background preloader

Gladio

Facebook Twitter

Today

Operation Gladio - BBC Timewatch. Jahrhundertprozess - Staatsterror? - SREL - Bommeleeër - Wusste Jean-Claude Juncker Bescheid? Quand tous les moyens étaient bons contre le communisme :: lecourrier :: Un quotidien suisse d'information et d'opinion. GUERRE FROIDE (I/II) - Dès la fin des années 1940 dans les démocraties européennes, «l'ennemi intérieur» communiste est combattu secrètement par des moyens clandestins, antidémocratiques et subversifs, voire carrément terroristes. Les ficelles sont tirées depuis Washington. «Lorsque l'on parle de la guerre froide, l'on a tendance à mettre l'accent sur l'adjectif plutôt que sur le nom. L'on a également coutume d'affirmer que la guerre s'est déroulée par procuration, en Afrique, en Asie et en Amérique latine, et non en Europe. Le moment est peut-être venu de réviser ces lieux communs», affirme l'historienne britannique Anna Bull.

Ainsi, il y aurait bel et bien eu guerre, y compris en Europe. Mais guerre d'une nature particulière et largement secrète. L'ennemi? C'est à cela que nous sommes confrontés lorsque nous nous penchons sur la lutte menée en Europe contre le communisme à l'époque de la guerre froide. Enfin, elle paraît avoir été fortement enchâssée dans une dynamique atlantiste. HISTOIRE :: L'Italie, laboratoire des pompiers pyromanes anticommunistes. GUERRE FROIDE II/II - Pour contrer le «péril rouge», les élites ont tenté de déstabiliser l'Italie afin de renforcer le régime en place.

Sécurité a alors primé sur démocratie et droits humains. Approfondir cette histoire de la contre-révolution est capital alors que la lutte contre le «péril vert» emprunte partout des schémas similaires. Dans le premier volet de cet article (lire Le Courrier du 22 mai), nous avons mis en exergue une série de textes fondamentaux qui trahissaient la volonté des Etats-Unis, à la fin des années 1940 et au début des années 1950, de porter la lutte contre le communisme sur le terrain de la subversion – voire carrément du terrorisme – en usant de techniques de manipulation et d'infiltration là où bon leur semblait.

Sans doute est-ce en Italie que cette «guerre secrète» a pris son visage le plus extrême et où se sont conjuguées sous la forme la plus achevée les deux composantes qui nous occupent, à savoir la non-orthodoxie et l'interférence étasunienne. Gladio. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Gladio (« Glaive » en italien) désigne le réseau italien des stay-behind, une structure créée dès le lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour parer à une menace d'invasion soviétique. On désigne couramment par ce nom l'ensemble des armées secrètes européennes, dont l'existence a été révélée publiquement le 24 octobre 1990 par le Premier ministre italien Giulio Andreotti.

Ces réseaux fonctionnaient le plus souvent sans que les gouvernements nationaux en aient connaissance[1]. Pour plusieurs auteurs, Gladio est impliqué dans différentes actions violentes des années de plomb italiennes[2],[3], mais l'ampleur de son implication faisait encore en 2005 l'objet de débats. La nature secrète des activités de l'organisation, et le fait que les archives de l'OTAN ne sont pas accessibles aux chercheurs, font du réseau un sujet controversé.

Historique des accusations et théories relatives à Gladio[modifier | modifier le code] Les Armées Secrètes de l’OTAN Editions Demi Lune - Musiques du monde et Géopolitique. Attentat de l'Oktoberfest. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Nouveau monument commémoratif de l'attentat, inauguré en septembre 2008 L'attentat de l'Oktoberfest du a été perpétré par Gundolf Köhler, un terroriste d'extrême droite allemand. La bombe placée au niveau de l'entrée principale de la fête a fait 13 morts et 211 blessés, dont 68 graves. C'est l'attentat le plus meurtrier de la période d'après-guerre en Allemagne. Les faits[modifier | modifier le code] Débat sur les conclusions de l'enquête[modifier | modifier le code] La thèse du terroriste isolé a beaucoup été attaquée. Les critiques portent par exemple sur le fait que de nombreux témoignages relevant la participation d'autres auteurs à l'attentat présents dans le rapport du juge n'ont pas été pris en compte.

Les derniers scellés concernant le crime ont été détruits en 1997. Gladio[modifier | modifier le code] Des recherches de l'historien Daniele Ganser mettent en relation l'attentat de l'Oktoberfest avec les organisations dites Gladio[6]. Gladio in Spain, interview with Daniele Ganser. Allan Francovich: Operation Gladio (1992) Le juge anti-mafia Imposimato accuse le groupe Bilderberg de terrorisme. Gladio Otan.

Gladio like ?