «client de prostituées» International : Pour dénoncer le Nobel, Pékin crée son propre prix de la paix. La Chine va décerner un prix concurrent du Nobel de la paix. Nous avons découvert l’ennemi, et c’est… la prévision. Définition de Troll.