background preloader

Cours en ligne: pour réenchanter la révolution Mooc, passez aux Spoc

Cours en ligne: pour réenchanter la révolution Mooc, passez aux Spoc
Temps de lecture: 6 min Durant un an ou deux, les cours gratuits en ligne ont semblé être l’avenir tout tracé de l’enseignement supérieur. Pourquoi, s’étaient demandé plusieurs spécialistes influents de l’informatique, avoir des milliers de lycées et d’universités donnant tous le même cours à de petits groupes d’étudiants à travers le pays, lorsqu’il est possible de voir le même cours dispensé au monde entier par un seul enseignant particulièrement brillant via Internet? Dans un article de Wired paru en mars 2012 à ce propos, Sebastian Thrun, fondateur d’Udacity et spécialiste en intelligence artificielle de l’université de Stanford, prévoyait qu’il ne resterait plus dans dix ans qu’une dizaine d’institutions d’enseignement supérieur au monde. Et Udacity, estimait-il, pourrait en faire partie. Toutefois, cette prédiction semble aujourd’hui grandement exagérée. Et si ces cours complétaient les autres? Anant Agarwal, président d’EdX, pense que c’est possible. L'exemple de Salman Khan

https://www.slate.fr/story/78916/mooc-cours-internet-spoc

Related:  MOOC

MOOC : quelques erreurs à ne pas commettre Concevoir un MOOC n’est pas une sinécure, qu’on se le dise. Ce n’était pas la première fois que je me lançais dans ce type de projet; aussi, je savais à quoi m’attendre en acceptant la responsabilité de le mener à bien. La tournure qu’ont pris les événements ne m’a pas surprise; néanmoins, le choc a été rude. C’est une chose de faire partie d’une équipe de MOOC, c’en est une autre que de gérer l’ensemble du processus et de réaliser l’essentiel du travail. En montant cette formation, j’ai fait un certain nombre d’erreurs sur lesquelles j’aimerais revenir; autant que cela profite aux futurs concepteurs de MOOC. Les MOOCs sont-ils condamnés ? À la mi-novembre 2013, Sebastian Thrun, ancien salarié de Google, ancien enseignant à Stanford, co-fondateur de Udacity, pionnier des xMOOCs avec le fameux cours consacré à l'intelligence artificielle qui avait rassemblé plus de 160 000 étudiants, a déclaré qu'il jetait l'éponge et arrêtait les MOOCs universitaires. Dans la déclaration motivant sa décision, Thrun disait avoir un problème "moral" : les MOOCs ne remplissent pas leur office, ils ne fournissent pas un enseignement de qualité. Conséquemment, une toute petite fraction seulement des milliers d'inscrits parvient jusqu'au terme du cours, et dans ce petit groupe on trouve ceux qui sont déjà les mieux dotés en termes d'autonomie et de pré-requis. Bref, le MOOC ne va pas permettre au monde entier d'accéder à l'enseignement supérieur. Et Udacity ne figurera pas parmi les 10 universités survivantes au niveau mondial en 2060, comme Thrun l'avait impudemment déclaré voici seulement deux ans.

Quelles ressources devez-vous produire pour votre MOOC ? Quand vous vous lancez dans la conception d’un MOOC, vous allez devoir mettre au point un certain nombre de ressources. Pas seulement des vidéos de cours et des énoncés de devoir; il faudra aussi faire des tutoriels, des FAQ, et des dizaines de documents de toutes sortes. Dans cette vidéo issue du MOOC « Monter un MOOC de A à Z », nous allons faire un bref tour d’horizon des différentes ressources que l’on peut trouver au sein d’un MOOC. Je vous propose trois grandes catégories plus ou moins informelles : Premièrement, les ressources pédagogiques à proprement parler, dont l’objectif principal est d’apprendre quelque chose. Communautés d'apprentissage, e-learning et MOOCs Sur son blog Pédagogie universitaire - Enseigner et Apprendre en Enseignement Supérieur, Amaury Daele propose un billet consacré aux communautés de pratique et d'apprentissage, qui contient principalement un diaporama intitulé "Développer des communautés d'apprentissage pour soutenir le e-learning". Ce diaporama est une ressource de formation; on y trouvera donc des adresses directes aux étudiants de M. Daele, qui ne nous intéressent pas nécessairement ici. Précisions toutefois que ces étudiants sont en réalité des enseignants et des formateurs qui se trouvent donc à la fois dans la posture de l'enseignant et dans celle de l'apprenant. Mais le diaporama comprend également de nombreux éléments utiles à tous ceux qui souhaitent mettre en place ou faciliter la mise en place de communautés de pratique ou d'apprentissage en soutien à un cours distribué à distance ou même en blended learning.

Jean-Noël Saintrapt Après la semaine Zéro, suite de mon vécu MOOCAZ V1 : Le 19 Mai 2014, la semaine 1 démarre. Les premiers cours en vidéo sont désormais disponibles. Matthieu Cisel est parfait dans le rôle, on aimerait juste l’interrompre de temps en temps pour poser des questions. Un MOOC, ce n’est pas le lieu pour ça. J’ai quand même du mal à être spectateur dans une activité d’apprentissage, la vidéo n’est pas mon outil … suis-je trop vieux ? Apprendre par soi-même, mais pas tout seul et pas pour rien Après avoir compilé le Répertoire des cours ouverts et Moocs (Open Courseware) et celui des ressources éducatives libres (OER), j’ai été impressionné par l’expansion qu’a pris le mouvement de l’éducation ouverte depuis deux ans. Ce ne sont plus quelques centaines de cours en anglais mais bien des dizaines de milliers en plusieurs langues, du polonais au mandarin en passant par l’espagnol, le français ou le portugais et autres langues. À ces cours s’ajoutent des réseaux d’entraide et de diffusion bien organisés. Mais en regardant les chiffres de fréquentation de la plupart de ces sites, on constate qu’ils n’ont rien de mirobolant.

Analyser et valoriser son MOOC: une pratique encore trop rare … Une fois le MOOC terminé, tout n’est pas encore fini pour l’équipe pédagogique, loin de là, car il faut d’une part faire le bilan et d’autre part la valorisation de votre projet. Retour sur ces questions (entre autres), à travers une vidéo du MOOCAZ : Faire le bilan de votre MOOC, cela signifie plusieurs choses. D’une part en terme de budget, faire le point sur la manière dont vos ressources ont été dépensées. Combien de temps et d’argent avez-vous investi dans la conception des ressources ? dans la promotion du cours ? Entre xMOOC et cMOOC ... redonner du sens à la présence ? Lors d’un webinaire organisé pour les « Dix ans de T@d », j’ai abordé la question de la rencontre entre les xMOOC (des MOOC plutôt transmissif) et les cMOOC (d’approche résolument connectiviste) avec le concept de Classes inversées (Flipped Classrooms). J’avais décrit il y a quelque temps les aspects pédagogiques de cette nouvelle vague en introduisant certaines questions relatives à « mais que vont devenir les campus ? » sur un ton un tout petit peu provocant du style « De qui se mooc-t-on ? » Dans ce billet, je souhaite avancer quelque peu dans cette réflexion dans le sens d’une hybridation (souhaitable selon moi) entre la présence (ce qui se fait ou devra se faire sur le Campus du XXIème siècle) et la distance (l’externalisation des savoirs, les compétences exercées dans les communautés d’apprentissage ou de pratiques en ligne). Ma première réflexion sera de partir de l’hybridation, selon moi, le chemin de l’innovation.

Le MOOC idéal - matthy bLog Aujourd’hui, pas de compte-rendu de MOOC, mais un billet plus général. C’est l’heure de la synthèse : après avoir essayé une trentaine de MOOC (et en avoir terminé 23), je commence à avoir une idée assez précise de ce que j’aimerais trouver dans les prochains. Je vais donc dresser le portrait du MOOC idéal ; un portrait subjectif bien entendu, qui j’espère te fera réagir et te donnera envie de donner un avis différent, sur ce blog ou sur Twitter. Reprenons. L'incroyable productivité des cMOOCs Si vous vous intéressez à l'actualité des MOOCs et lisez les articles réguièrement publiés sur Thot Cursus sur ce sujet, vous devez maintenant savoir qu'on distingue habituellement deux catégories de MOOCs : - Les xMOOCs, qui sont des cours académiques massivement distribués; les contenus sont préparés par l'institution distribuant le cours, et les apprenants doivent assimiler ces contenus. Des tests réguliers et un examen final (qui peut prendre diverses formes) permettent de vérifier le niveau de rétention et de compréhension des contenus, et d'attribuer un certificat de réussite à ceux qui ont obtenu le niveau minimal exigé. - Les cMOOCs, qui sont des espaces de co-construction des savoirs et savoir-faire par les apprenants eux-mêmes.

Les 5 facteurs clés de succès d'un MOOC Suite à la réalisation de nos 15 premiers MOOC, nous avons identifié 5 paramètres qui impactent le taux de complétion et donc la réussite d’un MOOC. Une attention portée sur ces 5 facteurs clés de succès permettent ainsi d’obtenir des taux de complétion élevés, autour de 50% à 60% sur les MOOC réalisés, tels que le MOOC Gestion de Projet et le MOOC Effectuation. Cet article est le fruit des demandes de nos différents interlocuteurs qui essaient d’identifier quels sont les leviers pour concevoir un MOOC de la meilleure espèce. Comment synthétiser les informations présentes dans le Guides du MOOC et autres Livres blancs ? Quels sont les principales variables qui influent sur la réussite d’un MOOC ?

MOOCs et enseignement supérieur pour tous : la belle illusion Les dirigeants des principales plateformes américaines de MOOC affirment volontiers que grâce à eux, l'accès aux études supérieures va être considérablement facilité partout dans le monde. Il suffit d'une connexion à Internet et hop, tous étudiants, tout au long de la vie. Mais cette vision idyllique, parfaitement en phase avec la mythologie développée aux Etats-Unis faisant de ce pays un sauveur pour l'humanité, ne recouvre pas vraiment la réalité. C'est ce que soulignent avec insistance quelques responsables éducatifs qui connaissent bien les pays en voie de développement et l'Afrique en particulier. Un accès pas si facile qu'il y paraît

Un MOOC pour former ses équipes - Mooc Vous souhaitez former vos équipes en vous appuyant sur un MOOC en prévoyant un accompagnement spécifique en interne ? Moi aussi ! Voici un point d’étape de mes réflexions à ce sujet, fruit d’une première expérience lors d’ITyPA2. Je suis plutôt intéressé par l’utilisation des MOOC connectivistes (cMOOC), mais ces réflexions peuvent sans doute s’appliquer à de MOOC plus ‘académiques’ et directifs (xMOOC).

Cet article est tiré du magazine en ligne Slate porté sur l’analyse de l’actualité. Cet article publié récemment (2013) revient sur la rapide expansion des MOOCs et ajoute à la controverse en se demandant s’il ne s’agit pas simplement d’un phénomène de mode, un leurre pédagogique qui entraine souvent l’échec des participants pour cause d’abandon. Par ailleurs, cet article identifie une nouvelle forme que pourrait prendre les MOOC afin de palier aux échecs : les Spoc. by annek2 Jan 6

Related: