background preloader

Politiques culturelles publiques : les bibliothèques en action

Facebook Twitter

La fréquentation des bibliothèques est la pratique culturelle la plus répandue des Français : outil de démocratisation par excellence, la bibliothèque est aujourd'hui plus qu'un lieu d’étude et de travail.

Les actions menées tendent à en faire un lieu vivant où rencontres, échanges et partages sont mots clés. Les ateliers se multiplient et se diversifient pour favoriser l'apprentissage, la recherche d’emploi ou l'accès à internet. La démocratisation culturelle par les bibliothèques de lecture publique, une préoccupation d’hier ? – Politiques de la culture. Par Cécile Rabot, sociologue, maître de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense Les bibliothèques de lecture publique ont été conçues et développées dans une perspective de démocratisation culturelle : dans le prolongement de l’instruction offerte par l’école, il s’agissait de rendre possible, pour le plus grand nombre, l’accès au savoir et à une offre de lecture de qualité. L’article 3 de la Charte des bibliothèques élaborée en 1991 par le Conseil Supérieur des Bibliothèques met encore en avant le lien entre accès à la culture et exercice de la démocratie et fait de l’égalité d’accès à la lecture et aux sources documentaires une des missions des bibliothèques : « La bibliothèque est un service public nécessaire à l’exercice de la démocratie.

Elle doit assurer l’égalité d’accès à la lecture et aux sources documentaires pour permettre l’indépendance intellectuelle de chaque individu et contribuer au progrès de la société. » Une forte expansion de la lecture publique. La lecture publique : un enjeu fondamental des politiques publiques ? La Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC) tenait le 18 mars 2005 à la Bibliothèque nationale de France (BnF) un colloque intitulé « La lecture publique : un enjeu fondamental des politiques publiques ? ». La journée a été dense et variée, ce qui a permis de tenir en haleine un auditoire nombreux d’élus et de bibliothécaires. Éric Gross, directeur du livre et de la lecture, a souligné la volonté du ministère de relancer une politique de développement de la lecture publique, dans un contexte de relative stagnation des inscrits en bibliothèque.

L’action en faveur des publics « délaissés » (handicapés, détenus, comités d’entreprise) va être encouragée. Les moyens du concours particulier seront réorientés vers l’investissement. L’élargissement des publics Une première table ronde a traité de l’élargissement des publics. Les enjeux technologiques et juridiques La question des territoires. Rapport BILAN : les biliothèques et le numérique. RAPPORT 2017 PARIS : actions culturelles. Les bibliothèques à la lumière des « boîtes à livres » Les bibliothèques traversent une période de doute avec des évolutions paradoxales. D'un côté, les collectivités locales voient leurs contraintes budgétaires s’accroître ce qui les conduit à réduire les effectifs voire à fermer certains établissements.

On se souvient du choc suscité par l'annonce du projet de fermeture de deux annexes du réseau de Grenoble en juin ou tout récemment à Besançon. D'autres communes voient leur bibliothèque mise en suspens comme à Maron près de Nancy. D'un autre côté, des projets de mini-bibliothèques fleurissent un peu partout. Ce sont souvent des habitants qui prennent l'initiative d'installer des dépôts de livres dans des lieux très variés.

Mais devant ce succès, on repère des tentatives pour surfer sur cette vague. Le succès de ces « boîtes à livres » pourrait être mis en parallèle avec la diffusion des « armoires-bibliothèques » à la fin du XIXème siècle. Ce ne sont plus les lectures qui sont dangereuses mais l'absence de la pratique ! Événement - Nuit de la lecture. Le ministère de la Culture et de la Communication propose la première édition de la Nuit de la lecture, organisée en collaboration avec les acteurs du livre et de la lecture. Cet événement est l’occasion de conforter les liens entre les acteurs du livre et de la lecture, en particulier les libraires, les auteurs, les éditeurs, les écoles ou les associations locales. samedi 14 janvier 2017 18h00-22h00 Le samedi 14 janvier 2017, la BnF, tout comme de nombreuses bibliothèques et librairies, ouvrira ses portes au public sur des horaires étendus.

Sur le site Richelieu, cet événement se déroulera lors des Journées portes ouvertes liées à la réouverture des espaces rénovés. Sur le site François-Mitterrand, les salles de lecture du Haut-de-jardin seront en accès gratuit à partir de 17h et resteront ouvertes jusqu'à 22h. Les expositions du moment seront également gratuites à partir de 19h et ouvertes jusqu'à 22h. La librairie de la Bibliothèque et le café des Globes resteront ouverts jusqu'à 22h. A.C.C.E.S. - Association pour le développement de la lecture, la prévention de l'échec scolaire et la lutte contre les exclusions. La BPI à la page : actualités et conseils sur facebook ! ENTRETIEN Françoise Benhamou : "Il n'y a pas d'échec du multiculturalisme, car nous vivons dedans" Economiste et spécialiste de l’économie de la culture, Françoise Benhamou a travaillé sur les effets de la mondialisation sur la culture ainsi que sur la politique culturelle française dans ses ouvrages comme L’Economie du Star-System (2002) et Le dérèglement de l’exception culturelle.

Plaidoyer pour une perspective européenne (2006). Face à la mondialisation, elle décrit l’avènement possible d’une nouvelle politique culturelle impulsée par une politique européenne globale dans laquelle la France aurait sa place. Nonfiction.fr- Quelle est la place aujourd’hui selon vous, de la culture française au sein de la culture mondialisée ? Le constat que vous faîtes dans votre livre d’une " exception culturelle » déréglée et qui n’a plus lieu d’être depuis les années 90 est très frappant. Pourquoi s’attache-t-on encore à cette notion ? Françoise Benhamou- Il y a un recul visible qui est difficile à évaluer, et à mesurer surtout avec les fantasmes que l’on brandit autour de cette notion.

Mémoire sur les publics empéchés, état des lieux. Lecture publique : comment les bibliothèques s'adressent aux publics empêchés. (Shawn Campbell, CC BY 2.0) La loi du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine était, de l'avis des intéressés et des associations spécialisées, un grand pas pour améliorer l'accessibilité aux œuvres écrites. L'article 33 précisait ainsi la fonction centrale de la Bibliothèque nationale de France, où les ouvrages doivent être déposés dans des formats « facilitant la production de documents adaptés ». Très bien, mais qu'en est-il de la politique d'accessibilité pour la lecture publique ? C'est ce que l'étude du Crédoc examine en considérant les publics empêchés — terme qui « désigne les personnes handicapées, les individus placés sous main de justice et les personnes en établissements publics de santé (hôpitaux, centres d’accueil et de soins, etc.) » — et l'accueil qui leur est réservé dans les bibliothèques municipales, intercommunales et départementales.

Moyens humains et formation nécessaires. Vers une « politique culturelle » de l'émancipation. Est-ce que notre conviction d’avoir à perpétuer des politiques publiques culturelles conduites sous l’égide de l’Etat ou à renoncer à elles a jamais vraiment pris la forme d’un débat public ? Nous ne croyons malheureusement pas que le débat citoyen portant sur les politiques culturelles et les institutions culturelles soit véritablement entretenu publiquement. Il nous semble même que ce débat portant sur les missions d’intérêt général confiées aux acteurs publics et sur leur manière d’en rendre compte en public est toujours confisqué au profit des experts qui détournent en solutions techniques des problèmes politiques peu ou mal posés.

Et pourtant, il existe de nombreuses raisons de s’intéresser aux politiques culturelles. A la fois, parce qu’elles ont des conséquences sur le champ culturel institutionnel et son identification, sur les rapports des citoyennes et des citoyens entre eux, sur la ou les conceptions de la culture. Deux commentaires à ce propos. Projet de loi de finances 2017 : la lecture publique au coeur de l'action culturelle. EXCLUSIF – La lecture publique est au cœur du rapport présenté par Marie-George Buffet dans le cadre du Projet de loi de Finances pour 2017. Le tout est présenté sous un titre très fort : « Pour un renouveau des politiques en faveur de la lecture publique. » ActuaLitté a pu consulter le document et en dévoile l'ensemble des axes. ActuaLitté CC BY SA 2.0 Avec 2,5 millions de personnes en situation d’illettrisme en France, l’encouragement à la lecture publique devient un « outil essentiel pour prévenir les inégalités sociales et culturelles », explique le rapport. Cependant, il importe de rompre avec la dimension intimidante de la lecture – et « l’instrument majeur de cette sensibilisation reste la bibliothèque ».

Et cibler la jeunesse devient la priorité. 80,4 millions € reconduits pour 2017 dans la DGD Le rapport vise donc la mise en place d’actions de proximité, avec des associations locales – de nombreuses possibilités existent de ce point de vue. Maillage territorial et accessibilité. VIDEO : Lecture publique - Evolution des pratiques et des métiers (Frédéric Young) Quelles bibliothèques après le « crépuscule de la France d'en haut » ? 78% des résidents de communes rurales et 87% des ouvriers déclarent ne jamais ou pratiquement jamais venir en bibliothèque ou médiathèque. Curiosité professionnelle oblige, les bibliothécaires sont à l'affût des publications portant sur les réalités qui les concernent.

C'est le cas pour les travaux de Christophe Guilluy qui, peu après la sortie de son Atlas des nouvelles fractures sociales, a été invité aux journées de l'ADBDP en 2007. Dominique Lahary a très tôt intégré cet auteur dans sa réflexion sur les bibliothèques. Dans Le crépuscule de la France d'en haut, Christophe Guilluy prolonge son questionnement dans une voie politique sur les rapports de la « France périphérique » avec les élites. C'est nécessaire et stimulant même si certaines questions demeurent en suspens. De façon plus précise, on peut s'interroger sur la relation entre les bibliothèques et cette réalité négligée de la France. Les bibliothèques de la France périphérique Le France périphérique Par exemple, J. La BnF, avenir des bibliothèques ? C’est à Nancy que se réunissaient les directrices et directeurs de bibliothèques de grande ville pour une journée dont a rendu compte Véronique Heurtematte. « Quel modèle de bibliothèque sommes-nous en train de construire ?

» était la question à l’ordre du jour. Sans surprise il faudra patienter pour obtenir des réponses claires. Juliette Lenoir qui recevait ses collègues a bien proposé des pistes dans son propos de clôture. Elle a notamment insisté sur la nécessité de faire des choix dans le contexte de moyens décroissants et de besoins nouveaux. Elle soutient les actions d’éditorialisation des contenus mais pas celles d’action culturelle. Elle suggère d’aider les lecteurs à s’orienter dans la masse de l’offre. Cela passe par une relation personnelle que la RFID ou le seul dépôt de livres ne permettent pas. La difficile autocritique de Bruno Racine L'ancien Président de la BnF a peu parlé du numérique. Troisième lieu.