background preloader

Chronobiologie

Facebook Twitter

Le sommeil est la moitié de la santé ! Dormir facilite l’apprentissage : on sait pourquoi. Les souris ayant dormi après leur formation conservent les épines dendritiques qui connectent les neurones entre eux, jusqu’à plusieurs jours après l’apprentissage.

Dormir facilite l’apprentissage : on sait pourquoi

Même après l’assimilation d’autres tâches. Cela suggère donc que le sommeil intervient dans la mémorisation à long terme. © Benedict Campbell, Wellcome Images, cc by nc nd 4.0 Dormir facilite l’apprentissage : on sait pourquoi - 2 Photos L’apprentissage et la mémoire reposent sur l’extraordinaire plasticité du cerveau, cette capacité qu’ont les neurones de former de nouvelles connexions entre eux par l’intermédiaire de synapses. Comme l’explique Alain Lieury dans son dossier consacré à la mémoire, « avant l’apprentissage, les dendrites des neurones sont simples, comme des racines d’une fleur que vous venez de planter ». Ce sont ces épines dendritiques, protubérances sur les bras des cellules postsynaptiques, qui interpellent les chercheurs du NYU Medical Langone Center.

À voir aussi sur Internet Sur le même sujet. SOMMEIL: se coucher à la même heure pour bien mémoriser. Björn Rasch, professeur à l'université de Fribourg, en Suisse, a ainsi fait une belle démonstration publiée dans la revue Pnas (2012). 40 minutes versus 90 minutes Il a mené une expérience avec 30 participants ayant un sommeil régulier de plus de six heures par nuit.

SOMMEIL: se coucher à la même heure pour bien mémoriser

Equipés d'électrodes sur la tête, ils ont été divisés en trois groupes. A 21h30, le premier groupe (16 personnes) a été invité à jouer à un jeu de mémorisation de paires de cartes, avant d'aller se coucher à 23 h. Le sommeil paradoxal est primordial pour la créativité. Le sommeil paradoxal, ou sommeil REM (Rapid Eye Movement) serait primordial pour certains types fonctions, notamment la créativité.

Le sommeil paradoxal est primordial pour la créativité

Des tests meilleurs pour le sommeil paradoxal Pour preuve, l'équipe de Sara Mednick, de l'université de Californie (Pnas, 2009), a soumis 77 volontaires de 18 à 35 ans à deux sessions de tests évaluant la capacité à faire des associations (syntaxiques, sémantiques...) de mots. L'une avait lieu le matin, l'autre l'après-midi, entrecoupées d'un repos éveillé ou d'une sieste de quatre-vingt-dix minutes. Résultat: le sommeil améliore les scores aux tests d'association uniquement s'il contient du sommeil paradoxal, autrement dit du rêve.

Et la chercheuse de conclure: "Ces découvertes valident la recommandation du prix Nobel Friedich August Kekule "Apprenons à rêver"! " INFOGRAPHIE. Les terrifiants effets du manque de sommeil. La privation de sommeil est dangereuse.

INFOGRAPHIE. Les terrifiants effets du manque de sommeil

Un nombre d'heures de sommeil réduit, volontairement ou non, a des effets délétères sur tout votre corps. D'ailleurs, une étude publiée l'an dernier a démontré que même un petit manque à gagner de sommeil — moins de six heures par nuit durant une semaine — nuisait directement à plus de 700 gènes du corps humain. Voilà qui est alarmant lorsque l'on sait que plus de la moitié des Américains ne dorment pas les sept heures ou plus recommandées, selon ce que révélait un récent sondage. Voici pour vous une infographie et des explications sur tous les effets néfastes du manque de sommeil sur votre organisme, et ce, même après une seule nuit. Infographic by Alissa Scheller for the Huffington Post. Après une seule nuit... vous avez plus d'appétit et moins de satiété.

Vous êtes plus susceptibles aux accidents. Votre apparence n'est pas au mieux, pas plus que vos aptitudes interpersonnelles. Vous êtes plus susceptibles d'attraper un rhume. Le rythme de sommeil peut perturber l’expression des gènes. Chez les mammifères, le cycle circadien est contrôlé par le noyau suprachiasmatique (NSC), une minuscule région du cerveau qui synchronise toutes les cellules du corps au même rythme.

le rythme de sommeil peut perturber l’expression des gènes

Lorsque l’on modifie ce rythme, notre génome se dérègle lui aussi. © gfpeck, Flickr, cc by nd 2.0 En bref : le rythme de sommeil peut perturber l’expression des gènes - 1 Photo Notre organisme règle son rythme en fonction de la luminosité : il est actif la journée et se repose pendant la nuit. Ce cycle circadien contrôle de nombreux mécanismes physiologiques comme la température corporelle, la circulation sanguine, le métabolisme cellulaire et la production hormonale. Son dérèglement augmenterait le risque de développer plusieurs pathologies, telles que le cancer, le diabète et même certaines maladies mentales comme la bipolarité et la schizophrénie.

Obésité, diabète... moins dormir bouleverse l'expression des gènes. Les sujets dormant moins de cinq heures par nuit ont un risque d'obésité et de diabète de type 2 deux fois et demi plus élevé que ceux dormant plus de sept heures.

Obésité, diabète... moins dormir bouleverse l'expression des gènes

Ils ont aussi un risque d'hypertension augmenté. Un sommeil de moins de 6 heures modifie l'expression de 711 gènes... Une équipe menée par Derk-Jan Dijk, de l'université de Surrey (Royaume-Uni) a ainsi démontré pour la première fois (Pnas, 213) que la restriction de sommeil modifie jusqu'à l'expression des gènes. 26 participants de 23 à 31 ans dormant en moyenne 8,2 heures par nuit ont été recrutés. Pendant deux sessions d'une semaine, ils ont pu faire soit de longues nuits, soit de courtes nuits (moins de six heures).

A l'issue de celles-ci, ils ont subi une prise de sang et passé des tests. ANALYSE. ... qui régulent diverses fonctions Ces gènes régulent pour certains le métabolisme (ce qui pourrait favoriser le diabète de type 2 et l'obésité).