background preloader

Interdir la pêche en eaux profonde !!!

Facebook Twitter

Prends cinq minutes, et signe, copain. Soutien à l’interdiction de la pêche profonde. Avant / après le passage d'un chalutier © BLOOM / Manuel Hauss Le 8 juillet 2014 Le 2 juillet, l’Ifremer a rendu publiques des données sur les activités de pêche profonde en France, qui révèlent les contrevérités des autorités françaises et une position injustifiable de la France sur la réforme du règlement européen.

Soutien à l’interdiction de la pêche profonde

Hier à Bruxelles, la Commission internationale Océan Mondial (Com), mobilisée pour la sauvegarde des océans, a appelé les pays de l’UE à cesser tout soutien financier à la pêche en haute mer. La présidence italienne a également demandé aux Etats membres de l’UE de confirmer leur position sur le règlement pêche profonde d’ici le 15 juillet. Aujourd’hui, les ONG attendent désormais de la France qu’elle soutienne clairement l’interdiction du chalutage profond et qu’elle le fasse savoir publiquement. Chalutier le « Caraïbes » en mer d’Iroise au large de l’île d’Ouessant, Finistère, France (48°25’ N – 5°05’ O) ©Yann Arthus-Bertrand / Altitude.

L’avenir des océans profonds est entre nos mains. Bloom Association » Pêche profonde : la vérité enfin révélée ! 08 juillet 2014.

Bloom Association » Pêche profonde : la vérité enfin révélée !

Claire Nouvian & Bloom association

Pêche profonde : l’Ifremer donne raison aux ONG  En 2011, Greenpeace partait en campagne en mer pour dénoncer les dégâts de la pêche en eaux profondes, qui décime des espèces que l’on connaît à peine, génère des taux de rejets très importants, et n’est même pas rentable !

Pêche profonde : l’Ifremer donne raison aux ONG 

L’Ifremer vient de rendre publique des données sur cette activité de pêche en France que Greenpeace et d’autres ONG réclamaient depuis le Grenelle de la mer de 2009, et qui viennent confirmer ce que nous affirmons : l’interdiction du chalutage profond aurait des conséquences économiques et sociales moindres mais représente un grand pas dans la protection des fonds marins.

Bataille des chiffres et contrevérités des autorités françaises En effet, les prises d’espèces profondes ne représentent qu’1,5% des espèces débarquées au sein de l’Union européenne. Soit un peu moins de 4000 tonnes en France en 2012, représentant moins de 1% des prises françaises. Arrêt du chalutage profond : peu d’impact pour les armateurs mais un grand pas pour les espèces de grands fonds. La BD qui détruit intermarché fait le buzz de l’année. Peut être étiez vous sur Mars quand la BD de Pénélope Bagieu commençait à buzzer.

La BD qui détruit intermarché fait le buzz de l’année

La semaine dernière, la jeune dessinatrice et blogueuse invitait la France entière à signer une pétition contre le chalutage profond. Gros bruit ! La pétition de Bloom qui réclame l’interdiction du chalutage profond a recueilli 316 000 signatures, les compteurs ont littéralement explosé ! Bloom déclarait : “Le serveur a sauté face au nombre très important de connexions, nous tâchons de restaurer tout cela au plus vite. Attendez quelques heures avant de promouvoir la pétition, c’est HORRIBLE d’avoir attendu 10 ans pour que les gens s’emparent enfin du sujet et que la technique nous fasse défaut ! Chalutage en eaux profondes: Un dessin qui fait des vagues. WEB - La dessinatrice Pénélope Bagieu a mis en images un discours de Claire Nouvian, la fondatrice et directrice de l'association Bloom, qui se bat contre le chalutage en eaux profondes.

Chalutage en eaux profondes: Un dessin qui fait des vagues

Une planche qui rencontre un énorme succès sur Internet... Vous avez forcément vu ce dessin cette semaine. Une planche réalisée par Pénélope Bagieu et qui explique les conséquences du chalutage en eaux profondes sur les fonds marins. Depuis lundi, il a été partagé des dizaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux. Mieux: grâce à cette planche, la pétition de l’association Bloom contre cette méthode de pêche a déjà recueilli près de 400.000 signatures ce jeudi midi. «Cela fait un peu moins de 10 ans que l’on se bat pour faire connaître ce délire, non seulement écologique mais aussi économique. Tellement de signatures que le serveur a planté «J’ai retranscris en image un discours de Claire que j’avais entendu lors de la conférence TED», raconte Pénélope Bagieu à 20 Minutes. Bérénice Dubuc.