background preloader

Henri Bergson

Facebook Twitter

La philosophie de Bergson. Bergson : une philosophie rationaliste et cartésienne Hostile au positivisme matérialiste, Henri Bergson, philosophe vitaliste français, a opéré un retour aux données immédiates de la conscience, à une « durée » pure et qualitative.

La philosophie de Bergson

L’intuition de Bergson : L’influence de Bergson fut considérable. A la fin du XIXe siècle et durant la première moitié du XXe siècle, il remit en question à la fois les philosophies intellectualistes, qui prétendaient accéder au réel par l’exercice de l’intelligence, et les solutions « scientistes », selon lesquelles la seule connaissance valable serait celle que procurent les sciences. Or, comment l’intelligence pourrait-elle nous faire saisir le réel ?

- C’est dans le moule de l’action qu’elle a été coulée. - Elle ne désigne pas originellement une faculté purement spéculative, mais une puissance active. - Envisagée dans ce qui paraît en être la démarche première, elle consiste à fabriquer des objets artificiels et à en varier la fabrication. L’intuition philosophique. Bergson : Le Rire. Résumé du rire de Bergson : Une approche fonctionnaliste Que signifie le rire ?

Bergson : Le Rire

Henri Bergson commence son travail sur le rire avec cette question simple. Son intention est d’analyser les choses qui nous font rire, afin de savoir pourquoi et comment elles nous font rire. Bergson limite son champ d’analyse avec trois remarques sur la comédie et le rire : – Le rire est nécessairement humain : nous rions des personnes ou des choses qu’elles font, jamais des objets en soi – Le rire est purement cérébral : être capable de rire exige une attitude détachée, une distance émotionnelle par rapport à l’objet qui déclenche le rire – Le rire a une fonction sociale : ” Pour comprendre le rire, il nous faut le remettre dans son environnement naturel, qui est la société, et surtout, nous devons déterminer son utilité, qui est sociale.

Qu’est-ce que le comique ? Les relations logiques ne nous font pas rire en elles-mêmes, il y a un processus qui commence par l’observation d’une absurdité et finit en rire. Les Deux Sources de la morale et de la religion. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Deux Sources de la morale et de la religion

Les Deux Sources de la morale et de la religion est un ouvrage du philosophe français Henri Bergson paru en 1932. Il pose la distinction restée célèbre entre « société ouverte » et « société fermée » (qui sera reprise dans une autre perspective par l’épistémologue Karl R. Popper). Le dernier chapitre expose la vision de l’avenir de l’auteur et contient le passage célèbre sur le « supplément d’âme » dont le corps serait en attente, à la suite des possibilités extraordinaires que lui confère la technique. Cette réflexion est placée sous le signe de la dualité mécanique/mystique : « Ne nous bornons donc pas à dire, comme nous le faisions plus haut, que la mystique appelle la mécanique. . — Chap. Table des matières[modifier | modifier le code] L’Obligation moraleLa Religion statiqueLa Religion dynamiqueRemarques finales. La question centrale de la mystique[modifier | modifier le code] La religion statique (Chapitre II)[modifier | modifier le code]

Bergson : L'Evolution Créatrice (résumé) Résumé de l’oeuvre d’Henri Bergson L’Evolution Créatrice est un texte de Henri Bergson publié en 1907.

Bergson : L'Evolution Créatrice (résumé)

Bergson montre que la conscience la plus profonde, celle de la durée intérieure, est au fond le sentiment de la vie universelle ou de l’élan vital. Cette puissance dynamique est orientée dans un sens que notre instinct pressent plus que notre intelligence ne le comprend. Cet élan vital est assimilé à un jaillissement créateur de nature spirituelle et dont les retombées constituent la matière. Cette philosophie de l’évolution expose donc une génèse de l’intelligence et de la matière à partir de la vie. L’ouvrage se termine par un exposé original de l’histoire de la philosophie de Platon à Bergson, nous invitant à comprendre le problème de l’Etre à partir de cette réalité fondamentale que constitue la durée.

L'énergie spirituelle. L'évolution créatrice. Bergson, tout simplement (4/4) : La pensée et le mouvant.