background preloader

Actualités BPCO

Facebook Twitter

La broncho-pneumopathie chronique obstructive, une maladie que l’on peut éviter - Santé. Le dépistage trop tardif de la broncho-pneumopathie chronique obstructive constitue l’une des plus grandes problématiques auxquelles les médecins sont confrontés dans le cadre de cette maladie.

La broncho-pneumopathie chronique obstructive, une maladie que l’on peut éviter - Santé

L’affection respiratoire chronique s’avère particulièrement complexe à diagnostiquer précocement étant donné que, dans les premiers temps, elle évolue silencieusement. En effet, les signes cliniques avant-coureurs sont loin d’être caractéristiques : toux, expectorations claires, essoufflements ponctuels… Mais progressivement, la pathologie va entraîner une dyspnée, c’est-à-dire une gêne respiratoire qui - en l’absence d’une prise en charge efficace - peut impacter considérablement la qualité de vie du patient. Le tabagisme, seul fautif ? Même s’il n’est pas exactement le seul facteur de risque de la BPCO, le tabagisme en est toutefois le principal.

Parmi les autres, on trouve la pollution, les expositions professionnelles à des substances toxiques ou, encore, le tabagisme passif. La vitamine D soulagerait les infections respiratoires. La vitamine D a des multiples bienfaits pour la santé Une nouvelle étude montre qu'elle réduit les symptômes et la durée des maladies respiratoires La vitamine D renforce le système immunitaire “La vitamine D pourrait booster le système immunitaire” “Notre essai clinique a montré que les personnes qui prenaient de la vitamine D étaient infectées par le rhume et la grippe au même taux que celles qui recevaient des placebos.

La vitamine D soulagerait les infections respiratoires

Oxygène et BPCO - Mythe et réalité 3 exercices qui aident à améliorer sa capacité pulmonaire ? Certains exercices peuvent aider à améliorer sa capacité pulmonaire.

3 exercices qui aident à améliorer sa capacité pulmonaire ?

Cela peut réduire l’essoufflement lorsque la capacité pulmonaire est limitée. Les poumons permettent l’échange d’oxygène et de dioxyde de carbone, ce qui est essentiel au bon fonctionnement de l’organisme. L’âge, le tabagisme, la pollution et d’autres facteurs peuvent réduire l’efficacité du fonctionnement des poumons. En Europe, on respire mieux qu'il y a 10 ans. 26 novembre 2020 Asthme, BPCO, maladies cardio-vasculaires… La pollution de l’air accroît un certain nombre de risques pour la santé, et peut conduire à des décès prématurés.

En Europe, on respire mieux qu'il y a 10 ans

Dans son dernier rapport, l’Agence européenne pour l’environnement (AEE) évalue ainsi à 417 000 le nombre de personnes décédées de manière prématurée dans 41 pays en 2018, après exposition aux particules fines issues principalement des activités industrielles et des transports (PM 2,5, soit d’un diamètre inférieur à 2,5 micromètres). Un nombre encore très important, mais très en-dessous des chiffres de 2009 : « la meilleure qualité de l’air a permis d’éviter le décès prématuré, dû à la pollution par les particules fines, de 60 000 personnes environ », indique le rapport.

La BPCO en 2020, place de la trithérapie inhalée. BPCO : un véritable enjeu de santé publique. Plusieurs facteurs de risques peuvent être responsables de la survenue de cette maladie appelée bronchite chronique obstructive : la fumée de cigarette, l’exposition professionnelle à des substances nocives, mais aussi l’âge, ou encore certaines pathologies comme l’asthme, des infections respiratoires...

BPCO : un véritable enjeu de santé publique

Si le tabac est évidemment la première cause, il n’en demeure pas moins que les non-fumeurs peuvent aussi être touchés. Chez ces derniers, la prévalence est de l’ordre de 6,6%. L’inflammation : l’élément central de la BPCO Dans la BPCO, maladie aux multiples facettes, l’inflammation des bronches se situe au centre de la pathologie. Locale ou systémique, elle est présente à tous les stades, et s’aggrave par « exacerbations » jusqu’à devenir handicapante pour les patients. Santé. Covid-19 : encore plus dangereux en cas de bronchopneumopathie chronique obstructive. La BPCO affecte 3,5 millions de Français, et environ 40% de la population âgée de plus de 40 ans.

Santé. Covid-19 : encore plus dangereux en cas de bronchopneumopathie chronique obstructive

Cette pathologie respiratoire encore peu connue du grand public reste malheureusement peu ou mal diagnostiquée. BPCO : mieux vivre avec ! - Fondation du Souffle. La BronchoPneumopathie Chronique Obstructive (BPCO) est une maladie respiratoire chronique mal connue mais très fréquente.

BPCO : mieux vivre avec ! - Fondation du Souffle

Elle touche près de 3,5 millions de personnes en France, dont près de la moitié sont mal ou pas diagnostiquées. Elle est responsable d’environ 3,5% des dépenses de santé annuelles en France. Par le Pr. Jean-Philippe Santoni, pneumologue. BPCO : Crise ou exacerbation ? Quand les mots changent tout. BPCO : Crise ou exacerbation ?

BPCO : Crise ou exacerbation ? Quand les mots changent tout

Quand les mots changent toutPosted on 21 octobre 2020 Véronique OLIVIER Journaliste et écrivain culinaire, je suis spécialisée en alimentation et santé avec un goût de forcenée pour la joie, quoiqu'il en soit. MPOC : Prudence avec les cannabinoïdes chez les patients âgés. L’auteur principal, le Dr Nicholas Vozoris, pneumologue au St.

MPOC : Prudence avec les cannabinoïdes chez les patients âgés

Michael's Hospital rappelle que les cannabinoïdes, une classe de médicaments sur prescription, contiennent des composés chimiques synthétiques similaires à ceux retrouvés dans le cannabis. L’étude menée aujourd’hui a des implications importantes concernant le recours à cette classe médicamenteuse dans le traitement de la bronchopneumopathie chronique obstructive (MPOC) : ces traitements apparaissent en effet associés à une augmentation de 64% des décès chez les personnes âgées atteintes de MPOC.

Les masques n'ont aucun effet sur nos échanges de gaz. Une expérience scientifique démontre que le port du masque n'a aucun impact sur les échanges en oxygène et dioxyde de carbone dans l'organisme chez les personnes saines ou ayant des problèmes respiratoires.

Les masques n'ont aucun effet sur nos échanges de gaz

Cela vous intéressera aussi [EN VIDÉO] Coronavirus : demain, tous masqués ? SARS-CoV-2. Il est apparu en Chine en décembre 2019. Depuis, il a fait des dizaines de milliers de morts dans le monde. C'était l'un des arguments majeurs des groupes anti-masques. Fumeurs, gare à la BPCO ! Vous fumez et vous toussez depuis des mois ? Vous souffrez certainement de broncho-pneumopathie chronique obstructive, identifiée sous l'acronyme BPCO. Pathologie peu connue du grand public, la BPCO touche trois à cinq millions de personnes en France. Avec près de 16 000 décès chaque année dans le pays, cette maladie chronique respiratoire pourrait devenir, "si rien n'est fait", la troisième cause de mortalité dans le monde d'ici 2030 d'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS) !

Véritable enjeu de santé publique, elle est due à une inflammation et une obstruction progressive des bronches liées au tabac dans 80 % des cas et à la pollution atmosphérique. "L'agression répétée du poumon entraîne son vieillissement prématuré, explique le docteur Bruno Escarguel, responsable de l'unité de Pneumologie Interventionnelle à l'hôpital Saint-Joseph à Marseille. Maladie pulmonaire insidieuse par excellence, il est souvent trop tard quand les premiers symptômes apparaissent. Bronchite chronique du fumeur: des brocolis pour retrouver du souffle. Les fumeurs n’y couperont pas. En plus de la quasi certitude de déclencher un cancer du poumon à terme, les fumeurs ont une chance sur quatre de développer une bronchite particulière, la BPCO: bronchopneumopathie chronique obstructive. Cette atteinte des bronches gène en permanence la respiration.

Mais avant d’arrêter définitivement de fumer, qui est la seule vraie bonne mesure à prendre pour se protéger, les fumeurs devraient se mettre à introduire le brocoli le plus souvent possible dans leur alimentation pour les aider à mieux respirer et soulager les effets dramatiques de la BPCO. BPCO : une nouvelle valve remboursée ... mais avec des réserves. Une valve, nouvellement remboursée par la sécurité sociale, améliore les conditions de vie de patients atteints de BCPO sévère. Cependant, elle provoque selon une étude un pneumothorax dans 25% des cas. Cette maladie n'est pas soignable. Il existe différentes thérapies pour limiter les effets indésirables - et parfois handicapants - de cette affection de longue durée comme l’essoufflement. La pollution tue. Un nouveau médicament prometteur pour lutter contre l'asthme.

Selon des chercheurs, une protéine identifiée dans les poumons humains pourrait être activée pour permettre aux personnes souffrant d’asthme de mieux respirer. Ils évoquent également les résultats prometteurs d’un premier médicament testé sur des souris. Les personnes atteintes de maladies respiratoires devraient également porter un masque - Marseille News .net. La Société espagnole de pneumologie et de chirurgie thoracique (SEPAR) recommande à l’ensemble de la population générale l’utilisation de masques approuvés pour prévenir le COVID-19, y compris les personnes atteintes de maladies respiratoires et les enfants, y compris ceux atteints de ces pathologies.

Les exceptions ne peuvent concerner que les citoyens qui ont un handicap, un trouble du comportement, une maladie mentale ou un problème de santé rendant leur usage incompatible, ce qui est réglementé depuis la fin de l’état d’alarme par toutes les communautés autonomes, souligne SEPAR dans une déclaration. Les personnes atteintes de maladies respiratoires ne peuvent être exemptées que dans le cas où le porter leur cause des difficultés respiratoires dans la pratique quotidienne. Dans ces cas, les pneumologues insistent pour que ces personnes ne se rendent pas dans des endroits considérés à risque. Coronavirus : le masque est-il incompatible avec les pathologies respiratoires? Indispensable dans les lieux publics clos et obligatoire dans certaines zones en extérieur, le masque continue sa propagation sur les visages. Pour les personnes atteintes de maladies respiratoires, la question de l’inconfort est récurrente. BCPO : de nouvelles infos. La maladie s'appelle bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) : elle touche surtout les personnes fumeuses, mais un tiers des malades n'ont jamais fumé, un mystère éclairci par une grande étude financée par des fonds publics américains, indique l’AFP (10 juin).

Respirer l'air des ruches contre les maladies respiratoires. Encore une technique farfelue sortie de nulle part ! Pourquoi certains fumeurs développent une BPCO, maladie respiratoire, et pas les autres. "Fumer tue", affichent les paquets, mais tous les fumeurs ne sont pas logés à la même enseigne. La BPCO liée à un risque accru de cancer du poumon, même chez les non-fumeurs - Medi-Sphère. Le point sur «l’autre» maladie du tabac: la BPCO - Medi-Sphère. BPCO : comment le mucus en vient à étouffer les patients. Mois après mois, l'essoufflement se fait plus présent, et l'effort nécessaire pour monter quelques marches ou promener le chien devient progressivement hors de portée.

Les patients atteints de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) s'étouffent dans leur mucus, qu'ils produisent en trop grande quantité… Et qui est particulièrement épais. Coronavirus : les personnes atteintes de BPCO seraient plus vulnérables. Désormais bien installé en France, le nouveau coronavirus Covid-19 semble particulièrement virulent et plus susceptible de conduire à des formes sévères chez les personnes âgées et/ou déjà atteintes d’une maladie chronique. Un nouvel espoir pour les patients atteints de BPCO avec un dispositif à domicile - Fémin Actu. Dans un nouvel article publié le 4 février dans JAMA, les chercheurs de Mayo Clinic décrivent les avantages de la thérapie de ventilation non invasive à domicile ; celle-ci comprend un dispositif appelé dispositif à pression positive biniveau, ou BiPAP, destiné à de nombreux patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO).

L’équipe a identifié un certain nombre d’avantages, y compris une diminution de la mortalité, une réduction des admissions à l’hôpital, un risque plus faible d’intubation, une amélioration du manque de souffle et une baisse des visites aux urgences. Guide du parcours de soins bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) Le guide du parcours de soins décrit la prise en charge usuelle d’une personne ayant une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Il est destiné aux professionnels impliqués dans la prise en charge globale des patients, du secteur sanitaire, social et médico-social. Tout comprendre sur les poumons en 7 questions. Comment fonctionnent les poumons à la naissance ? Après avoir baigné pendant neuf mois dans le liquide amniotique, le bébé se met à respirer et, lors de cette première inspiration, il gonfle ses poumons. Le risque de BPCO à long terme est modulé par la capacité respiratoire.

Déjà inscrit au site ? Saisissez vos codes d’accès. Bronchite chronique du fumeur: des brocolis pour retrouver du souffle. Fléau du tabac : "la maladie du fumeur" fait de plus en plus de victimes. Patient BPCO et programme de Revalidation Pulmonaire: où en est-on en Belgique? BPCO : la maladie du fumeur fait de plus en plus de morts. Diabète et BPCO : des profils à risque de pneumonies à pneumocoques. BPCO : Un syndrome plus qu’une maladie ?