background preloader

Observatoire Enquêtes

Facebook Twitter

Éducation à l'image

Alphabétiser les jeunes au Web : une nécessité pour l’école d’aujourd’hui. Apprendre à l’ère numérique | Jeff Tavernier. Constante macabre. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. André Antibi considère que la constante macabre est à l'origine de nombreux échecs scolaires. La constante macabre est un phénomène qui serait observé lors de la notation d'examens, par lequel la proportion de mauvaises notes serait similaire quel que soit le sujet de l'examen et quel que soit le correcteur, indépendamment de la qualité véritable des réponses données par ceux qui passent l’examen.

Le terme a été créé en 1988 par André Antibi[1], chercheur en didactique, qui a publié en 2003 un livre sur le sujet[2]. « Par “Constante macabre”, j'entends qu'inconsciemment les enseignants s'arrangent toujours, sous la pression de la société, pour mettre un certain pourcentage de mauvaises notes. Ce pourcentage est la constante macabre[3]. » Ce phénomène de « sociologie dans l'évaluation » a depuis fait l'objet de plusieurs études, notamment dans le cadre de la sociologie de l'éducation[4],[5]. Définition[modifier | modifier le code] FRANCE - Info ou intox : comment déjouer les pièges sur Internet ? Nouvel empoisonnement à Salisbury : "l'exposition accidentelle" privilégiée En savoir plus Kim Dotcom est extradable, juge la Nouvelle-Zélande En savoir plus Mondial-2018 : ce qui attend les Bleus face à l'Uruguay En savoir plus Elle escalade la statue de la Liberté pour dénoncer le sort des enfants immigrés En savoir plus La mousson menace les enfants thaïlandais "prisonniers" dans une grotte En savoir plus Macron sur France 24 - RFI : "Le sujet des migrations naît d'une crise africaine" En savoir plus Hulot défend son plan de sauvetage pour une biodiversité à l'agonie En savoir plus Recours contre l'État : "Au Bataclan, les soldats n’ont fait qu’obéir aux ordres" En savoir plus Guerre commerciale : le spectre d'une récession digne de 2008 En savoir plus Dmitriev et Titiev, dissidents russes oubliés pour cause de Mondial En savoir plus Drones : la menace vient du ciel pour les prisons françaises En savoir plus.

L'année Internet 2014 en France : plus d'internautes, plus d'écrans, plus de contenus. Médiamétrie a présenté son étude annuelle sur Internet et les Français. Première conclusion : les internautes sont de plus en plus nombreux en France. +0.8 point en un an. Il y a désormais plus de 43 millions d'internautes en France, 80,2% de Français. C’est moins que la Russie ou l’Allemagne mais c’est plus que le Royaume-Uni ou l’Italie.

En 20 ans, parti de rien, Internet a conquis plus d’un foyer sur 8 en France. Des internautes de plus en plus mobiles Là, les chiffres de croissance sont parlants. Les vidéos, stars du web Plus de 10 millions d’internautes regardent plusieurs vidéos chaque jour, +13% en 1 an. L’image, nouveau langage des ados. « Les jeunes photographient comme ils respirent », estime Thu Trinh-Bouvier qui décrypte le phénomène du « Parlimage ». Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Pascale Krémer Les adolescents ont développé un langage qui leur est propre et qui présente l’avantage de les rendre incompréhensibles des adultes. Ils communiquent en images. Dans Parlez-vous Pic speech ? (Editions Kawa), publié fin janvier, Thu Trinh-Bouvier, spécialiste de la communication digitale, responsable nouveaux média chez Vivendi, décrypte ce phénomène, offrant un précieux sous-titrage aux parents.

Vous expliquez que les jeunes gens nés depuis 1995, donc avec Internet, et connectés en permanence via leur téléphone portable, ont développé une nouvelle langue. En quoi consiste-t-elle ? Les ados manient désormais une langue particulière que j’appelle le pic speech (pour picture speech), un langage des images au sens large, qu’on pourrait aussi appeler « Parlimage ». Que se passe-t-il sur mobile en 10 secondes ? En moins de temps qu’il faut pour le dire, des centaines de millions d’actions viennent d’avoir lieu depuis un mobile. Des paiements, des tweets, des snaps, des recherches, des écoutes … il s’en passent des choses pour les 4,43 milliards d’utilisateurs mobiles.

Les réseaux sociaux. En seulement 10 secondes, ce sont plus de 46 000 tweets qui sont publiés, 274 000 likes distribués sur Facebook, 9 000 photos partagées sur Instagram, 85 000 snaps envoyés, ou encore 1 700 profils consultés sur LinkedIn. Sur Tinder, il y a dans le monde 277 matchs toutes les 10 secondes pour 16 000 swipes. Les communications. Rien que sur WhatsApp, les utilisateurs de smartphones envoient 277 000 messages, plus de 8 000 photos, plus étonnant, 2 000 appels sont passés depuis l’application.

Pour les communications plus classiques, ce sont 550 000 emails que l’on envoie depuis un mobile et seulement 213 SMS. Le business du mobile. Source. Rapport_CNNum_Education_oct14.pdf. Référentiel sur l'usage du Wifi à l'école. Le développement des technologies portables favorise celui des usages dans et hors la classe, en donnant accès aux ressources et services numériques en tout temps et en tout lieu. Le présent référentiel Wi-Fi publié en mai 2015 s'adresse en priorité aux chefs d'établissement et directeurs d'école, aux délégués académiques au numérique (DAN) et aux directeurs des systèmes d'information académiques (DSIA), ainsi qu'aux collectivités territoriales (CT).

Il aborde la question de la technologie de transmission sans fil sous toutes ses dimensions, pédagogique, juridique et technique. Le référentiel se compose ainsi de trois volets : Usages et cadre juridique à destination de l'ensemble des acteurs, Radiofréquences et santé qui fait un état des lieux des connaissances scientifiques sur le sujet et Cadre technique à l'attention plus particulière des personnes responsables de la mise en œuvre et de la sécurité. Usages et cadre juridique Écoles, radiofréquence, et santé Aspects techniques - Wi-Fi. Serge Tisseron. Posté par Serge TISSERON le 7 juin 2012. La première révolution engagée par la culture numérique est culturelle La culture du livre est une culture de l’un, dominée par une conception verticale du savoir : celui qui sait écrit un livre pour ceux qui ignorent.

Par le livre, ils accèdent à la connaissance du clerc, ou du savant. Elle est en cela inséparable du monothéisme. La culture des écrans est au contraire une culture qui privilégie les relations horizontales : son modèle est l’encyclopédie Wikipédia. La seconde révolution engagée par la culture numérique est cognitive. Si la culture du livre était capable de relayer toutes nos possibilités psychiques, la culture numérique n’aurait jamais été inventée ! La troisième révolution engagée par la culture numérique est psychique. Les technologies numériques modifient enfin le fonctionnement psychique de plusieurs façons. 1. Un crayon, pour quoi faire.

Audrey Allard a intégré la technologie à sa pédagogie, ce qui lui permet de mieux aider les élèves en difficulté tout comme les surdoués. – Photo : Martin Laprise Tablette numérique d’un côté et crayons de l’autre, les élèves de 2e année de l’école Marguerite-Bourgeoys, à Pointe-Claire, près de Montréal, écoutent religieusement les consignes de leur enseignante. En cette fin de matinée, ils peu­vent se livrer à trois activités en alternance : révision des mathématiques, lecture… ou construction d’une école dans l’application Minecraft.

Comme la plupart des élèves du même niveau, ces enfants de sept ou huit ans viennent d’appren­dre à écrire en lettres attachées. Mais ils font partie des rares, au Québec, à avoir accès à une tablette ou à un ordinateur dès le premier cycle du primaire pour les aider, notamment, dans l’apprentissage de l’écriture. . « L’école, ce n’est pas du one size fits all, dit-elle. L’école doit certainement s’adapter à la modernité, croit aussi Marie-France Morin.