background preloader

Pratiques culturelles des Français

Facebook Twitter

La lecture y est étudiée à l'aune des pratiques culturelles des français et de leurs évolutions observées.

Wikipédia : ce qu'on entend par pratiques culturelles. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Wikipédia : ce qu'on entend par pratiques culturelles

Les pratiques culturelles décrivent la manière dont les individus pratiquent concrètement la culture. Il s'agit de l' « ensemble des activités de consommation ou de participation liées à la vie intellectuelle et artistique, qui engagent des dispositions esthétiques et participent à la définition des styles de vie : lecture, fréquentation des équipements culturels (théâtres, musées, salles de cinéma, salles de concerts, etc.), usages des médias audiovisuels, mais aussi pratiques culturelles amateurs »[1].

Les pratiques culturelles sont diverses, mais également marquées socialement : les goûts comme les dégoûts sont des constructions sociales construites au contact des autres individus. La diversité des pratiques culturelles[modifier | modifier le code] Un panorama des pratiques culturelles[modifier | modifier le code] Il existe une multitude de pratiques culturelles, qu'on peut classer par catégories. Télévision[modifier | modifier le code] Les pratiques culturelles des Français à l'ère numérique. La réalisation en 2008 d’une nouvelle enquête Pratiques culturelles des Français, plus de dix ans après celle de 1997, est l’occasion de faire le point sur les profondes mutations qu’ont connues récemment les conditions d’accès à la culture avec l’essor de la culture numérique et de l’internet.

Les pratiques culturelles des Français à l'ère numérique

À un moment où plus de la moitié des Français disposent chez eux d’une connexion à haut débit et où plus d’un tiers d’entre eux utilisent l’internet tous les jours à des fins personnelles, comment se portent la lecture de livres, l’écoute de musique ou la pratique en amateur d’activités artistiques ? L'Observatoire de la lecture publique : présentation.

Le ministère de la Culture et de la Communication administre, dans le cadre du contrôle technique exercé par l’État sur les collectivités territoriales, une enquête annuelle sur les données d’activité des bibliothèques publiques, prévue par les articles R310-5 et R320-1 du Code du patrimoine.

L'Observatoire de la lecture publique : présentation

L’enquête nationale sur les bibliothèques publiques a été créée à la fin des années 1960 et dématérialisée dans les années 1990. Vidéo : les bases de la recherche sur les pratiques culturelles. Monographie : de l'écrit à l'écran, ou télévision contre lecture. « Certaines sortes de communication sur certaines sortes de sujets, portées à la connaissance de certaines personnes, dans certaines sortes de conditions, ont certaines sortes d’effets. » (Berelson) 1« En vingt ans, la France a basculé dans l’ère de la télévision : un million de récepteurs en 1959, quinze millions aujourd’hui.

Monographie : de l'écrit à l'écran, ou télévision contre lecture

La lecture pourrait-elle résister, les mots tenir bon devant les images ? Pour le savoir, L’Express a fait interroger par l’institut Louis-Harris un échantillon de 2 000 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Conclusion sans appel, surprise, stupeur même : le pourcentage des Français qui lisent a augmenté de 15 %. » La surprise est à la mesure du titre qui fait la couverture de ce numéro de L’Express du 4 novembre 1978 : « La France se met à lire » ! Il est vrai que les chiffres manifestent une évolution sensible. 1 Sur ces trois modalités d’examen, cf. 2 Cf. 3 Ce sont, en effet, toujours les jeunes qui lisent le plus. 4 P. 9 J. Point de vue : "Livre et télévision : concurrence ou interaction ?" (Roger Establet et Georges Felouzis)

« France-Loisirs » de la lecture a financé l'enquête.

Point de vue : "Livre et télévision : concurrence ou interaction ?" (Roger Establet et Georges Felouzis)

Ce n'est donc pas, on l'aura compris, le type d'ouvrage à consulter d'un œil distrait, l'autre étant rivé sur le petit écran. Musique et concentration. Atlantico : Travailler en musique, est-ce une bonne idée ?

Musique et concentration

Est-il possible de concilier travail et musique ? Quelles sont les vertus de ce mariage ? Hervé Platel : Travailler en musique peut effectivement être une bonne idée, tout dépendant évidemment du type de travail à effectuer. Tant qu'il n'y a pas besoin de prendre connaissance ou de manipuler des textes, d'être en interaction avec des personnes, il peut être bénéfique de travailler en musique. A partir du moment où le travail s'avère un tant soit peu répétitif et ne nécessite pas d'être particulièrement concentré, s'entend. Pour autant, il faut bien entendu faire attention au moment, au contexte et quel type de musique utiliser pour que ce soit efficace. Est-ce bon pour tout le monde ou certaines personnes y sont-elles plus disposées que d'autres ? Il y a effectivement des gens plus disposés aux bienfaits de la musique.

Quel est le processus qui fait que travailler en musique peut avoir du bon, et comment fonctionne-t-il ? Enquête sur le cinéma et la lecture chez les adolescents. Valable, le choix proposé entre le livre et le film devait l'être en des termes aussi précis que possible et dans des conditions vraiment comparables.

Enquête sur le cinéma et la lecture chez les adolescents

En interrogeant nos jeunes gens sur un échantillon des films adaptés d'œuvres littéraires on répondait à cette double exigence et l'on ouvrait la possibilité d'élargir l'investigation. Distinction lecture et lecture littéraire : « Les jeunes lisent toujours, mais pas des livres » Si les pratiques culturelles des jeunes ont changé, ceux-ci n'ont pour autant pas arrêté de se cultiver.

Distinction lecture et lecture littéraire : « Les jeunes lisent toujours, mais pas des livres »

C'est ce qu'explique Sylvie Octobre, chargée de recherche au ministère de la culture, dans son livre Deux pouces et des neurones, qui paraît mercredi 24 septembre. Dans un entretien avec Campus, l'auteure décrypte, sans parti pris, les usages des 15-29 ans en matière culturelle, très différents de ceux de leurs parents au même âge. Les jeunes lisent moins de livres et, surtout, lisent moins pour le plaisir. La lecture n'est plus considérée comme la porte d'accès privilégiée au savoir et n'est plus synonyme de plaisir. Vidéo : reportage de France 2 sur l'illétrisme et ses conséquences quotidiennes. Les publics empêchés et la réponse apportée par les bibliothèques. (Shawn Campbell, CC BY 2.0) La loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine était, de l'avis des intéressés et des associations spécialisées, un grand pas pour améliorer l'accessibilité aux œuvres écrites.

Les publics empêchés et la réponse apportée par les bibliothèques

Difficultés propres aux personnes aveugles. Après avoir précisé les compétences nécessaires à l'approche de la lecture, il faut aussi aborder, même s'ils sont déjà implicitement évoqués, les freins et obstacles à cet apprentissage.

Difficultés propres aux personnes aveugles

Bien que très optimiste face aux potentialités des enfants, je considère qu'il est intéressant à titre informatif et constructif d'évoquer les divers troubles que manifestent parfois les jeunes enfants aveugles, troubles qui sont souvent autant de freins aux apprentissages. Les freins liés à la cécité. - niveau de langage souvent peu élaboré (parfois écholalie) - code braille difficile à acquérir (toucher, latéralisation, coordination motrice) - petits nombres de livres en relief - absence de dessins comme aide à la lecture - manque de références à l'écrit. La lecture numérique, un enjeu pour les malvoyants. Chapeau: Dans de nombreux pays, la lecture reste l’outil principal d’accès à la culture ou aux loisirs. Elle devient indispensable dans l’éducation comme en milieu professionnel où la transmission de l’expérience et l’évolution des compétences passe le plus souvent par l’écrit.

Lire en prison : la bibliothèque, un droit pour les personnes détenues. Mise à jour le 22 mai 2015 Version complète de l'article Pour les personnes placées sous main de justice, la bibliothèque est un droit et un atout pour la réinsertion. C’est le devoir des pouvoirs publics de mettre ce service à leur disposition dans des conditions d’utilisation viables.

Pourquoi ? Les citoyens, même détenus, continuent à être des personnes humaines méritant le respect. Comment ? La bibliothèque doit avoir sa place dans les bâtiments pénitentiaires Des lieux.