background preloader

[LES COMMUNS]

Facebook Twitter

Est un « commun » tout bien géré par des individus en collectif, partagé librement, et que personne ne possède en propre.

L’usage de ce bien est partagé et géré par tous celles et ceux qui s’investissent – les « commoners ». La notion de commun s’oppose en bien des points à la société telle qu’elle est instituée aujourd’hui, autour du droit d’auteur et de la propriété privée. S’organiser autour des communs est une manière de recréer de l’action collective entre citoyen.e.s.

Les communs en 1 heure. Les communs en 20 minutes. Les communs en 4 minutes. Remix the commons. Commun(s) - Partie 2 - Repenser le droit des communs avec Béatrice Parance. « Les biens communs nous offrent davantage de liberté et de pouvoir que ne le font l’État et le marché.

La notion de « biens communs » attire de plus en plus l’attention et l’intérêt de divers acteurs du changement social. Qu’il s’agisse d’écologie, de défense des services publics, de culture ou de technologie, les biens communs – ou, plus simplement, les « communs » – ont pour principal attrait de dessiner une alternative pratique aux logiques de commerce et de contrôle, mettant l’accent sur la coopération et le partage, et redonnant du pouvoir et de l’autonomie aux simples citoyens. La notion de « biens communs » est invoquée à propos de choses très différentes entre elles, depuis la gestion collective des ressources naturelles jusqu’à Linux et Wikipedia, en passant par la préservation des traditions indigènes, les services et infrastructures publics, les coopératives et l’économie solidaire, les jardins partagés et les AMAP… Difficile parfois de trouver un fil conducteur.

Basta ! Pourquoi est-il utile de réfléchir à ce qu’il y a de commun entre les communs ? Photo : CC Bindalfrodo. Passé et présent des biens communs. Ouverture et enclosure Dans son film documentaire, Les Glaneurs et la glaneuse (2000), Agnès Varda revisite la pratique traditionnelle du glanage dans la France d’aujourd’hui. Son voyage à travers le pays à la recherche de déchets et d’objets de rebuts variés commence justement par la terre et par les tonnes de pommes de terre trop peu uniformes pour la vente en supermarché. En fouillant le tas de légumes imparfaits, elle trouve rapidement la première des pommes de terre en forme de cœur qui deviendra le symbole de son film et de sa suite, Les glaneurs et la glaneuse : deux ans après en 2002.

Des grappes de raisin à l’art du collage, des pommes aux installations, Varda juxtapose avec fluidité nos usages de ressources tangibles et plus intangibles – ce qui « tombe entre les mots », comme le viticulteur et psychanalyste Jean Laplanche le dit poétiquement de son œuvre. Le film de Varda me servira ici de point de départ pour explorer les deux processus parallèles d’ouverture et d’enclosure.

La crise de l'idéologie propriétaire et le retour des communs. Dans cet entretien Benjamin Coriat, économiste au Centre d'Économie Paris Nord (Université Paris 13 / CNRS) revient sur les ressorts théoriques de l'idéologie propriétaire. Il montre comment celle-ci est devenue une force agissantes aux effets délétères. Étroitement associée aux mécanismes qui ont conduit aux grandes turbulences économiques actuelles, cette idéologie est aujourd'hui en crise.

Dans le même temps, le regain d'intérêt pour la question des communs ouvre d'immenses ressources pour refonder une politique émancipatrice dans le domaine économique et social. Contretemps - Qu'entends-tu par « idéologie propriétaire » ? Quelles sont les principales étapes de son affirmation ? L'« idéologie propriétaire », que l'on pourrait aussi appeler « utopie propriétaire », est une des expressions majeures de la pensée libérale actuelle. Sous cette forme, cette idéologie est relativement récente. Voyons d’abord le cas de la théorie de l’entreprise. C’est là qu’intervient Ostrom. Post-Scriptum. Les communs, la vraie idée révolutionnaire. Biens communs, ou communs, voilà un concept nouveau, à l'intersection des sciences politiques et de l'économie. Un concept à la mode, qui génère moult publications, autant de colloques et de livres. Mais de quoi s'agit-il ? Ce concept vient de loin, des communaux, d'une époque où l'Etat n'existait pas encore.

Il remonterait à la révolution néolithique, à cette première révolution agricole. A l'époque, les hommes se sont approprié des champs qu'ils vont labourer, ensemencer, moissonner, en d'autres mots travailler, et qui de ce fait deviendront leur propriété. Le reste de l'espace, les bois qui leur fournissent le combustible et les terres où ils vont chasser et éventuellement faire brouter les animaux récemment domestiqués sont des espaces communs.

Les charges contre les communs sont très violentes jusqu'à une époque récente. On a l'impression que c'est la fin. Très tôt, quasiment seule au début, l'Américaine Elinor Ostrom résiste. L'idée est très séduisante. "Les communs, ce n'est pas le monde des bisounours !" Les communs, quelles définitions, quels enjeux ? / Geneviève Azam. Présentation de: Les communs, quelles définitions, quels enjeux ? / Geneviève Azam Informations pratiques sur cette ressource Type : cours / présentation Niveau : licence, master, doctorat Durée d'exécution : 37 minutes 50 secondes Contenu : vidéo Document : Vidéo FLV (Flash) Poids : 322.89 Mo Droits : libre de droits, gratuitDroits réservés à l'éditeur et aux auteursTous droits réservés à l'Université Toulouse II-Le Mirail et aux auteurs. Description de la ressource pédagogique Résumé Les communs, quelles définitions, quels enjeux ?

"Domaine(s)" et indice(s) Dewey Economie de la terre et des ressources naturelles (333) Discipline(s) Economie et Gestion » Sciences économiques » Ressources naturelles Intervenants, édition et diffusion Intervenants Fournisseur(s) de contenus : Université Toulouse II-Le Mirail SCPAM, Nathalie MICHAUD Edition Université Toulouse II-Le Mirail Diffusion Canal-UVoir toutes les ressources pédagogiques Document(s) annexe(s) - Les communs, quelles définitions, quels enjeux ?

Les (biens) Communs. Les communs ou la renaissance des corps intermédiaires 2/2 - Dans l’article précédent, j’ai expliqué pourquoi il me semblait problématique que la technique et le numérique soient évacués des discours alternatifs, tels qu’exprimés dans le film Demain. Une autre absence me semble significative. A aucun moment du film le mot communs n’est exprimé.

Le documentaire s’attarde sur des alternatives qui peuvent pourtant toutes être considérées comme des communs parce qu’elle associent ressources, communauté et gouvernance ouverte. Que ce soit pour se réapproprier la monnaie, repenser l’impact social des services publics ou encore pour co-financer des éoliennes, à chaque fois les communs sont présents et pourtant jamais évoqués. Quelles questions posent cette absence? Le terme est commun… N’est-ce pas aussi une de ses principales faiblesses? Que penser en outre de la communauté?

Pas de communs sans une organisation régulée. Le communisme croit voir dans la propriété étatique une issue à l’exploitation économique due à la propriété privée du capitaliste. INTERROGER LA POLITIQUE, INTERROGER LE COMMUN PAR JEAN-LUC NANCY. Les communs, quelles définitions, quels enjeux ? / Geneviève Azam - Université Toulouse-Jean Jaurès (Toulouse II-le Mirail) BOLLIER, David (2014). La renaissance des communs. Pour une société de coopération et de partage. Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 192 p. PARANCE, Béatrice, DE SAINT-VICTOR, Jacques (dirs), 2014, Repenser les biens communs. Paris, CNRS Éditions, 314 p. PIBOU, Elsa (2013). LOCHER, Fabien, 2013, Les pâturages de la Guerre froide : Garrett Hardin et la « Tragédie des communs », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 60, 1/2013, 7-36. CORDONNIER, Laurent, 2012, Éclairages sur la notion de biens communs, 8 p.

GADREY, Jean, 2012, Des biens publics aux biens communs, Alternatives économiques, avril 2012. Pouvoir d’un seul et bien commun (VIe-XVIe siècles), 2010, Revue française d'histoire des idées politiques, 32, 2010/2, 224 p. PETITJEAN, Olivier (dir.), 2010, Les biens communs, modèle de gestion des ressources naturelles, Paris, DPH, Ritimo, Passerelle, 2, 134 p. GODBOUT Jacques T., 2007, Ce qui circule entre nous. OSTROM, Elinor, 1990, Governing the commons. Coredem dossier biens communs. De l’utopie numérique au choc social, par Evgeny Morozov (Le Monde diplomatique, août 2014) Dans la « salle de bains connectée », la brosse à dents interactive lancée cette année par la société Oral-B (filiale du groupe Procter & Gamble) tient assurément la vedette : elle interagit — sans fil — avec notre téléphone portable tandis que, sur l’écran, une application traque seconde par seconde la progression du brossage et indique les recoins de notre cavité buccale qui mériteraient davantage d’attention.

Avons-nous brossé avec suffisamment de vigueur, passé le fil dentaire, gratté la langue, rincé le tout ? Mais il y a mieux. Comme l’affiche fièrement le site qui lui est consacré (1), cette brosse à dents connectée « convertit les activités de brossage en un ensemble de données que vous pouvez afficher sous forme de graphiques ou partager avec des professionnels du secteur ». Ce qu’il adviendra par la suite de ces données fait encore débat : en conserverons-nous l’usage exclusif ? Les enjeux sont clairs. Retour au XIXe siècle Une critique réduite à la lamentation.

Communs de la connaissance

Ressources naturelles.