background preloader

1915 : uniformes et équipement du poilu

Facebook Twitter

CRID 14-18 - Accueil. DICOD - Un poilu bleu-horizon. En août 1914, les soldats français sont toujours vêtus de l'uniforme napoléonien, composé d'une capote bleu marine et d'un pantalon rouge garance.

DICOD - Un poilu bleu-horizon

Les allemands ont, quant à eux, troqués, depuis la fin du XIXème siècle, leur uniforme voyant au profit d'un modèle vert de gris, plus discret. Le pantalon rouge va se révéler tragique pour les troupes françaises, qui sont massacrées par la mitraille allemande lors des premières offensives. Si bien qu'en novembre 1914, le ministre de la guerre Alexandre Millerand décide d'abandonner les teintes voyantes au profit d'une teinte bleu clair.

Dès avril 1915, les militaires français reçoivent ainsi un nouvel uniforme de couleur dite "bleu horizon". Cette tenue sera portée par les militaires pendant de nombreuses décennies. A partir de 1915, le képi en feutre est remplacé par un casque en acier, mis au point par l’intentant militaire Louis Auguste Adrian. Portée au poignet, elle était destinée à permettre l'identification des morts et des blessées. Travail sur les uniformes des Poilus au lycée Galilée de Gennevilliers. La classe de PCL (Physique et Chimie de Laboratoire) du lycée Galilée de Gennevilliers ainsi que des élèves volontaires de 1ère générale ont appréhendé les questions pratiques et les contraintes techniques qui ont orienté le choix de l’équipement du « poilu » entre 1914 et 1918, notamment à travers la teinture de la laine.

Travail sur les uniformes des Poilus au lycée Galilée de Gennevilliers

Ce travail peut être réinvesti dans de nombreux cadres, par exemple celui des TPE. Il se décompose en deux temps : un atelier scientifique où les élèves travaillent sur la teinture ;un atelier historique où ils œuvrent à la contextualisation du projet. Des fils sont également tirés dans les disciplines littéraires (histoire et français). Été 1915 : Un casque et du bleu dans les tranchées. Indiscutablement, lorsque nous pensons à la Première Guerre mondiale, nos esprits voient se dresser un soldat français tout vêtu de bleu et coiffé d’un casque épousant parfaitement le haut de son crâne.

Été 1915 : Un casque et du bleu dans les tranchées

Cette couleur bleu horizon reste et restera celle de nos ancêtres tapis dans les tranchées. Les soldats de classe 1915, arrivant dans les tranchées avec ce nouvel uniforme, seront surnommés par les poilus de classe 1914 « bleuets ». Le symbole (si fort) perdure avec l’insigne que beaucoup agrafent sur la poitrine chaque 11 novembre. Bien entendu, le pantalon rouge garance (qui date de 1867) ou encore le képi recouvert d’un manchon de couleur terne qui, ont accompagné les Français au cours des violentes campagnes de 1914 et du début de 1915, sont également des uniformes connus.

Cependant, leur caractère peu adéquate voire obsolète sur le champ de bataille les mettront hors d’usage. Un nouvel uniforme tout bleu Le casque Adrian, un couvre-chef populaire. Le camouflage pendant la Première Guerre mondiale, une arme qui trompe mais qui ne tue pas. Utilisée très tôt par l’homme chasseur ou guerrier, cette technique de dissimulation et de protection a connu, pendant la Première Guerre mondiale, un développement exceptionnel, et a permis à de nombreux artistes de mettre leur imagination et leur talent au service de leur pays.

Le camouflage pendant la Première Guerre mondiale, une arme qui trompe mais qui ne tue pas

Très largement exploité par l’Armée française, le camouflage est également pratiqué par les autres armées belligérantes, chacune l’adaptant avec son génie propre. L’étude des principes du camouflage dans la nature est relativement récente, mais l’homme les a mis en pratique depuis longtemps, dès qu’il a découvert que la reconnaissance de tout objet, animé ou non, peut dépendre de la façon dont sa forme est affectée par des différences de couleurs ou de tons et peut changer avec les jeux de lumière et d’ombre. La dissimulation s’exerce déjà au niveau de l’uniforme : le combattant lui-même doit se protéger au moyen d’une tenue discrète.

Portail officiel du centenaire de la Première Guerre mondiale. Le Pays de Meaux a rendez-vous avec l'Histoire. MA_fiche-objet-masque-gaz.pdf. MA_fiche-objet-uniformes-14-18.pdf. MA_fiche-objet-Lebel.pdf. Les Français à Verdun - 1916. Le nouvel uniforme bleu horizon. C'est le ministre de la guerre Messimy qui prend la décision de changer l'uniforme français, par un décret du 27 juillet 1914, afin d'adopter des couleurs plus ternes et une coupe plus adéquat.

Le nouvel uniforme bleu horizon

Il est bien sur trop tard et les premiers combats se feront avec l'ancienne tenue. C'est aprés la victoire de la Marne que l'état-major décide d'adopter la couleur bleu horizon, mélange de laine blanche (35%), bleue foncée (15%) et bleue claire (50%). La réforme est immense et l'armée française présentera un aspect trés dépareillé jusqu'à la fin 1915, à cause des solutions de fortune adoptées dans l'urgence, des modifications portées aux anciens uniformes, des modifications apportées aux nouveaux effets, des pénuries et de la lenteur des approvisionnements. Témoignage du légionnaire Blaise Cendrars: Nous avions touché le Képi, le fameux "pot de fleur", et portions la capote d'infanterie de ligne. Fantassins français vers 1915: