background preloader

Entreprendre dans la Culture

Facebook Twitter

L'Economie Sociale et Solidaire dans le champ culturel. Pour mieux appréhender les logiques de l'Economie Sociale et Solidaire agissant dans le champ de la culture, l'Atelier vous propose cette fiche thématique. L'économie de la culture en Île-de-France Le secteur culturel regroupe de nombreuses activités variées : spectacle vivant, presse et médias, audiovisuel, édition, animation socioculturelle ... Il se décompose en trois grandes familles : l'industrie culturelle (audiovisuel, édition, presse, divertissement)le secteur public institutionnel (conservatoires, bibliothèques, musées) dans lequel se mélangent structures associatives, commerciales et coopératives, toutes gérées et financées par les pouvoirs publicsle tiers secteur, formé par des structures de plus petite taille, souvent sous statut associatif ou coopératif, disposant de financement variées. En Île-de-France, ces différentes familles bénéficient d'une grande proximité, se côtoient et se nourrissent les unes des autres.

Chiffres-clés culture en Île-de-France (source : INSEE, IAU) Outils de Gestion et d'analyse financière. COMMMENT FINANCER LA CULTURE ? DOSSIER CONSACRÉ À L'ÉCONOMIE DE LA CULTURE - L'A. Agence culturelle du Poitou-Charentes. Publié le vendredi 03 avril 2015 [LA DOCUMENTATION FRANÇAISE] L’économie culturelle est plurielle : elle concerne la création, le marché, la redistribution, sociale et même solidaire. Elle est un vecteur de développement et façonne notre façon de penser, de vivre, d’être au monde.

En France, au total, l'apport de la culture à l'économie au sens très large du terme, atteindrait les 104,5 milliards d'euros, soit près de 6 % de la valeur ajoutée. Le "budget de la culture" est un véritable enjeu pour l’État et occupe une place centrale chez les analystes de la vie culturelle française. "Certes, le patrimoine, la création et l’éducation culturelle ne doivent pas entrer dans des logiques de marché. Mais le secteur culturel dans ses autres composantes peut-il désormais s’inscrire en dehors des logiques de rentabilité ? " Au sommaire de ce dossier en ligne sur le site de La Documentation française : - Questions à Frédéric Deval- Comment financer la culture ?

Thèmes associés : Économie. Culture et financements : panacher pour mieux régner. Culture et financements : panacher pour mieux régner Revue du web - 01/05/2015 Quand la crise fut venue, la culture fut dépourvue. Alors que les fonds publics destinés à la culture se réduisent — ou qu'ils proviennent d'autres sources à l'instar de la National Lottery en Grande Bretagne —, les institutions culturelles et créatives sont contraintes d'adapter voire d'inventer leurs propres modèles économiques. D'où l'émergence de nouveaux modes de financement — crowdfunding, fonds d'investissement, mécénat, partenariats, co-productions... —, forcés de s'allier entre-eux afin de faire rayonner œuvres et idées. Vérifier les faits : le financement de l'art a-t-il été décimé ou bien protégé ? "Bien que nous ayons dû faire des coupes dans les subventions, nous avons augmenté la somme d'argent allant aux arts grâce à la Loterie Nationale.

" a exprimé Ed Vaizey, Ministre anglais de la culture, lors d'une interview à la BBC. Lire sur theconversation.com Lire sur lenouveleconomiste.fr. Accompagner les nouveaux « startupers » de la culture | proscenium. Une nouvelle génération d’entrepreneurs culturels émerge, natifs du Web ou issus de l’univers de la création, qui inventent de nouveaux modèles économiques et de nouveaux usages, en surfant sur les opportunités que représente le numérique en terme d’innovation. Tout un écosystème se met peu à peu en place, à l’échelle des territoires, pour les accompagner dans leur développement. C’est au dernier étage de la Gaîté Lyrique à Paris que s’est installé l’incubateur Creatis, une résidence de jeunes pousses culturelles hébergées dans cet ancien théâtre prestigieux, que la Ville de Paris a transformé en centre culturel dédié aux musiques actuelles et aux arts numériques.

Carpe Diese – première école de musique par webcam – y a côtoyé La Plage – projet de centre culturel dédié au Hip Hop qui doit ouvrir ses portes à l’automne 2015 sur 1400 m2 à Paris, au premier étage de la Canopée des Halles. Réseaux Culture et innovation Financer l’amorçage. Faire émerger, mûrir un projet et être accompagné. Transmission et reprise des entreprises culturelles : quels enjeux de politique publiques ? Par Valérie Champetier et Cédric Fischer - mars 2015 Comment les entreprises culturelles survivent-elles au départ de leur créateur ou de leur dirigeant ? Dans les secteurs culturels comme dans l’ensemble des secteurs économiques, la question de la transmission se pose le plus souvent au moment de la cessation d’activité du dirigeant. Rarement anticipée, peu préparée et souvent mal vécue, la transmission est pourtant essentielle à la préservation des emplois, des compétences et de la diversité du tissu entrepreneurial.

Les repreneurs doivent faire face à des problèmes d’accès au financement et expriment un besoin d’accompagnement et de sensibilisation. Selon le type d’activité, les différents secteurs culturels présentent toutefois des caractéristiques différentes face à la question de la transmission/reprise. Dans les activités proches de la diffusion et du commerce (librairies et théâtres privés par exemple), la crise économique de 2008 marque une rupture. Téléchargez l'étude.

Revivez le Forum Entreprendre dans la culture en vidéo. Focus du mois L’histoire d’un outil de filière - Cette année, la loi relative aux droits d’auteur et aux droits voisins, instituant la rémunération équitable et la copie privée, fête ses 30 ans. Votée le 3 juillet 1985, elle a permis de générer plus de 5 milliards d’euros au profit des industries de la musique et de l’audiovisuel, et de leurs ayants droit.

Pour célébrer la 100e édition d’Irmactu, nous vous racontons l’histoire de cette fameuse "loi Lang", qui changea pour toujours la filière musicale. De Marc Guez à Jack Lang, 10 interviews étayent ce dossier. Starting-blocks : les startups de la musique se racontent ! À mi-mois, on lève la tête du guidon et on s’intéresse à l’innovation. Starting-blocks c’est des entreprises, des activités innovantes, et celles et ceux qui les font ! >> Découvrez les startups qui font le secteur musical de demain !

Suivez l’Irma en continu ! Philippe Tilly - Pour réussir dans l'entrepreneuriat culturel, il faut être bien acoompagné - Coulisses.co. Si se lancer dans l’entrepreneuriat est toujours complexe, c’est encore plus vrai dans le secteur culturel, où l’on manque parfois de compétences business. Heureusement, des dispositifs initiés par le gouvernement existent pour aider ceux qui souhaitent se lancer. À ce sujet, nous avons rencontré Philippe Tilly, chargé de mission pour le ministère de la Culture et de la Communication. Philippe Tilly, merci d’accorder une interview à Coulisses, la revue pratique de la production artistique. Pouvez-vous nous présenter votre rôle au sein du ministère de la Culture et de la Communication ?

Je suis chargé de mission au bureau du financement des industries culturelles de la DGMIC (Direction générale des médias et des industries culturelles) du ministère de la Culture et de la Communication. Concrètement, quelles actions a mis en place le ministère de la Culture et de la Communication, dirigé par Fleur Pellerin, pour aider les entrepreneurs à se lancer ? Un bilan très positif ! Entrepreunariat culturel. ESS. Le terme d’Economie sociale et solidaire regroupe un ensemble de structures qui reposent sur des valeurs et des principes communs : utilité sociale, coopération, ancrage local adapté aux nécessités de chaque territoire et de ses habitants. Leurs activités ne visent pas l’enrichissement personnel mais le partage et la solidarité pour une économie respectueuse de l’homme et de son environnement. Le modèle économique de l’ESS est au service de la société et du citoyen. L’Economie sociale et solidaire naît de la synthèse de deux concepts L’économie sociale se définit par les statuts des structures qui la composent : associations, coopératives, mutuelles et fondations.

Elles défendent la primauté de l’homme sur le capital et supposent une gestion collective des organisations. L’économie sociale plonge ses racines dans le mouvement ouvrier du XIXème siècle et sa résistance à la logique productiviste de la révolution industrielle. My Social Business Model - MySBM est un outil pédagogique en ligne aidant les entrepreneurs sociaux à mieux formuler la stratégie et le modèle économique de leur projet social.

Mutualisations dans la culture

L'Atelier | Centre de ressources régional de l'économie sociale et solidaire. Ressources.