background preloader

Droits des femmes

Facebook Twitter

Ce que mon avortement m'a appris - Témoignage. Top 10 des déclarations sur l’IVG au moment de la loi Veil (il y a quarante ans seulement) Le 26 novembre 1974, Simone Veil, alors ministre de la Santé de Valéry Giscard d'Estaing, montait à la tribune de l’Assemblée nationale pour défendre devant un public presque exclusivement masculin la loi en faveur de l'interruption volontaire de grossesse.

Top 10 des déclarations sur l’IVG au moment de la loi Veil (il y a quarante ans seulement)

Une loi historique donc, qui lui a valu de rentrer dans l'histoire ET d'en prendre plein la gueule. Petit florilège, des déclarations des politiciens de l'époque. "En morale, l'avortement demeure une oeuvre de mort. " (Jean Lecanuet) Jean Lecanuet qui, au passage, a activement défendu la peine de mort qui elle, il est vrai, n'est absolument pas une oeuvre de mort c'est bien connu. "L'avortement ferait chaque année deux fois plus de victimes que la bombe d'Hiroshima. " Et parce qu'elle a trop la classe, voici une partie du discours de Simone. Pour en savoir plus sur l'IVG, direction le site du gouvernement sur sante.gouv.

Démystifier le Mouvement de Défense Des Hommes. [La traduction suivante a été effectuée par la collective Tradfem, avec l’autorisation de l’auteur, Owen Lloyd.

Démystifier le Mouvement de Défense Des Hommes

Afin d’exporter la pertinence de son texte à la France, Tradfem a ajouté des données dans les notes de bas de pages.] Les militants des droits des hommes: Des hommes qui se plaignent de problèmes causés par d'autres hommes et qui rejettent la responsabilité sur le féminisme d'une façon ou d'une autre. Ce qui suit est une réponse à une liste de propos et arguments classiques présentés par les activistes des droits des hommes. 1 . LE SUICIDE : le taux de suicide des hommes est 4,6 fois plus élevé que celui des femmes. [26 710 hommes pour 5 700 femmes, selon le Département Health & Human Services] Ce n’est pas faute d’avoir essayé : les femmes tentent de se suicider trois fois plus souvent que les hommes . 2 . Voilà une curieuse déclaration. 3 . La deuxième chose à dire, c’est que cette affirmation est tout simplement un mensonge. 4 . Le chiffre est de 92 % à partir de 2012. 5 . Le tueur misogyne n’était pas fou, juste misogyne. Un étudiant américain a ouvert le feu sur un campus, tuant six étudiants.

Le tueur misogyne n’était pas fou, juste misogyne

Mais ce n’est pas l’oeuvre d’un fou, ni un acte isolé. C’était un geste prémédité, supporté par une idéologie communément répandue : le masculinisme. Vendredi dernier, les États-Unis ont connu une nouvelle tuerie : Elliot Rodger, un étudiant de 22 ans, a ouvert le feu sur des étudiants de l’université de Santa Barbara, tuant six d’entre eux et blessant treize autres avant de retourner l’arme sur lui-même. « Vous, les filles, vous n’avez jamais été attirées par moi » Comme d’autres avant lui, le tireur a complètement prémédité ses actes : il écumait les forums de fitness et de séduction, déversant sa haine des femmes à l’écrit et en vidéos. Dans une dernière vidéo postée sur Youtube, il annonçait « le jour du châtiment », son intention de punir les femmes de n’avoir « jamais été attirées par [lui] » : Elliot Rodger, un pur produit du masculinisme Mar_Lard parle des MRA « Men Rights’ Activists ».

Pourquoi ? Le tueur misogyne n’était pas fou, juste misogyne. « Femmes contre le féminisme » : décryptage d'un paradoxe. À l’heure où nous publions ces lignes, la page Facebook « Women Against Feminism » avoisine les 5 000 « J’aime ». Reprises par BuzzFeed, les photos « témoignages » de jeunes femmes auto-proclamées « anti-féministes » sont en train de circuler sur les réseaux sociaux, et de nouveaux soutiens affluent en continu sur la page Facebook. Ma première réaction en découvrant ces témoignages anti-féministes relevait de l’exaspération profonde, doublée d’un faceplam. Il suffit de lire les textes proposés par ces jeunes femmes pour se rendre compte qu’elles n’ont clairement rien compris au féminisme. « Je n’ai pas besoin du féminisme car je ne veux pas que mon genre soit politisé » (on a remplacé les visages de ces filles par des chats pour des raisons d’anonymat) Mais ton genre EST politisé, là est bien le problème, justement, et surtout aux États-Unis, où de nombreux projets de lois touchent aux droits à l’avortement et à la contraception.

Et pourtant, elles aussi sont féministes La mémoire courte.