background preloader

ANALYSE GLOBALE des Médias mainstream

Facebook Twitter

Le désastre médiatique - Peak Civilization. Aucune animosité, juste un constat.Il s'agit de soulever le problème majeur du système médiatique moderne, qui surpasse largement l'abêtissement qu'il cause, la fabrication du consentement, etc.

Le désastre médiatique - Peak Civilization

(Bien que tout soit lié) Jean-Marc Jancovici prend le problème par le bout du journaliste (individu), je le prendrais par le bout du média en lui même (structure) en élargissant au système éducatif et familial plus tard. Il est nécessaire de partir du postulat suivant : nous structurons nos pensées/envies/actions suivant notre perception du monde et non suivant le monde tel qu'il est dans « sa réalité ». Il s'agit là de procédés de psychologie cognitive bien connus et qui seront difficile à nier.Au vue de la situation lamentable dans laquelle se trouve la planète et ses habitants, au vue de l'influence de l'homme sur tout ça : on peux se demander comment la (très grande) majorité des humains perçoivent le monde en 2011 ? Propagande : Comment la structure rituelle du Journal télévisé formate nos esprits. Le journal télévisé est le cœur de l’information contemporaine.

Propagande : Comment la structure rituelle du Journal télévisé formate nos esprits

Principale source d’information d’une grande partie des Français, il n’était pourtant, à ses débuts, en 1949 en France, que le sous-produit de ce que n’avaient pas voulu diffuser au cinéma la Gaumont et les Actualités Françaises. Défilé d’images sur lesquels était posé un commentaire, le « présentateur » ne s’est installé dans son fauteuil qu’en 1954, quand le journal a été fixé à 20h. Depuis lors, la mise en scène n’a fait qu’aller en s’accroissant, et l’information en a été écartée —si jamais elle était présente au départ— pour faire de ce théâtre non plus un journal, mais un spectacle ritualisé, une cérémonie liturgique. Le « 20h » n’a pas pour fonction d’informer, au sens de dégager une tentative de compréhension du monde, mais bien de divertir les téléspectateurs, tout en leur rappelant toujours ce qu’ils doivent savoir.

Le contexte. Les effets de la télévision sur le cerveau - Lorsque j’écris ces lignes, je me demande si je ne vais pas le classer dans la rubrique «Manipulation» car la télévision est un moyen de communication très persuasif comme vous le savez.

Les effets de la télévision sur le cerveau -

Il est important de connaître les effets de la télévision sur le cerveau, c’est pourquoi je vous propose de regarder cette vidéo qui, avec humour, vous en dit plus sur son univers. Les mass médias contre la démocratie. Ce texte a été écrit par Alice Médigue , en écho à notre rencontre aux Amanins, avec Pierre Rabhi et Edwy Plenel.

Les mass médias contre la démocratie

Notre édition a aussi pour vocation d'accueillir des écrits venus d'autres horizons que celui de notre association, c'est avec plaisir que nous publions ce texte. Alice se présente ainsi : Dans l’élan de mes études (histoire et de sciences de l’éducation) et de mon expérience dans l’éducation populaire (via ATD Quart-monde notamment), j’écris articles et analyses pour contribuer au débat citoyen. A travers eux, j’aimerais en particulier informer et faire réfléchir sur notre rapport à la nature et sur les processus qui libèrent ou au contraire bloquent la construction d’une culture vivante et partagée. « Pujadas, c’est le JT des parents » : pourquoi vous fuyez France 2. Le « 20 heures » de TF1 creuse l’écart avec le journal de la Deux.

« Pujadas, c’est le JT des parents » : pourquoi vous fuyez France 2

Les déserteurs de la grand-messe, que nous avons sollicités, nous disent les raisons pour lesquelles ils sont partis et où ils sont allés. David Pujadas en salle de maquillage, le 25 avril 2005 (PICARD/V.S.D. Une société de la bêtise systémique. Bernard Stiegler, capitalisme pulsionnel, consumérisme, temps de cerveau disponible... Malgré la présence de l’inévitable chien de garde Guy Sorman (pour ne pas le nommer), Bernard Stiegler a tout de même réussi à faire passer son message ô combien salutaire... « Je crois que cet évènement est d’une extrême gravité, il est accablant, il est sidérant. (..)

Une société de la bêtise systémique. Bernard Stiegler, capitalisme pulsionnel, consumérisme, temps de cerveau disponible...

Je ne suis pas du tout surpris par ce qui s’est passé. D’abord parce que je suis depuis des années d’innombrables évènements semblables dans le monde. Ce n’est pas quelque chose qui surgit d’un seul coup. Stiegler, consommation, intoxication, désintoxication. En prélude à plusieurs notes que je prévois d'écrire sur Bernard Stiegler, voici un long extrait de son ouvrage Mécréance et discrédit.

Stiegler, consommation, intoxication, désintoxication

On trouvera un extrait plus long sur le site d'Ars Industrialis, qui est l'association dont le philosophe Stiegler est à l'origine. A voir aussi, à la suite du texte, une intervention du philosophe. La pensée de Bernard Stiegler s'intéresse à la question des médias, mais, de façon plus vaste, à tout ce qui concerne la condition de l'homme d'aujourd'hui dans un monde dominé par la technologie. TV & Media / éducation / consommation ? La Société du spectacle (livre) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Société du spectacle (livre)

La Société du spectacle est un essai de Guy Debord publié initialement le 14 novembre 1967 chez Buchet/Chastel. Le livre connut un retentissement considérable après les événements de Mai 68. L'ouvrage est composé de 221 « thèses » et subdivisé en neuf chapitres comme suit : I. « la séparation achevée »II. « la marchandise comme spectacle »III. « unité et division dans l'apparence »IV. « le prolétariat comme sujet et comme représentation »V. « temps et histoire »VI. « le temps spectaculaire »VII. « l'aménagement du territoire »VIII. « la négation et la consommation dans la culture »IX. « l'idéologie matérialisée » Le livre est agencé comme un essai politique et vise à exposer son sujet de manière assertive. Pierre Bourdieu. Critique des médias & du journalisme. Pourquoi je me suis résolu à boycotter massivement les “Médias traditionnaux” Depuis maintenant quelques années un changement lent mais radical c’est passé chez moi dans ma consommation (et le mot n’est pas neutre) des médias.

Pourquoi je me suis résolu à boycotter massivement les “Médias traditionnaux”

Petite analyse à froid. L’affaire de la télévision contaminée. Nous passons chaque jour en moyenne 3h08 devant notre télévision [1].

L’affaire de la télévision contaminée

C’est colossal. Rarement un média quelconque aura eu une pénétration si intense dans les foyers du monde entier. Une telle omniprésence impose de se poser des questions sur ses effets effectifs sur nos esprit, ceux de nos enfants, et par là sur nos sociétés.Hors, bien peu de cas est fait par nos états de ces questions. Le Temps de Cerveau Disponible (FR) Le syndrôme du grand méchant monde... : Diabola-Menthe. "Koh Lanta" : le suicide du médecin enterre définitivement l'émission d'ALP et TF1. Merci qui ? Merci mon Chain.

On aura rêvé. Un «magazine d’information» en prime time sur TF1, à l’heure de Joséphine, ange gardien ? Alors là, on a beau chercher dans nos ramollos ciboulots, c’est du jamais vu depuis la privatisation de la Une en 1987 - si du moins l’on excepte la Ferme Célébrités . Et pourtant si : lundi soir, alors que, stupéfaite, la soupe figeait dans l’assiette, un monsieur nous présentait bel et bien un «magazine d’information» avec, dedans, «l’ambition de [n]ous montrer la réalité d’encore plus près, de façon plus claire, plus précise, plus nette, plus nuancée aussi» . Le Grand Journal de Canal + : "une bassesse très 'branchée'"

E profite des vacances pour revenir sur un sujet que j’ai eu tort de ne pas aborder plus tôt : la déconfiture du « Grand Journal » de Canal+ et le départ de Michel Denisot, qui conduisait cette affaire depuis une dizaine d’années. Je n’ai pas envie de témoigner la moindre indulgence pour cette émission. Elle incarnait - et incarnera sans doute -, à mes yeux, le pire de ce bling-bling racoleur qui gouverne le barnum médiatique.

Et pas seulement en France. Je veux parler de ce narcissisme insolent des pipoles, de leur mépris à peine dissimulé pour le « peuple » dont on invite parfois certains représentants, afin de se moquer d’eux en direct. # « La vague new babes » Des jolies filles à la télé, ca n’a jamais manqué. Depuis l’époque des speakerines, des potiches du Juste Prix ou du Télé achat, il n’était pas difficile de les observer sur le petit écran. Aujourd’hui, on peut aussi les entendre sur les chaînes d’informations comme iTélé ou LCI. Faut-il s’en réjouir et y voir un signe d’évolution des mentalités, un pas de plus vers la parité ou ces belles plantes ne serviraient-elles qu’à cacher la forêt des discriminations ?