background preloader

A trier

Facebook Twitter

La plasturgie s'approprie la question de l'impression 3D. Face aux mutations de production que l'impression 3D devrait apporter et afin de réfléchir à l’avenir du modèle économique industriel, la Fédération de la Plasturgie et des Composites lance sa Commission prospective sur l'impression 3D.

La plasturgie s'approprie la question de l'impression 3D

La nouvelle Commission prospective sur l'impression 3D lancée par la Fédération de la Plasturgie et des Compositesaimerait apporter des éléments de réponses aux questions que le secteur se pose. « L’impression 3D est-elle une alternative à la délocalisation par les avantages qu’elle offre ? Va-t-elle nous conduire à repenser les business model futurs des entreprises ? Va-t-on voir notre modèle industriel évoluer vers des fablabs ? », relève comme exemples Jean Martin, Délégué Général de la Fédération.Cette commission souhaite "construire une vision sur cette technologie et les évolutions qu’elle peut entraîner pour les plasturgistes », résume-t-il. L'impression 3D gagne du terrain, mais il faudra encore du temps avant la vraie démocratisation. Mercredi 20 août 2014 L'impression 3D évolue rapidement, mais il faudra encore certainement entre 5 et 10 ans pour qu'elle se démocratise vraiment.

L'impression 3D gagne du terrain, mais il faudra encore du temps avant la vraie démocratisation

D'ailleurs, son adoption par les entreprises et le secteur médical devrait être beaucoup plus rapide que celle par le grand public. Aujourd'hui, environ 40 fabricants vendent des imprimantes 3D le plus souvent utilisées dans les entreprises, et plus de 200 startups développent et envisagent de commercialiser des imprimantes 3D orientés grand public, à des prix de plus en plus abordables. Toutefois, même si le prix est encore trop élevé pour la plupart des consommateurs, l'impression 3D génère un intérêt croissant de la part du grand public, des professionnels et des médias.

C'est en tout ce que constate Pete Basiliere, research vice president chez Gartner. L'impression 3D, un service en plein essor chez Top Office. Un an après avoir mis en place son service d'impression 3D, Top Office a réalisé plus de 1 000 projets d'impression avec, en moyenne, une vingtaine de projets par semaine.

L'impression 3D, un service en plein essor chez Top Office

Et surprise, 90% des impressions sont demandées par des professionnels (TPE, PME, indépendants, etc.). Des cabinets d'études aux prothésistes dentaires, en passant par les architectes, de nombreux professionnels font aujourd'hui appel à l'impression 3D. Et pour eux, Top Office devient une sorte "d'usine de proximité" avec un service rapide et clé en main, leur permettant de produire et tester des prototypes avant de lancer la production de masse.

"Il y a même des projets pour lesquels nous avons accepté de fermer le magasin, pendant l'impression, pour des raisons de confidentialitré" indique Raphaël Vanneste, le Directeur Général de l'enseigne. Pocket3DPrinter, première imprimante 3D de poche ? Beaucoup de projets sortent sur les sites de crowdfunding afin de vous proposer des imprimantes 3D toutes mieux les unes que les autres : un prix incomparablement bas, une précision d’impression, une facilité d’utilisation déconcertante, une nouvelle technologie… Autant de promesses que de projets, qui pour beaucoup n’arriveront pas à se financer.

Pocket3DPrinter, première imprimante 3D de poche ?

Et s’ils y arrivent, la phase d’industrialisation n’est pas pour autant facile derrière (cf délais de retards dans l’étude réalisée par 3DHubs sur les campagnes de financement en crowdfunding d’imprimantes 3D). Aujourd’hui, nous avons décidé de vous parler de l’un de ces projets, qui s’appelle Pocket3DPrinter, qui vient de se lancer au début du mois sur IndieGogo. La promesse apparaît ici dès le nom de l’imprimante : elle est transportable dans sa poche. Quelles sont les spécifications de cette imprimante ? Tout d’abord, elle utilise une technologie DLP et de la résine photosensible pour réaliser ses impressions. Innovation d'Israël. Inhalateurs Médicaux de Marijuana en Impression 3D. Oct 7 Grâce à l’impression 3D, une start-up israélienne a mis au point deux inhalateurs médicaux de marijuana: l’un pour une utilisation en milieu hospitalier et l’autre, de poche, pour une utilisation à domicile.

Innovation d'Israël. Inhalateurs Médicaux de Marijuana en Impression 3D.

Transformer le cannabis et les plantes psychoactives en médicaments traditionnels, c’est le but de la start-up israélienne Syqe Medical Ltd, basée à Tel-Aviv Pour ce faire, l’équipe – composée d’ingénieurs en mécanique et électricité, de médecins, pharmacologues, etc. – a travaillé sur la réalisation d’un inhalateur de marijuana à usage médical. Deux versions sont en cours de développement : la Syqe Inhaler Exo pour usage hospitalier (sortie prévue en Israël fin 2014) et la Syqe Inhaler pour l’usage à domicile (pour début 2015). Les inhalateurs fonctionnent avec des cartouches préchargées de cannabis. Ce type de douleur est difficile à soulager par un traitement pharmacologique, explique l’étude publiée sur informahealthcare.com.

L'impression 3D, nouveau défi du droit de la propriété intellectuelle ? Par Matthieu Berguig du cabinet Redlink, avocat associé et spécialiste en Droit de la propriété intellectuelle. Elf Quad, le drone Open Source imprimé en 3D arrive ! Elf Quad, le drone Open Source imprimé en 3D arrive !

Elf Quad, le drone Open Source imprimé en 3D arrive !

La société chinoise ElecFreaks vient d’annoncer que son petit drone ElfQuad était enfin prêt à la commercialisation. Les précommandes (limitées à 300 exemplaires) seront ouvertes le 10 octobre. Destiné au grand public, Elf Quad est contrôlable avec un smartphone via la technologie BlueTooth. Elf Quad, le drone OpenSource imprimé en 3D arrive ! Une de ses grandes forces (et originalité dans le marché), il repose sur la principe de l’Open Source invitant, implicitement, les passionnés à contribuer à l’amélioration du petit drone. Petit et léger, l’appareil et surtout son contrôle sont prévus pour ne pas repousser les néophytes du « dronautisme » en permettant à chacun de contrôler rapidement la bête.

L'extraordinaire imprimante 3D qui fabrique des objets à l'aide du soleil et de sable. Vous avez aimé la Strati, première voiture créée grâce à une imprimante 3D ?

L'extraordinaire imprimante 3D qui fabrique des objets à l'aide du soleil et de sable

Vous risquez d'adorer cette nouvelle imprimante 3D. Ce qui est surprenant, ce n'est pas ce qu'elle fabrique, mais la façon dont elle le produit. Construire une Base Lunaire grâce à l’impression 3D. Posté le 2nd février 2013 Mettre en place une base lunaire pourrait être beaucoup plus simple en utilisant une imprimante 3D qui utiliserait des matériaux disponibles sur place.

Construire une Base Lunaire grâce à l’impression 3D

Des partenaires industriels incluant l’agence d’architecture Foster + Partners ont rejoint l’agence spatiale européenne ESA pour tester la faisabilité d’un tel projet.L’agence Foster + Partners a imaginé un dôme qui protège des micrométéorites et des rayonnements de l’Espace incorporant un abri pressurisé gonflable pour abriter les astronautes. L’entreprise Britannique Monolite a fourni l’imprimante 3D D-Shape (surface d’impression de 6×6 mètres), qui utilise un liant sur un matériau de construction similaire à du sable.Le matériau lunaire simulé a été mélangé à de l’oxyde de magnésium.

Le liant appliqué sur ce matériau le transforme en un solide semblable à de la pierre. Actuellement, le rythme d’impression est d’environ 2 mètres par heure. Impression 3D le site dédié à l’impression 3D et aux imprimantes 3D. NASA proves 3D printing is headed to the stars. 3D-printed space technology is no longer science fiction, as NASA and other space companies are making it a reality.

NASA proves 3D printing is headed to the stars

Engineers and researchers at the Ames Research Center are already working with 3D printing technology to make it applicable for use in both space travel and the study of our universe, according to a recent CNET report. The potential for 3D printing on space travel is endless. The technology itself can theoretically allow structures like satellites and spacecraft to be built in space, and it’s being developed here on earth.

One private company, Made in Space, is already piloting zero gravity 3D printing. L’impression 3D est-elle le moteur de la fabrication de demain. "Il y a une sorte de pensée magique chez les geeks aujourd'hui autour de l'impression 3D", s'énerve Christopher Mims pour la Technology Review.

L’impression 3D est-elle le moteur de la fabrication de demain

Alors que les imprimantes 3D deviennent accessibles aux amateurs - la Thing-o-Matic de MarkerBot ne coûte que 1 100 dollars - et que Pirate Bay estime que les "physibles" - les plans d'objets qu'on peut réaliser via des machines 3D et qui s'échangent dès à présent sur The Pirate Bay - sont la nouvelle frontière du piratage, des penseurs comme Tim Maly pensent que nous approchons de la fin de "l'expédition". C'est-à-dire qu'il sera bientôt plus coûteux d'expédier une pièce depuis la Chine ou de n'importe quel endroit où elle est fabriquée, que de la fabriquer soi-même. Bref, nous devrions commencer à prendre pour réel les fantasmes que décrit l'écrivain de science-fiction Cory Doctorow dans son roman Makers ou dans sa nouvelle Printcrime, explique Mims : un monde dans lequel n'importe quel objet peut rapidement être "synthétisé", fabriqué.

Free Sex Toy Designs for Your 3D Printer. Cerig.efpg.inpg.fr/memoire/2012/impression-volume-objet-3D_web.pdf. Comment utiliser l'impression 3D en entreprise. L'impression 3D, ce sera formidable... s'ils ne foutent pas tout en l'air ! L’impression 3D est en train de naître sous nos yeux. Demain il sera ainsi possible de reproduire toute sorte d’objets chez nous aussi facilement, ou presque, qu’un texte numérique se couche sur le papier à l’aide de notre bonne vieille imprimante 2D. Les conséquences potentielles de la démocratisation d’un tel outil donnent le vertige et suscitent espoir et enthousiasme parmi les makers du monde entier[1] Pour rappel, l’impression 3D est une technique qui permet de produire un objet réel à partir d’un fichier CAO en le découpant en tranches puis en déposant ou solidifiant de la matière (plastique, cire, métal…) couche par couche pour, en fin de compte, obtenir la pièce terminée.

C’est l’empilement de ces couches qui crée un volume. Si le concept et la technologie vous semblent encore un peu obscurs, je vous invite à regarder cette courte vidéo. The world's first printed plane - tech - 27 July 2011. « L'impression 3D c'est la nouvelle révolution industrielle » - Transformation Digitale. Pionnier de l'imprimante 3D en France, le français Sculpteo propose son service de fabrication d'objets à la demande tant aux entreprises qu'aux particuliers depuis 2009. Comment l'impression 3D bouleverse l'industrie - Transformation Digitale. Bien moins chère et beaucoup plus accessible, l'impression 3D transforme en profondeur l'industrie. C'est une nouvelle manière de créer qui implique une nouvelle chaîne de créativité et nécessite d'anticiper les évolutions futures du marché et de la société. Le Magazine Online de la 3d Francophone.

Que peut réaliser l’impression 3D ? Drape Dress. Robe maillage imprimée en 3D, conçue par le studio de design Freedom of Creation. Concept EDAG Genesis, une structure automobile en impression 3D. EDAG présente le concept Genesis au salon de Genève. Il ne s’agit pas d’un véhicule mais d’une structure automobile réalisée avec un procédé qui s’apparente à de l’impression 3D. Une technique qui ouvre de belles perspectives en matière de design. L’industrie est à la veille d’une révolution, celle de l’impression 3D. Avec ce procédé, un vent de liberté soufflera dans la fabrication de nombreux objets du quotidien dans le domaine l’électroménager ou encore l’automobile. La société allemande d’ingénierie EDAG donne un aperçu de ces possibilités avec le concept Genesis exposé sur ce salon de Genève 2014.

Son design s’inspire directement de la tortue, il se compose d’une coquille de protection véritablement intégrée à une structure osseuse. Nervous System. TED 2013: 4D printed objects 'make themselves'. Premier vol d’un avion de chasse imprimé en 3D. 01net. le 06/01/14 à 15h13 © BAE Systems Le modèle d'avion de chasse Tornado de BAE Systems. Un vol d’essai un peu particulier a eu lieu au mois de décembre dernier à Warton, au nord de Liverpool. La société britannique d'aérospatial BAE Systems a fait décoller un modèle de son avion de chasse Tordano GR4 avec des éléments métalliques imprimés en 3D au niveau du système d’arrivée d’air, du train d’atterrissage et de la protection de la radio du cockpit. . « Vous pouvez désormais fabriquer des pièces où vous le voulez », a déclaré le responsable Airframe Integration Mike Murray à la Press Association. « Et il est envisageable de transporter des machines [d’impression 3D] sur les lignes de front. »

Impression 3D. Impression 3D. Impression 3D. RepRap, la machine réplicante qui fait peur aux capitalistes. L’un des multiples objets 3D réalisés par la RepRap Machine d’Adrian Bowyer, qui dit travailler sur l’auto-réplication des objets. En open-source, naturellement… © RepRap RepRap, la machine réplicante qui fait peur aux capitalistes « Nous sommes en 2020, les hackerspaces, fablabs et autres usinettes se comptent par milliers en France et pas seulement dans les grandes villes. Des gens de bonne volonté se sont regroupés dans certains villages désertiques, dans d’anciennes MJC-Algeco de banlieues "chaudes", dans des usines désaffectées.

Le passionné de mécanique automobile prête ses outils et donne des cours à des types qui font en échange un peu d’ingénierie inversée sur la puce qui contrôle l’allumage de sa fourgonnette TDCI. Nous sommes en 2010 et ceci n’est pas une fiction, c’est écrit sur le site d’Usinette. Adrian Bowyer présente son RepRap Project et sa machine infernale : La Makerbot, la copine de la RepRa, version Dark Vador : Cindy hésite, mais elle ne doute pas.