background preloader

IA

Facebook Twitter

Watson, l’intelligence artificielle d’IBM, apprend le français. IBM travaille actuellement à adapter sa plateforme d'intelligence artificielle Watson à la langue française. Un projet financé par une banque de l'Hexagone à hauteur de plusieurs millions d'euros et qui devrait aboutir dans le courant de l'année prochaine. C'est une chose de traduire une langue. C'en est une autre de raisonner avec. Ce constat, IBM est en train de le faire avec Watson, son système d'intelligence artificielle. L'entreprise américaine cherche en effet à le franciser afin qu'il puisse trouver des débouchés dans l'Hexagone. Le secteur bancaire se montre très intéressé par Watson, à en croire Nicolas Sekkaki, qui évoque des contrats s'élevant à quelques dizaines de millions d'euros. Signe de l'intérêt des établissements bancaires pour Watson, Le Mag IT note que cette adaptation cognitive à la langue de Molière est financée « par une grande banque » dont le nom est resté secret.

Intelligence artificielle : le robot Nao est désormais capable d'apprendre et d'enseigner. Nao, le petit robot expérimental vient de franchir un pas décisif dans l'histoire de l'intelligence artificielle. Il est maintenant capable d'apprendre, mais aussi d'enseigner ce qu'il a appris. Dans ce laboratoire, cet ingénieur lui enseigne à réparer une carte électronique en anglais.

Après avoir mémorisé ce qu'il vient d'apprendre, le robot reproduit, et ce même quelques jours après. Pour réaliser cet exploit, les chercheurs se sont directement inspirés du cerveau humain. Mémoriser des phrases et des successions d'images, c'est la mémoire autobiographique. Ce fonctionnement du cerveau humain est reproduit sous forme de programme informatique dans le cerveau électronique de ce robot de recherche. Avec cet embryon de conscience, le robot a réussi l'incroyable : il pense. Le JT. Grâce à « Minecraft », Microsoft veut « amener l’intelligence artificielle au niveau de l’humain » La firme de Redmond lancera à partir de juillet un programme pour permettre aux joueurs d’accompagner les progrès d’une IA dans le jeu. A partir du mois de juillet, ingénieurs, programmeurs et technophiles pourront évaluer et améliorer le comportement d’une intelligence artificielle dans le jeu de construction Minecraft, a annoncé Microsoft dans la nuit du 13 au 14 mars sur son blog officiel.

Le jeu, racheté en 2014 par la compagnie, a été spécifiquement choisi pour « ses possibilités infinies, de tâches simples comme explorer les alentours à la recherche de trésors à des tâches complexes comme construire des structures avec un groupe d’équipiers ». Ce projet s’appuie sur AIX, un programme open source (code source ouvert) tournant sous PC, Mac et Linux et qui utilise le célèbre jeu du studio suédois Mojang pour tester la capacité d’une intelligence artificielle à se débrouiller et développer ses capacités dans un monde virtuel ouvert.

Programmée pour apprendre. L’intelligence artificielle sans alternative. « Ce que le moteur à vapeur a fait pour nos muscles, l’intelligence artificielle va le faire pour nos cerveaux », prédit Hannes Gassert en introduisant la session des conférences Lift consacrée à ce sujet. L’intelligence artificielle n’est plus un sujet de prospective. C’est un sujet d’aujourd’hui. Elle est déjà là. Nous l’utilisons déjà tous les jours, comme nous utilisons Facebook tous les jours. Demain, l’intelligence artificielle dans nos conversations Ca tombe bien. Image : Alexandre Lebrun sur la scène de Lift, photographié par Ivo Naepflin. Les premiers agents virtuels, comme ceux de VirtuOz, étaient limités à orienter les utilisateurs sur les sites web des entreprises notamment pour les aider à trouver les services qu’ils recherchaient.

On ne sait pas trop non plus ce que signifie l’intelligence artificielle, souligne Alexandre Lebrun. L’ordinateur apprend lui-même. La compréhension naturelle du langage est plus compliquée. L’intelligence artificielle, elle, est déjà là. Composing Music With Recurrent Neural Networks · hexahedria. (Update: A paper based on this work has been accepted at EvoMusArt 2017! See here for more details.) It’s hard not to be blown away by the surprising power of neural networks these days. With enough training, so called “deep neural networks”, with many nodes and hidden layers, can do impressively well on modeling and predicting all kinds of data. (If you don’t know what I’m talking about, I recommend reading about recurrent character-level language models, Google Deep Dream, and neural Turing machines.

Very cool stuff!) Now seems like as good a time as ever to experiment with what a neural network can do. For a while now, I’ve been floating around vague ideas about writing a program to compose music. Here’s a taste of things to come: But first, some background about neural networks, and RNNs in particular. Feedforward Neural Networks: A sigmoid function. We can visualize this node by drawing its inputs and single output as arrows, and denoting the weighted sum and activation by a circle: IA Archives. Les robots intelligents vont nous voler notre travail, mais pas tout de suite. «Bienvenus, maîtres robots. S’il vous plaît, ne nous virez pas.» C’est ainsi que le journaliste américain Kevin Drum envisage le futur proche, dans un article publié par Mother Jones: selon lui, en 2025, l’homme aura été dépassé par la «vraie» intelligence artificielle. Drum applique tout simplement les lois de Moore, selon lesquelles l’évolution exponentielle de la puissance des ordinateurs sera bientôt à l’origine de robots capables de penser et d’agir plus vite et mieux que ceux qui les auront créés.

«Pendant les premières 70 années, on ne se rend compte de rien, même si nous multiplions notre progrès par deux tous les 18 mois, explique-t-il. Nous serions donc dans la dernière ligne droite avant la domination du monde du travail par les ordinateurs. L’intelligence artificielle a déjà remplacé les humains à certains égards —il suffit de voir les voitures qui s’auto-conduisent pour s’en rendre compte. «Pas si vite. On ne peut pas contrôler une intelligence artificielle. Les robots deviennent chaque jour plus précis et plus agiles, et les robots du futur le seront d'autant plus, comme ce robot nommé Frida (Friendly robot for industrial dual-arm assembly, robot sympa pour de l'assemblage industriel à deux bras), souligne Singularity Hub. Les développements en termes d'intelligence artificielle les rendent capables d'évoluer et de s'entraider, rappelle Wired. Les «Trois lois de la robotique», qu'Isaac Asimov avait édicté en 1942, sont-elles devenues un mythe?

C'est l'avis d'Aaron Saenz, de Singularity Hub. La première loi («un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger») est selon lui caduque. La seconde loi («un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi»)? «Nous ne voulons pas que les robots obéissent à n'importe qui, nous voulons qu'ils obéissent à leur propriétaire. Un robot capable d'opérer sans assistance humaine. Ce n'est pas une scène de film de science fiction. La vidéo montrant un robot en train de réaliser une opération chirurgicale sans l'assistance d'un médecin ou d'un être humain, est bien réelle. Il s'agit d'une expérience réalisée par des chercheurs de l'Université américaine de Duke. Selon le site de cette université américaine, les bioingénieurs ont créé un robot capable de localiser seul une lésion sur des simulations d'organes humains, de guider un dispositif de prélèvement vers la lésion et de prendre de multiples échantillons durant une seule session.

Le tout sans l'assistance d'un médecin. Les chercheurs espèrent que ces expériences pourront permettre un jour aux robots de procéder à des opérations chirurgicales simples de manière autonome. Liang Kaichen, un ancien étudiant du laboratoire du professeur Stephen Smith, relate l'expérience: Fastcompany.com rapporte que le robot surnommé Biopsy fonctionne grace à de l'imagerie en 3D et à la technologie à ultrasons pour ses mouvements. Intelligence artificielle : progrès ou danger ? L’article du jour est une tribune libre proposée par Claire Hy Outin.

Ce billet a pour objet l’intelligence artificielle. Si cette discipline n’est pas nouvelle, elle connaît cependant un renouveau, qui n’est pas sans susciter quelques peurs ici et là. Un phénomène qui, somme toute, n’est pas nouveau. Dans Player Piano, Kurt Vonnegut, le célèbre auteur américain de fausse science fiction (mais de vrais romans philosophiques) qui est maintenant bien connu de nos lecteurs pour avoir été cité plusieurs fois dans ces pages, avait ouvert le bal des oiseaux de mauvais augure en décrivant un monde apocalyptique, où les humains sont dévalorisés car ils ont perdu leur travail au profit des machines, désormais capables d’effectuer les tâches qui leur étaient autrefois réservées.

La dystopie de l’auteur américain date de 1952 et n’est sans doute pas la première tentative d’avertir l’homme des dangers générés par ses propres créations. Voici donc l’analyse de Claire, bonne lecture et bon week-end. Plus de la moitié des emplois seraient menacés par l'intelligence artificielle. C’est la dernière en date des prédictions alarmistes sur l’impact du progrès technologique sur le travail humain: selon Moshe Vardi, directeur de l’Institute for Information Technology de l’université Rice, au Texas, plus de la moitié de la population mondiale pourrait être mise au chômage par l’automatisation des tâches, la robotisation et les avancées de l’intelligence artificielle. «Nous nous approchons du moment où les machines seront capables de surpasser les humains dans presque toutes les activités», a-t-il déclaré devant une association scientifique, l’American Association for the Advancement of Science (AAAS), relate le Guardian.

Remplacement Martin Ford, auteur de Rise of the Robots, explique que les emplois de bureau ne sont à ce titre pas à l’abri d’être remplacés par des logiciels, qui apprennent à tout faire y compris à écrire des articles de presse. A peine lancée, une intelligence artificielle de Microsoft dérape sur Twitter. L’entreprise américaine a lancé Tay, un « chatbot » censé discuter avec des adolescents sur les réseaux sociaux. Mais des propos racistes se sont glissés dans ces échanges.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual 96 000 tweets envoyés en 8 heures : aucun utilisateur de Twitter n’est capable d’une telle prouesse… du moins chez les humains. Tay, elle, est une utilisatrice à part : il s’agit d’une intelligence artificielle développée par Microsoft, capable de participer à des conversations sur des réseaux sociaux et des applications de messagerie comme Twitter, Snapchat, Kik ou encore GroupMe. Ce « chatbot » (robot conversationnel), lancé mercredi 23 mars, « vise les Américains de 18 à 24 ans », explique Microsoft sur le site qui lui est consacré. C’est pourquoi ce programme, qui a pris les traits d’une adolescente, n’est pas avare en emojis, abréviations, smileys, mèmes et autres gifs. Les internautes testent ses limites - « Est-ce que tu crois que l’holocauste a eu lieu ?

Une intelligence artificielle peut-elle devenir présidente des Etats-Unis ? Une campagne en ligne, Watson 2016, vante les mérites d’une intelligence artificielle à la Maison blanche. Une manière de critiquer le système politique actuel. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Il ressemble à tous les autres sites des candidats à la présidentielle américaine.

Un drapeau étoilé flotte au vent, le design est soigné, agrémenté de vidéos, le propos est clair, argumenté, direct. A la différence près que ce candidat-là n’est pas humain : il s’agit de Watson, le programme d’intelligence artificielle phare d’IBM, l’un des plus avancés au monde. « Nous pensons que les capacités uniques de Watson pour analyser l’information, et prendre des décisions éclairées et transparentes, en font un candidat idéal pour le poste à responsabilités que représente celui de président », peut-on lire sur le site de la campagne Watson 2016.

. « Plus Watson intègre d’informations, plus ses capacités de prise de décision sont efficaces. . « Frustration et désillusion » D’où vient ce site ? Vidéo > Exiii Hackberry : une main bionique open source imprimée en 3D. Sophia, le robot qui veut « détruire l’humanité » Sophia est devenue une vedette depuis qu'Hanson Robotics l'a présentée à la conférence SXSW.

D'un réalisme jamais atteint, ce robot humanoïde reproduit une soixantaine d'expressions et, par reconnaissance faciale et vocale, elle peut tenir une conversation. Ses réponses sont tantôt étonnantes, tantôt glaçantes... Aurions-nous plus d'empathie pour des robots façonnés à notre image ? Ce débat court depuis de longues années dans le milieu de la robotique. Le visage de Sophia reproduit les mouvements de 64 muscles faciaux, des yeux et du cou afin d'imiter une large gamme d'émotions humaines. Derrière les yeux de Sophia se cachent des caméras grâce auxquelles elle regarde ses interlocuteurs et sait même les reconnaître. L'objectif de cette société fondée en 2003 est de commercialiser ces humanoïdes, dans un premier temps auprès des parcs d'attraction, avant de se tourner vers des applications plus spécifiques dans les domaines de la santé, de l'éducation et du service client. Discovery Education's Puzzlemaker: Create your own cross word puzzles!

Pas de son : "Aucun périphérique de sortie audio n'est installé" Bonjour à tous,J'ai récemment voulu mettre à jour le pilote HD Audio d'un Fujitsu vieux de 3 ans que je possède (config ici : lien)Malheureusement j'ai découvert l'horreur du "Aucun périphérique de sortie audio n'est installé" juste au redémarrage. J'ai recherché évidemment des solutions sur différents forums et essayés plusieurs manips sans résultats. (Ces manips étant principalement de la désactivation/désinstallation de pilotes) Je vous montre ici toutes les données qui me semblent utiles pour résoudre ce problème : Sachez aussi que je ne dispose pas de point de restauration.Merci d'avance de m'aider à résoudre ce problème.EDIT : Il me semble que le problème vient d'une installation d'un mauvais pilote à la base car cette config n'a pas de carte Realtek et c'est un pilote de cette marque qui a été installé au début du problème.