background preloader

Patrick Buisson

Facebook Twitter

Patrick Buisson, un gourou près de ses sous. Patrick Buisson « l’intellectuel maurrassien », Patrick Buisson « l’hémisphère droit », « l’oracle » même, de Nicolas Sarkozy.

Patrick Buisson, un gourou près de ses sous

C’est ainsi que les médias dépeignent, à longueur d’article — parfois jusqu’au cliché — l’influent conseiller de l’ancien chef de l’Etat. Si ces portraits en copier-coller sont peut-être vrais, ils ont un tort : ce Buisson-là masque la forêt où vit un autre Buisson (*). Un homme qui, d’après les propres mots de son fils, entretient « un rapport obsessionnel à l’argent, tout en affichant un mépris apparent » pour la chose. Un homme qui, pour assouvir ce penchant — et réduire au minimum ses impôts —, imbrique dans de savants montages ses deux SARL et ses deux Sociétés civiles immobilières (SCI).

Un homme qui, enfin, n’hésite pas à entrainer dans ses affaires – et leurs conséquences judiciaires – ses amis et sa famille. Mais Publifact ne verse alors étrangement aucun salaire à Patrick Buisson. 2009, l’années des dividendes perdus ? Patrick Buisson invente le plagiat par interview. C'est une variante inédite du plagiat, qui n'a peut-être pas de précédent: le plagiat par... interview !

Patrick Buisson invente le plagiat par interview

Le "coupable" n'est autre que Patrick Buisson, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Dans un long et dense entretien de quatre pages publié ce samedi matin par Le Figaro Magazine sous le titre "L'Etat nous impose une religion séculière", Patrick Buisson emprunte en effet mot pour mot un certain nombre de passages au Vrai génie du christianisme (Editions Jean-Cyrille Godefroy), un ouvrage publié en septembre 2012 et signé Jean-Louis Harouel, professeur de droit à l'Université de Paris II. C'est ce dernier qui, en découvrant l'interview, a sursauté. Petit échantillon. Chez Harouel, page 187: "Quand l'homme cesse d'être un être de religion, son potentiel de religiosité est destiné à demeurer. Patrick Buisson, l'hémisphère droit de Sarkozy. Patrick Buisson - L'oracle de Nicolas Sarkozy, actualité Politique. Patrick Buisson : le stratège de l'ombre. Article paru dans "Le Nouvel Observateur" du 20 novembre 2008.

Patrick Buisson : le stratège de l'ombre

C'était le 24 septembre 2007, dans les salons de l'Elysée. Ce jour-là, le président de la République en personne remet la Légion d'honneur à Patrick Buisson. "Un journaliste de conviction, ce qui est rare; un journaliste de grande culture, ce qui est très rare. " Compliments de circonstance. Et puis Sarkozy laisse tomber son texte et improvise. Quelle revanche pour cet ex-paria, ancien de "Minute", si souvent qualifié de "sulfureux"! Sulfureux ? Bien plus tard, il écrira avec Pascal Gauchon, leader du Parti des Forces nouvelles, un livre intitulé "OAS, histoire de la résistance française en Algérie".

Première rencontre avec Le Pen à 21 ans C'est aussi à Nanterre qu'il fait la connaissance de celui qui reste son maître, sa référence : l'historien Raoul Girardet, spécialiste du nationalisme, qu'il conviera, quarante ans plus tard, à sa remise de Légion d'honneur. Proche de Villiers Pujadas le surnomme "The Brain" Sa mission ? Courtisée par Patrick Buisson et Philippe de Villiers, Marion Maréchal-Le Pen...

Malgré les déclarations enflammées des tenants de la droite "hors les murs", Marion Maréchal-Le Pen ne se laisse pas si facilement amadouer par Patrick Buisson ou Philippe de Villiers.

Courtisée par Patrick Buisson et Philippe de Villiers, Marion Maréchal-Le Pen...

De sa rencontre informelle avec le premier, révélée dans L'Express du 18 novembre, elle a retenu certes les compliments, mais aussi le long monologue de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Quant à Philippe de Villiers, qui, sur Radio Courtoisie le 29 novembre, se disait prêt à voter pour elle, la députée n'a toujours pas trouvé de date pour un rendez-vous - que l'entourage de l'ancien ministre prévoyait avant la mi-décembre. Patrick Buisson, le fantôme des Républicains. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Ariane Chemin A chaque fois que la droite flambe, son ombre danse entre les flammes.

Patrick Buisson, le fantôme des Républicains

Dimanche 13 décembre, comme en février 2016 lors du futur débat sur la « ligne » du parti, il sera de nouveau au cœur des conversations. Sa silhouette hante les Républicains, mais il est interdit de le nommer. On désigne avec précaution son fantôme par des périphrases : « Droite décomplexée », « droite bien à droite »… Même le 8 décembre, lorsque Nicolas Sarkozy fait sonner les trompettes de l’histoire, il gomme jusqu’à l’existence de son inspirateur d’hier. « J’ai été le premier à parler des racines chrétiennes de la France », a lâché l’ex-président en Charente-Maritime, sans un mot pour celui qui, dès 2007, l’avait envoyé en pèlerinage, du Mont-Saint-Michel au Puy-en-Velay.