background preloader

Lecture et lecteurs

Facebook Twitter

American Librarians Just Chose 2017’s Best Books for Children and Young Adults. Et si la lecture était une forme de résistance ? Les neurones de la lecture. Lire des livres permet de vivre plus longtemps… Un chapitre lu, c’est un jour de gagné : c’est en effet le titre provocateur (1) d’une étude réalisée par des chercheurs américains d’un laboratoire de l’université de Yale, qui ont suivi une cohorte de 3635 participants, plutôt âgés, sur une période de 12 ans.

Lire des livres permet de vivre plus longtemps…

Pour résumer, le groupe défini comme « lecteurs de livres » bénéficiait d’un avantage de vie de 23 mois en moyenne par rapport aux membres des autres groupes « toutes choses égales par ailleurs » (âge, sexe, richesse, niveau de diplôme, statut marital, bilan de santé…). L’étude a fait parler d’elle, car les autres travaux comparables avaient jusque là conclu à l’absence d’effets significatifs. La nouveauté ici, tient à l’hypothèse de départ séparant la lecture de livres (monographies) de celle de magazines et journaux(périodiques), ce qui a visiblement « fait la différence ». LES NEURONES DE LA LECTURE PAR STANISLAS DEHAENE. CC Giovanni S.

LES NEURONES DE LA LECTURE PAR STANISLAS DEHAENE

Santos / Flickr Si nos gênes n’ont pas évolué pour nous permettre d’apprendre à lire, c’est l’écriture qui a évolué afin de tenir compte des contraintes de notre cerveau. Les livres, des armes pour affronter la dureté du réel - Idées. Outre un plaisir esthétique, le lecteur cherche des émotions dans les livres.

Les livres, des armes pour affronter la dureté du réel - Idées

Une dimension que les enseignants, les critiques, et les chercheurs ont tendance à délaisser, déplore la professeure de littérature Hélène Merlin-Kajman. Dans le chapitre inaugural de Lire dans la gueule du loup, Hélène Merlin-Kajman se met en scène, lisant un jour à son fils âgé de 12 ans Le mauvais vitrier, de Charles Baudelaire. Le poète y raconte comment, ayant fait appel au service d'un artisan, et insatisfait du fait que celui-ci n'ait pas, dans sa marchandise, les verres de couleur qu'il désirait – « des verres roses, rouges, bleus, des vitres magiques, des vitres de paradis... », écrit Baudelaire –, il brisa ladite marchandise dans un geste de colère. « Quand j'ai eu terminé de lire, j'ai vu un visage assombri, étonné, presque sévère, m'interroger du regard.

Cnesco : JL Dufays : Comment développer les compétences en lecture littéraire ? Dédié à l'apprentissage continué de la lecture, la conférence Cnesco Ifé a commencé à aborder le sujet des apprentissages dans le secondaire avec une conférence de Jean-Louis Dufays, professeur à l'université catholique de Louvain.

Cnesco : JL Dufays : Comment développer les compétences en lecture littéraire ?

Pour lui, il faut enseigner la lecture littéraire pour redonner du sens et du goût à l'enseignement littéraire. Il recommande d'utiliser les lectures des élèves pour mieux travailler le processus de lecture et initier aux niveaux de lecture. Ainsi s'installe un "va et vient" entre la participation souhaitée de l'élève et un constant souci de distanciation. A l'heure du numérique il s'agit de sauver la culture littéraire...

L'apprentissage de la lecture et de la littérature rencontre des obstacles, rappelle JL Dufays. Conférence en direct : Lire, comprendre, apprendre. Le Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco) et l’Institut français de l’éducation (Ifé-ENS de Lyon) organisent une conférence de consensus intitulée : « Lire, comprendre, apprendre : comment soutenir le développement de compétences en lecture ?

Conférence en direct : Lire, comprendre, apprendre

», les 16 et 17 mars à l’ENS de Lyon. Afin de permettre à chacun de suivre les échanges, le Cnesco et l’Ifé ont décidé de retransmettre la conférence de consensus en direct. Diffusion de la conférence virtuelle La conférence virtuelle en direct est accessible sur le lecteur vidéo ci-dessous. Elle est diffusée le mercredi 16 mars, de 9h30 à 16h30, et le jeudi 17 mars, de 9h30 à 16h. Pourquoi inciter des adolescents à lire de la littérature ? Au cours des trente dernières années, la rentabilité scolaire a été au cœur de la plupart des interrogations sur la lecture d’œuvres littéraires pendant l’adolescence.

Pourquoi inciter des adolescents à lire de la littérature ?

Cette lecture contribue-t-elle à la réussite des élèves de catégories sociales aisées, s’est-on demandé pendant un temps ? Est-elle propice à de meilleures performances dans l’acquisition de la langue, introduit-elle à certains apprentissages, certaines compétences spécifiques ? S’y est mêlé un débat sur ses éventuels bienfaits socialisants, en particulier par le partage d’un patrimoine commun. Oui, les jeunes Français lisent encore ! Des enfants et des adolescents qui aiment lire, c'est ce qui ressort d'une étude publiée par le Centre national du livre.

Oui, les jeunes Français lisent encore !

Entre 7 et 19 ans, les 1500 jeunes interrogés lisent globalement six livres par trimestre, soit en moyenne trois heures par semaine. Et internet n'est pas forcément un frein. Lire pour le plaisir, pour se détendre ou pour s'évader, les jeunes Français sont loin d'avoir délaissé les livres pour la télévision ou le smartphone.