background preloader

EAD

Facebook Twitter

Prioriser les besoins de soutien des apprenants à distance pour déterminer ceux qui doivent faire l'objet de réponses tutorales. Le tutorat à distance est souvent abordé de manière non pragmatique : soit il est ignoré, soit il n’est traité que de manière théorique, à la recherche d’un système idéal. Si les contempteurs de l’accompagnement des apprenants à distance ont vu leur influence diminuer tout au long des quinze dernières années, il n’en reste pas moins, que dans de trop nombreux dispositifs le soutien à l’apprentissage ne renvoie qu’à la capacité présupposée des apprenants à exercer leur autonomie.

A contrario, la recherche sur le tutorat aboutit fréquemment à des modélisations préconisant une organisation globale des services tutoraux et des tâches des tuteurs qui se révèlent parfois lourdes à mettre en place et pas toujours en adéquation avec la réalité contextuelle. Il est alors nécessaire d’emprunter une voie médiane qui, sans ignorer les apports conceptuels, favorise une démarche pragmatique de dimensionnement des réponses tutorales à apporter aux apprenants d’un dispositif donné. L'étude de criticité. FORMATION À DISTANCE : RÉALITÉ OU MIRAGE? SEPTEMBRE 2013, volume 4, numéro 3 Marcelle Parr, Conseillère recherche et développement, SOFAD Dans un contexte où le développement des compétences et l’apprentissage sous toutes ses formes prennent place au cœur des activités quotidiennes et productives, la nécessité de se former juste en temps et de façon autonome propulse à l’avant-scène les dispositifs de formation à distance (FAD).

Des vocables se sont installés dans le paysage de la formation : e-learning, classe virtuelle, blended learning, mobile learning, synchrone, asynchrone... Un langage technopédagogique gravite autour de la formation et, s’il traduit plusieurs réalités de la FAD, il ne suffit pas à en circonscrire l’approche. Ce tour de piste sur la formation à distance est apparu nécessaire pour éclaircir les principaux concepts qui s’y rattachent et s’en faire une représentation plus juste, que l’on souhaite développer des activités de FAD ou qu’on la pratique déjà.

Des caractéristiques Une nouveauté… technologique…? Le tutorat à distance. Moins enseigner et plus accompagner pour qu'il… Rapport-IGEN-IGAENR-2014-071_355916.pdf. Cours en ligne : « plus que les MOOC, les SPOC ont de l’avenir à l’université » Les MOOC, ces cours en ligne massifs et ouverts, sont en plein essor. Mais sont-ils si efficaces ? Vont-ils bouleverser durablement le supérieur ? Entretien avec François Germinet, président de l'université de Cergy-Pontoise et du comité numérique de la Conférence des présidents d'université (CPU). François Germinet, président de l'Université de Cergy-Pontoise Les « MOOC » (Massive Online Open Courses), en français les « CLOM » (Cours en Ligne Ouverts et Massifs), sont-ils l’avenir de l’université ? Oui et non. Quelle est l’efficacité de ces cours gratuits en ligne ? Les MOOC remplissent leur rôle de produits d’ouverture et d’appel.

Quant aux SPOC, leur efficacité est très bonne. Quels paramètres doivent être réunis pour que les cours en ligne soient un succès ? Il faut une équipe pédagogique et une d’ingénierie. Quels objectifs se fixe votre université en matière de MOOC et de SPOC ? Peut-on imaginer qu’un jour en France, on sera diplômé en ayant suivi des MOOC ? Charles Centofanti. Cours en ligne : après le MOOC, le SPOC. Critiqués pour leur fort taux d'échec de l'autre côté de l'Atlantique, les MOOC n'ont plus la côte aux Etats-Unis et pour­raient bien­tôt être éclip­sés par les SPOC (pour small pri­vate online classes). © olly — Fotolia.com Alors qu'en France, les ins­crip­tions à la pre­mière plate-forme natio­nale de MOOC viennent de s'ouvrir, aux Etats-Unis, ces cours mul­ti­me­dia en ligne ouverts à tous, cri­ti­qués, sont déjà en perte de vitesse.

Et une nou­velle forme d'enseignement en ligne est en train d'émerger : il s'agit des SPOC (small pri­vate online classes). Manque d'interaction dans les MOOC Les MOOC sont notam­ment incri­mi­nés outre-Atlantique pour le nombre élevé d'étudiants qui aban­donnent avant la fin du cur­sus. Une situa­tion que les détrac­teurs du modèle attri­buent au peu d'interaction entre ensei­gnants et étudiants, le pro­fes­seur ne pou­vant répondre aux sol­li­ci­ta­tions des mil­liers de per­sonnes qui suivent le MOOC.

Les MOOC bien­tôt sup­plan­tés par les SPOC ? MOOC ou SPOC ? Ces derniers temps, on a beaucoup parlé des MOOC sur la toile (dans ce blog également, lire ici). Récemment, on peut lire aussi quelques articles qui tempèrent un peu l’enthousiasme initial. Par exemple, beaucoup d’étudiants décrochent des MOOC dans lesquels ils sont inscrits, bien plus que s’ils étaient en présentiel quelque part. Les prestigieuses universités se demandent si c’est réellement une bonne idée de faire un « massif » (car elles craignent alors de voir leur diplômes dévalués). Le modèle économique est lui aussi remis en cause, sans compter ceux qui brandissent le spectre de la destruction de l’université. Pour François Germinet, pré­sident de l’université de Cergy-Pontoise, les MOOC ne sont que des objets « têtes de gondole » qui n’auront pas vraiment d’impact important.

Par contre, il pense que ce sont les SPOC (Small pri­vate online classes) qui vont se développer et vont s’imposer. On se demande bien qui va s’imposer : les MOOC ou les SPOC ? MOOC vs. SPOC - et la France dans tout ça ? Les MOOC débarquent en France ! L’acronyme pourrait faire penser au dernier personnage de Star Wars, mais on parle ici des Massive Open Online Courses, c’est-à-dire des cours en ligne ouverts à tous. En effet, début octobre, le gouvernement a lancé le site FUN (pour France Université Numérique – notez que cette fois, l’acronyme est sympa, pour le secteur de l’éducation !).

L’objectif de ce site, un peu sur la lignée de son équivalent européen Open Education Europa, est de délivrer des cours d’universités et d’écoles, de tous les domaines, en ligne et gratuitement, à tous ceux qui voudront bien s’y intéresser. Pour l’instant, quelques cours sont delà listés sur le site, regroupés sous différents thèmes, mais ils ne seront pas accessibles avant début 2014. L’année prochaine, vous pourrez ainsi suivre gratuitement et depuis votre canapé, un cours sur le « Transmedia Storytelling », ou sur les « Concepts et méthodes en épidémiologie » par exemple. Les MOOC – déjà « has been » ? Cours en ligne: pour réenchanter la révolution Mooc, passez aux Spoc.

Temps de lecture: 6 min Durant un an ou deux, les cours gratuits en ligne ont semblé être l’avenir tout tracé de l’enseignement supérieur. Pourquoi, s’étaient demandé plusieurs spécialistes influents de l’informatique, avoir des milliers de lycées et d’universités donnant tous le même cours à de petits groupes d’étudiants à travers le pays, lorsqu’il est possible de voir le même cours dispensé au monde entier par un seul enseignant particulièrement brillant via Internet? Dans un article de Wired paru en mars 2012 à ce propos, Sebastian Thrun, fondateur d’Udacity et spécialiste en intelligence artificielle de l’université de Stanford, prévoyait qu’il ne resterait plus dans dix ans qu’une dizaine d’institutions d’enseignement supérieur au monde. Et Udacity, estimait-il, pourrait en faire partie. Toutefois, cette prédiction semble aujourd’hui grandement exagérée. Et si ces cours complétaient les autres? Anant Agarwal, président d’EdX, pense que c’est possible.

L'exemple de Salman Khan. Cours en ligne : « plus que les MOOC, les SPOC ont de l’avenir à l’université » MOOC et e-learning, quelles différences ? La semaine passée, une internaute a adressé une question à Thot sur Twitter : "Quelle différence entre MOOCs et e-learning ? " "Difficile de répondre en 140 caractères... " a répondu notre community manager... Voici donc la réponse, un peu plus longue. Au sens strict du terme, le MOOC est une des modalités de l'e-learning. C'est en effet un cours distribué par la voie numérique, que les participants suivant à distance de l'organisme qui le dispense. Mais cette réponse n'épuise pas le sujet. Au fil des années en effet, ce que l'on appelle "e-learning" ou FAD (formation à distance, qui n'est pas la traduction exacte d'e-learning mais est souvent utilisée comme telle) a acquis des caractéristiques particulières, qui ne sont pas toujours, ni dans leur totalité, identiques à celles des MOOCs.

E-learning, e-learning et e-learning Très schématiquement, on range dans la catégorie "e-learning" trois objets / dispositifs distincts : Exemples : "La négociation : les enseignements du jeu de l'ultimatum". Synthèse d'un atelier sur le tutorat dans les MOOCs. Cet atelier a été tenu par vidéoconférence entre les bureaux de la TÉLUQ à Québec et à Montréal, le 14 août 2013. Autour de Jacques Rodet, consultant-formateur en FOAD et initiateur et animateur t@d le portail du tutorat à distance, l’atelier a réuni Sylvie Pelletier, tutrice à la TÉLUQ, ainsi que France Henri, Caroline Brassard et Pierre Gagné, tous trois professeurs à la TÉLUQ. L’atelier a été l’occasion d’échanger à partir des expériences des participants pour émettre des préconisations en matière d’encadrement à l’intention des concepteurs de MOOCs. L’expérience des participants des MOOCs était très variée : expériences directe d’étudiant inscrit, visites et observations de MOOCs, échanges avec un proche inscrit à un MOOC.

Cette synthèse n’est pas tant un résumé des échanges qu’une tentative d’en organiser les éléments en intégrant ce qui a été exprimé formellement, ce qui a été effleuré ou ce qu’il est possible d’inférer des propos tenus. 1. 2. 3. 4. Conclusion. Guide d'animation d'un forum de discussion. Accueil Qu'il s'agisse du milieu scolaire ou professionnel, le potentiel des forums de discussion est de plus en plus reconnu et mis à contribution. D'une part, cela peut s'expliquer par l'apport des théories constructivistes: les apprenants sont encouragés à établir des liens entre les multiples informations auxquelles ils sont exposés afin de forger leur propre compréhension.

D'autre part, la reconnaissance des savoirs tacites et informels qui se développent dans l'exercice d'une pratique professionnelle peut inciter les travailleurs à se regrouper afin de partager cette expertise. Dans un cas comme dans l'autre, le forum de discussion peut s'avérer un outil pertinent à utiliser. Une pratique en mouvance Si la plupart des experts s'entendent pour dire que l'animation constitue l'un des éléments les plus importants du succès d'un forum, peu d'écrits expliquent la façon de s'y prendre pour guider les activités d'un tel environnement.

Un guide adaptatif Clientèle visée page précédente. Les lundis TICE » Blog Archive » Avec ses enseignants-tuteurs, Cergy pointe en tête sur les TICE… sans MOOC ! L’université de Cergy-Pontoise a clairement mis au cœur de sa stratégie le numérique. Première réussite, la préparation à distance du M1 et du M2 au sein de son Espé. Trois ans après le lancement, de nombreux étudiants suivent cette filière totalement inédite. Patrice Gourdet, chargé de l’enseignement du français pour les M2, revient sur cette initiative assez unique en France où même les examens peuvent être effectués à distance. D’où vient cette idée de lancer cette filière M1 et M2 au sein de l’Espé de Cergy-Pontoise ? L’Université a tout d’abord inscrit le numérique au cœur de sa stratégie.

Dans ce cadre, nous avons élaboré une nouvelle approche en proposant aux étudiants des contenus via le web et un accompagnement par les enseignants au travers de « situation-problèmes » (cas, ndr). Les échanges se font par chat ! Le fait de passer par l’écrit évite de se situer dans une communication volatile. C’est une révolution pour les enseignants ? Bien entendu. Rien ne s’y oppose.