background preloader

Etude

Facebook Twitter

Une enquête illustre les méthodes managériales agressives d’Amazon. Une longue enquête publiée par le « New York Times » ce week-end détaillant les méthodes managériales du géant de l’e-commerce a suscité des milliers de réactions.

Une enquête illustre les méthodes managériales agressives d’Amazon

On connaissait les conditions de travail dans les entrepôts d’Amazon, dénoncées par les employés américains et européens qui préparent et envoient en un temps record les colis commandés par les clients de l’entreprise américaine. Dans une longue enquête publiée ce week-end, le New York Times affirme que les cols blancs ne sont pas épargnés par les méthodes managériales pour le moins particulières d’Amazon. Au cours du week-end et en début de semaine, les réactions à l’enquête qui compte plus de 4 000 commentaires en ligne ont été nombreuses. « Je ne reconnais pas cet Amazon » « Pendant mes 18 mois chez Amazon, je n’ai jamais travaillé un seul week-end sans le vouloir. . « Je ne reconnais pas cet Amazon, et j’espère vraiment que vous non plus. Quand Amazon s'arrange avec les accidents de travail.

ENQUÊTE - Deux rapports de la médecine du travail pointent des nouveaux errements de la multinationale sur les conditions de travail dans ses entrepôts.

Quand Amazon s'arrange avec les accidents de travail

Amazon est aussi accusée de fraude dans le but d'améliorer ses statistiques d'accidents du travail. La CGT appelle à la grève mardi 26 mai. Devant l'écran, on admire le champion de l'innovation: des drones pour la livraison, une application en test pour livrer des biens de consommation courante en une heure à peine ou même des taxis qui livrent les colis commandés. Un groupe qui en vingt ans n'a cessé de croître pour réaliser en 2014, des ventes de 89 milliards de dollars (+20%). Mais l'an dernier, ses comptes ont affiché une perte de 241 millions contre un bénéfice de 274 millions en 2013. De l'autre côté du miroir, l'image est écornée. « Amazon traite ses intérimaires comme des poulets en batterie » - La Croix. Jean-Baptiste Malet, reporter à « Golias », s’est infiltré dans un centre de distribution d’Amazon et raconte dans son dernier livre les conditions de travail éprouvantes endurées par les intérimaires Comment avez-vous eu l’idée d’écrire ce livre et pourquoi avoir choisi la méthode de l’infiltration ?

« Amazon traite ses intérimaires comme des poulets en batterie » - La Croix

Jean-Baptiste Malet : Comme tout le monde, je me suis aperçu que les librairies étaient victimes d’une hécatombe. Je considère que le livre est un objet sacré, et pas une simple marchandise. Des salariés d'Amazon réduits à dormir sous des tentes. Les conditions de travail au sein d'Amazon sont régulièrement pointées du doigt.

Des salariés d'Amazon réduits à dormir sous des tentes

En 2012, le journaliste Jean-Baptiste Malet dénonçait déjà dans le livre "En Amazonie" (Fayard) un management de type quasi sectaire. Et voilà qu'on apprend qu'en Ecosse, pour pouvoir travailler, plusieurs salariés en sont réduits à vivre comme des SDF, en dormant sous des tentes. Ces dernières semaines, le journal écossais The Courier a repéré au moins trois tentes à proximité de l'entrepôt de Dunfermline. Il ne peuvent se permettre de prendre la navette mise en place par l'entreprise... celle-ci étant payante et visiblement trop chère pour certains.

"Amazon devrait avoir honte" Un salarié interrogé par le Courier explique qu'il est pour lui plus facile et moins cher de dormir sous une tente que de faire l'aller-retour chaque jour. L'entreprise emploie environ 1 500 salariés permanents à Dunfermline mais a créé 4 000 emplois saisonniers pour la période de Noël. Aux Etats-Unis, une enquête dénonce les conditions de travail cauchemardesques au sein d'Amazon. L’enquête est accablante.

Aux Etats-Unis, une enquête dénonce les conditions de travail cauchemardesques au sein d'Amazon

Dans un long article publié dans le New York Times, des journalistes américains dénoncent les conditions de travail au sein d’Amazon, au moyen de nombreux témoignages, notamment d’anciens employés. Les auteurs dépeignent les «Amazoniens», à tous les échelons, comme une main-d’œuvre soumise à un rythme de travail effréné, et asservie aux contraintes d’une évaluation perpétuelle. Ils racontent les semaines de 80 heures, les e-mails envoyés à minuit passé et suivis de SMS ordonnant d’y répondre. Ils décrivent le calvaire de cette employée à qui on a suggéré de trouver un poste moins exigeant au sein de l’entreprise, car la maternité entraverait de toute façon sa carrière à long terme. « Chez Amazon, les conditions de travail sont dignes du XIXe siècle » Auteur d'« En Amazonie, infiltré dans le meilleur des mondes », Jean-Baptiste Malet décrit le fonctionnement du géant du commerce en ligne.

« Chez Amazon, les conditions de travail sont dignes du XIXe siècle »

En Allemagne, les salariés de trois sites sont en grève. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Elvire Camus. Le prix à payer pour les milliards d’Amazon. «Merci de travailler dur et de faire d’Amazon la société qu’elle est aujourd’hui. » Tous les salariés d’Amazon France ont pu lire ce message sur leurs écrans, à l’annonce des résultats record du groupe américain.

Le prix à payer pour les milliards d’Amazon

Au cours du mois qui a précédé Noël, la plateforme a vendu dans le monde plus d’un milliard de produits, pour plus de 40 milliards d’euros de chiffre d’affaires. « 2,5 millions de montres, 10 451 carats de diamants, l’équivalent de 20 Boeing 747 de bagages, et neuf fois l’altitude de l’Everest en téléviseurs ultra-HD » ! Les chiffres fournis par Amazon donnent le vertige. « Ils se vantent et nous remercient avec des phrases et des bonbons », s’agace Richard (prénom changé), salarié syndiqué à la CGT dans le plus gros entrepôt Amazon de France depuis quatre ans, celui de Saran, près d’Orléans.

Il n’a pas vu l’ombre d’une prime de Noël, seule une triste augmentation de salaire de 5 euros par mois, obtenue l’année dernière. Amazon. Des employés dénoncent à nouveau les conditions de travail. Des employés écossais d’Amazon ont dénoncé, ce dimanche dans la presse anglaise, les conditions de travail à l’entrepôt de Dunfurmline.

Amazon. Des employés dénoncent à nouveau les conditions de travail

Le géant du commerce en ligne voit encore une fois son image écornée, alors que certains salariés affirment qu’ils n’auraient d’autre choix que de camper à proximité du site. D’autres subiraient des pressions en cas d’arrêt maladie. Des employés d’un entrepôt d’Amazon situé à Dunfurmline (Écosse) seraient contraints de travailler dans des conditions inacceptables. Compte tenu de leur faible rémunération et le tarif trop élevé des bus affrétés par leur employeur, des salariés auraient même choisi l’option « tente », installées à proximité des locaux. Licenciement et congés maladie Publiés ce dimanche dans le Sunday Times, ces témoignages révèlent également qu’Amazon n’hésiterait pas à menacer de licenciement celles et ceux qui n’atteignent pas leur objectif ou prennent des congés maladie.

Amazon.com. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Amazon.com

Elle a fait le choix de proposer plusieurs sources en concurrence pour les produits qu'elle propose, plutôt que d'avoir une stratégie d'affiliation unique. Cette stratégie la prive d'éventuels revenus d'affiliation exclusive, mais permet d'offrir des prix plus serrés (donc d'espérer de plus grands volumes). Chez Amazon France, les conditions de travail font aussi jaser.

Récemment épinglées par une enquête du New York Times, les conditions de travail chez le géant de la vente en ligne Amazon alimentent la polémique.

Chez Amazon France, les conditions de travail font aussi jaser

En France aussi, certains salariés dénoncent leur traitement, même si leur profil est différent de celui des cols blancs basés aux Etats-Unis. Noël 2016 : les chiffres impressionnants d'Amazon.