background preloader

Tableaux sur le thème du miroir : oeuvres et ressources

Facebook Twitter

Les Ménines de Velásquez. Cet article est la deuxième partie du dossier "Diego Velázquez, magistral interprète de l’Espagne du Siècle d’or" (L'éléphant n°10).

Les Ménines de Velásquez

Les visiteurs du musée du Prado, à Madrid, qui découvrent ce tableau dont les personnages sont presque aussi grands qu’eux, accroché tout seul sur le mur, ne peuvent qu’arrêter la course qui les mène du Jardin des délices de Jérôme Bosch au Trois Mai de Goya quelques salles plus loin. Tout est organisé pour qu’il y ait bien un « face-à-face » entre le public et l’une des plus célèbres et des plus étranges œuvres de l’histoire de l’art occidental, peinte en 1656.

Édouard Manet, A Bar at the Folies-Bergère - The Courtauld Institute of Art. Un bar aux Folies Bergère (1881-1882) d’Édouard Manet (rediffusion du 28.02.2015) Il s’agit de la dernière œuvre majeure de Manet réalisée avant sa mort.

Un bar aux Folies Bergère (1881-1882) d’Édouard Manet (rediffusion du 28.02.2015)

Très souvent commenté, ce tableau, célèbre à la fois le XIXe siècle par son sujet, lié au Paris nocturne celui des cafés-concerts et des théâtres qui attirèrent alors tant de peintres d'avant-garde, Degas, puis Toulouse-Lautrec et les nabis. Lieu de convivialité sociale ou temple des plaisirs illusoires, le café était pour les artistes le prétexte à peindre des scènes galantes ou des personnages confrontés à la solitude de l’alcool comme en témoignent les héroïnes mélancoliques de L’Absinthe (1876) de Degas.

Dans Le peintre de la vie moderne (1863), Baudelaire exaltait déjà « la représentation de la vie bourgeoise et les spectacles de la mode » dans laquelle il voyait une beauté nouvelle. Selon lui, l’artiste moderne devait être en phase avec son époque, siècle des courtisanes et des dandys, et se mêler à la foule des noctambules. Invité L'ar tiste Jean-Marc Bustamante. Caravage, pivot d'une époque ? Georges de La Tour, de l’ombre à la lumière. « La Vénus au miroir » (1647-1651) de Diego Velázquez (1599- 1660) Aujourd’hui, nous regardons une peinture de Velázquez, "La Vénus au miroir" (La Venus del espejo) , huile sur toile de 122x177 cm réalisée entre 1647 et 1651.

« La Vénus au miroir » (1647-1651) de Diego Velázquez (1599- 1660)

Diego Vélasquez, peintre de cour préféré du roi Philippe IV d’Espagne, a su renouveler et moderniser la création de son temps, et plus particulièrement l’art du portrait, dont il devient très vite le maître incontesté. Longtemps resté dans le secret des collections royales espagnoles, l’art de Velázquez est redécouvert au XIX siècle lors de l’ouverture du Prado au public. En France, des artistes tels que Manet qui le dénomma « le peintre des peintres », les Impressionnistes, puis Picasso ou encore Dalí vont se passionner pour son génie pictural. La Femme au miroir. Peintures Peinture italienne Auteur(s) : Aline François Dans ce chef-d'oeuvre du classicisme chromatique de la jeunesse de Titien, l'harmonie de la composition et des couleurs exalte la beauté de la femme.

La Femme au miroir

Titien donne ici le prototype de l'idéal féminin caractéristique de la peinture vénitienne. Les deux miroirs, dont l'un est tendu par l'homme, permettent à la jeune femme de se voir de face et de dos : ce thème du reflet, inventé par Giorgione, met en valeur l'habileté technique de l'artiste. Une composition classique. Les Époux Arnolfini (1434) Il s'agit d'une peinture sur bois de 82,2 × 60 cm conservée à la National Gallery de Londres.

Les Époux Arnolfini (1434)

Avec Jean-Philippe Postel : Médecin (1979 à 2014), il est l’auteur de L'Affaire Arnolfini.Les secrets du tableau de Van Eyck édité par Actes Sud. Touche après touche, l’auteur décrypte les leurres et symboles semés par l’artiste sur sa toile, à l’image d’un roman policier à énigmes. Alors le tableau prend corps, son histoire se tisse de manière évidente et les personnages qui nous regardent dans cette scène immuable prennent vie devant nous… Fais en sorte de promettre. The Arnolfini Portrait. This must be one of the most famous and intriguing paintings in the world.

The Arnolfini Portrait

A richly dressed man and woman stand in a private room. They are probably Giovanni di Nicolao di Arnolfini, an Italian merchant working in Bruges, and his wife. Although the room is totally plausible – as if Jan van Eyck had simply removed a wall – close examination reveals inconsistencies: there’s not enough space for the chandelier, and no sign of a fireplace. Moreover, every object has been carefully chosen to proclaim the couple’s wealth and social status without risking criticism for aping the aristocracy. The man’s hand is raised, apparently in greeting. This must be one of the most famous paintings in the world, and one of the most intriguing. The house is of brick. The room’s restrained luxury is equalled by the careful sartorial splendour of the couple. So who are the people in this intimate setting? Technical analysis tell us much about how the picture was made.

Les fantasmes de Caravage - Ép. 4/4 - Narcisse, mon beau Narcisse. Michelangelo Merisi, dit Le Caravage, est né à Milan en 1571 et mort en 1610.

Les fantasmes de Caravage - Ép. 4/4 - Narcisse, mon beau Narcisse

Gallerie Nazionali Barberini Corsini. The Repentant Magdalen. La reproduction interdite - Museum Boijmans Van Beuningen. Author: Marijke Peyser.

La reproduction interdite - Museum Boijmans Van Beuningen