background preloader

#Medias

Facebook Twitter

Newsletters : le marché s’emballe ! - In Bed With Tech. Hobby lucratif ? Réseau social intimiste ? Média du futur ? Décryptage d’un marché qui attise les ambitions. Lorsqu’on pense newsletters, on pense au contenu et à la plateforme … et bien souvent la réflexion s’arrête là. À tort. Au cœur de cet écosystème, les plateformes qui permettent l’édition de newsletters, tout particulièrement celles qui proposent des solutions propres aux créateurs, à distinguer des offres lambda privilégiant l’emailing de manière générale. L’émergence des blogletters : Substack propose une newsletter associée à un site et pas l’inverse.

Autre élément incontournable de la blogletter : le “knowledge base”, à savoir des outils qui encouragent la prise de note, la structuration d’idées, la construction d’argumentaires ... bref une antichambre de l’intellect, un espace d’expression conçu comme un second cerveau pour les créateurs. Créer et générer du contenu pour et avec ses audiences : passionnant, non ? Attention cependant ! C’est dans l’air du temps. Désinformation : la presse réclame à l'UE « des mesures plus fortes » Les opprimés de l’imprimé. Quiconque s’intéresse à l’avenir de l’information - et à celui de la démocratie - doit lire le manifeste d’Eric Fottorino, créateur d’un hebdo papier au succès immédiat, le 1, accompagné de journaux-magazines (Zadig, America) également plébiscités, qui trace sa route semée d’embûches depuis maintenant six ans. Journaliste, cycliste rêveur, romancier, un temps directeur du Monde, Fottorino est un passionné de la chose écrite, qui n’aime rien tant, depuis son enfance, que fouiner en accro de l’info dans ces petits kiosques à journaux en grand péril.

Il fait l’éloge de la lenteur dans le monde de la vitesse ; il préfère le rythme régulier du vélo et du journal papier à la trépidation des moteurs à essence ou des moteurs de recherche. Lamento autour d’un passé révolu ? Avant d’être un support, comme disent les publicitaires, le journal est un objet, artisanal, artistique, derrière lequel travaille toute une filière de métiers au savoir-faire de longue tradition. Laurent Joffrin. Cookie Policy. Qu’est-ce qu’un cookie ? Les cookies sont de petits fichiers texte qui sont installés sur votre ordinateur ou votre périphérique lorsque vous visitez nos sites Web. Finalité des cookies Nous utilisons les cookies afin de rendre vos visites et vos achats sur nos sites plus efficaces. Les cookies nous permettent également d’améliorer la navigation sur nos sites et de comprendre vos comportements d’achat.

Notre utilisation des cookies Nous utilisons les cookies pour : – Mémoriser vos informations de connexion. – Vous identifier lorsque vous vous connectez à nos sites Web. – Mémoriser les produits que vous avez placés dans votre panier lorsque vous visitez des pages différentes lors d’une session de navigation, que vous accédez à la page de paiement ou que vous mettez fin à votre session avant d’avoir finalisé votre achat. – Réunir des informations pouvant nous aider à vous adresser des publicités adaptées à vos intérêts.

Informations collectées grâce aux cookies Types de cookies Gestion des cookies. CHAPITRE III - Droits de la personne concernée. Section 1 - Transparence et modalités Article 12 - Transparence des informations et des communications et modalités de l'exercice des droits de la personne concernée Le responsable du traitement prend des mesures appropriées pour fournir toute information visée aux articles 13 et 14 ainsi que pour procéder à toute communication au titre des articles 15 à 22 et de l'article 34 en ce qui concerne le traitement à la personne concernée d'une façon concise, transparente, compréhensible et aisément accessible, en des termes clairs et simples, en particulier pour toute information destinée spécifiquement à un enfant.

Les informations sont fournies par écrit ou par d'autres moyens y compris, lorsque c'est approprié, par voie électronique. A) exiger le paiement de frais raisonnables qui tiennent compte des coûts administratifs supportés pour fournir les informations, procéder aux communications ou prendre les mesures demandées; oub) refuser de donner suite à ces demandes. Section 5 - Limitations. RGPD et mentions légales : tout ce qu'il faut savoir pour se mettre en conformité. Article rédigé par Stanislas Almeida, de Orson.io Le RGPD, on en entend de plus en plus parler et pour cause, il entrera bientôt en vigueur.

En effet, le 25 mai 2018, date butoir, se rapproche à grand pas et les entreprises, petites et grandes, se démènent pour le comprendre et l’appliquer au plus vite. Cet article fait la synthèse de ce que nous avons compris et des actions que nous pensons nécessaire de mettre en place en interne sur les mentions légales, les contrats, les fournisseurs. NB : dans un prochain article nous ferons un état des lieux des solutions « RGPD clés en mains » proposées pour les blogs et sites personnels ou de petites structures médias. Eh oui, car il faut y penser ! Notre avis, dans cet article ! Le RGPD, qu’est-ce que c’est ? Le RGPD, Règlement Général sur la Protection des Données à caractère personnel, est comme son nom l’indique un règlement européen visant à resserrer le contrôle quant à la protection et au respect des données personnelles et de la vie privée.

Atelier des médias - Les médias et le «monde d'après», avec l'économiste Julia Cagé. Publié le : 10/05/2020 - 11:54Modifié le : 10/05/2020 - 13:34 L'Atelier des médias a reçu Julia Cagé, professeure à Sciences Po Paris, spécialisée notamment dans l'économie des médias. En 2015, elle publait au Seuil Sauver les médias, un livre au titre plus que jamais d'actualité alors que la pandémie de coronavirus et les mesures de confinement affectent durement l'industrie des médias. Alors que la crise du coronavirus s'ajoute aux difficultés économiques que les médias connaissent depuis plusieurs années, l'économiste Julia Cagé ne cache pas son inquiétude : « J'ai peur qu'il n'y ait plus de modèle économique pour produire de l'information au niveau local. » Pour Julia Cagé, « l'information est un bien public » mais cela ne veut pas dire qu'elle doit être gratuite.

Il faut que le coût soit pris en charge en partie par les citoyens et que, par exemple, l'État offre des abonnements à des médias de qualité aux personnes à bas revenus. Google propose à des médias français de rémunérer leurs contenus. Ces dernières semaines, Google a proposé à des journaux français de les rémunérer pour faire apparaître leurs articles dans un espace destiné à des contenus de médias d’information. Le leader mondial de la recherche en ligne a testé l’idée auprès du Figaro, du groupe Les Echos-Le Parisien, du Monde et aussi de titres de presse régionale comme Ouest-France, a appris Le Monde. Google a évoqué des montants par titre allant de 100 000 à 1 million de dollars (de 90 000 à 899 000 euros) par an, selon des sources proches des discussions.

Mais les échanges restent exploratoires et ne sont pas conclusifs à ce stade. Les contenus pourraient être placés dans un nouvel onglet du moteur de recherche Google.fr ou dans un espace spécifique au sein de la partie Google Actualités, voire dans un service à part, même si Google reste encore flou. L’initiative rappelle l’onglet News lancé en octobre 2019 par Facebook aux Etats-Unis. L’initiative de Google marque un changement d’attitude.

New medias short list

Social Medias Medias. Hackathon medias. [Podcasts] #MoJo. Medias digital survey 2.