background preloader

Harcèlement sexuel

Facebook Twitter

"Messieurs, voici comment distinguer drague et harcèlement" De plus en plus souvent, l'actualité, française mais aussi mondiale, est secouée par des affaires de harcèlement, d'agressions sexuelles, de viols, de violences conjugales...

"Messieurs, voici comment distinguer drague et harcèlement"

Pourquoi? Non pas parce que le nombre de scandales augmente, mais parce que la parole se libère, et les féminismes y sont pour beaucoup. Nous, femmes victimes de comportements sexistes, cessons peu à peu de les considérer comme une fatalité, et dénonçons de plus en plus fort le rapport de domination qui nous est imposé. Certains hommes commencent eux aussi à prendre l'ampleur du problème, mais, hélas, pas tous les hommes... Succédant à celle de Michel Sapin, l'affaire la plus récente met en cause l'élu écologiste Denis Baupin, et nous fournit une illustration parfaite de notre sujet. 13 femmes l'accusent de harcèlement et d'agression sexuelle. LIRE AUSSI >> Affaire Baupin: pour un harcèlement sexuel, "deux textos suffisent" "Un seul critère: le consentement"

«Ça peut être très tranquille un viol, le silence enfoncé dans la gorge, les yeux au plafond» Voilà un texte qui a été envoyé à notre chroniqueur Claude Askolovitch par une jeune femme qu’il a croisée dans sa vie professionnelle, alors qu’elle était membre d’un cabinet ministériel.

«Ça peut être très tranquille un viol, le silence enfoncé dans la gorge, les yeux au plafond»

Elle lui a adressé ce texte en réponse à ce que lui-même publiait sur les réseaux sociaux, témoignant de l’embarras que lui inspirait le bruit de l’affaire. Il voyait, autour de Baupin, plus de lynchage et de confort que de justice. «J’avais peut-être tort, et cette amie me l’a signifié, nous dit Claude Askolovitch. Elle fait partie de ces femmes que cette histoire a réveillées et que le bruit soulage, puisqu’il fait écho à leur long silence.» Nous publions son témoignage. C’est bruyant un viol, il y a nécessairement des cris, du verre brisé et des larmes. Ça peut aussi être très tranquille un viol, le silence enfoncé dans la gorge, les yeux au plafond. Entre les deux, cinquante nuances de consentement.

J’avais 25 ans et j’avais décroché le job de mes rêves dans un cabinet ministériel. Harcèlement sexuel : quand la proie parle. Harcèlement Moral et Sexuel. Dans quel cas utiliser ce dossier ?

Harcèlement Moral et Sexuel

Vous pensez être victime de harcèlement moral sur votre lieu de travail. Vous déplorez en effet des actes répétés de la part de votre employeur, de votre hiérarchie ou d'un collègue de travail qui causent une dégradation importante de vos conditions de travail. Vous vous demandez quels sont les actes qui peuvent être considérés comme du harcèlement moral ? Vous ne savez pas comment agir ? Vous souhaitez porter plainte pour le harcèlement moral dont vous êtes victime ? Si vous êtes victime de tels faits, vous devez utiliser tous les recours à votre disposition. Contenu du dossier : Voici toutes les réponses et outils nécessaires à une meilleure compréhension de vos droits, et surtout à la manière de les mettre en œuvre pour mettre un point final au harcèlement professionnel dont vous êtes victime : Télécharger le dossier La question du moment Comment prouver que je suis victime de harcèlement moral ? La réponse. Stop Harcèlement de rue.

(c’est quoi le slut shaming? Clique) L’article que j’ai écrit sur Madmoizelle raconte comment j’ai récemment répondu à différentes agressions verbales sexistes et/ou sexuelles (grâce notamment aux conseils du blog « Projet Crocodiles »), et vous pouvez le lire ici. Voilà. Siffle pas ta mère. Le harcèlement moral, on savait qu’il existait, tapi dans l’ombre d’un bureau et avalé par le déni ou la honte.

Siffle pas ta mère

Mais il existe aussi le harcèlement de rue. Il concerne toutes sortes d’agressions sexistes au quotidien, qu’elles prennent la forme de sifflements, de drague lourdingue, de remarques sexuelles et de violences physiques. En Europe, la sonnette d'alarme a tout d’abord été tirée par plusieurs femmes qui ont pris l’initiative de sortir du silence et prouver que ces réflexions désobligeantes et offensantes n’ont pas à être acceptées par la gente féminine. L’une des premières fut Sofie Peeters, une femme belge qui grâce à une caméra fixée sur ses fesses avait prouvé en une journée l’intensité des remarques mais surtout l’irrespect monstrueux des hommes croisés sur son chemin.

Depuis, de nombreuses vidéos du même type ont émergé, notamment à New-York, à Paris et d’autres grandes villes. Et en fin d'année, c’est au Pérou que cela a fait le buzz.