background preloader

FEMMES ET POLITIQUE

Facebook Twitter

Dossier répertoriant les pages concernant les liens, les relations entre les femmes et la politique ou le pouvoir en général.

Retrouver l’élan du féminisme, par Christine Delphy (Le Monde diplomatique, mai 2004) On parle souvent des acquis du mouvement féministe.

Retrouver l’élan du féminisme, par Christine Delphy (Le Monde diplomatique, mai 2004)

Mais aucun progrès social, y compris quand il est inscrit dans la loi, n’est gravé dans le marbre. L’histoire contemporaine le démontre à l’envi. Particulièrement fragiles, les acquis féministes sont en butte à plusieurs types d’obstacles : les attaques « masculinistes », le « baquelache (1) » idéologique et la mauvaise volonté politique ; le matraquage du mythe de « l’égalité-déjà-là ». La contre-offensive patriarcale se constate dans tous les pays. Partout, ce sont en majorité des femmes qu’on envoie en première ligne pour dire que le féminisme ne passera pas ou n’est pas passé ; n’est pas ou n’est plus utile ; a toujours été nocif ou l’est devenu. Vers une théorie du backlash : la résistance dynamique et le rôle fondamental du pouvoir.

Pour mieux circonscrire le phénomène du backlash[2], il faut d’abord dégager de l’ensemble des connotations politiques que le terme revêt habituellement une notion utile pour l’analyse.

Vers une théorie du backlash : la résistance dynamique et le rôle fondamental du pouvoir

Au sens courant, le backlash désigne certaines réactions politiques conservatrices devant des transformations sociales ou politiques progressistes – ou libérales (Faludi (1991) constitue un classique en la matière). Ici, cependant, nous proposerons une définition non idéologique du backlash qui relève d’une approche plus neutre de son étude. Si le backlash englobe des actes fondés aussi bien sur la persuasion que sur la coercition, nous croyons toutefois pertinent, d’un point de vue analytique, de limiter sa définition à des actes de pouvoir à caractère coercitif. Notre travail s’inspire de la sociologie des mouvements sociaux et des contre-mouvements, ainsi que des études politiques sur le pouvoir, les préférences et les intérêts. Le niveau absolu de pouvoir en jeu dans un backlash peut varier. Sur  » Backlash, the undeclared war against women » de Susan Faludi. On assiste aux U.S.A., analyse une jeune journaliste, Susan Faludi, dans ce livre, qui a obtenu un grand succès, à un ensemble de contre-attaques remettant en cause les acquis obtenus par les femmes depuis le début de la « seconde vague » du féminisme.

Sur  » Backlash, the undeclared war against women » de Susan Faludi

Sur ce phénomène, que l’on pourrait remarquer aussi dans d’autres pays, S. Faludi offre une synthèse riche d’informations, éclairée par des investigations de première main, des témoignages, des portraits. Ce backlash, ce « retour en arrière », montre-t-elle, progresse grâce aux médias et à la culture populaire (séries télévisées, cinéma, magazines), s’appuie sur les activités de groupes politiques et religieux (la nouvelle droite, le « mouvement des hommes », les groupes anti-avortement) et a réussi sous les présidences Reagan et Bush à s’implanter dans les institutions. Rien de très original donc dans le discours antiféministe contemporain, même s’il sait prendre des formes insidieuses et sophistiquées. L'histoire des droits de la femme. OSEZ! Clip publicitaire pro femme. SCUM Manifesto. Vivre dans cette société, c’est au mieux y mourir d’ennui.

SCUM Manifesto

Rien dans cette société ne concerne les femmes. Alors, à toutes celles qui ont un brin de civisme, le sens des responsabilités et celui de la rigolade, il ne reste qu’à renverser le gouvernement, en finir avec l’argent, instaurer l’automation à tous les niveaux et supprimer le sexe masculin. Grâce au progrès technique, on peut aujourd’hui reproduire la race humaine sans l’aide des hommes (ou d’ailleurs sans l’aide des femmes) et produire uniquement des femmes ; conserver le mâle n’a même pas la douteuse utilité de permettre la reproduction de l’espèce. Le mâle est un accident biologique ; le gène Y (mâle) n’est qu’un gène X (femelle) incomplet, une série incomplète de chromosomes. Les Femen : leurs liens avec l'extrême droite ukrainienne et les think-tanks étasuniens.

Cet article est une bombe pour tous les partisans et défenseurs de ce mouvement controversé baptisé appelé Femen.

Les Femen : leurs liens avec l'extrême droite ukrainienne et les think-tanks étasuniens

Tout d'abord, la rédaction de Joelecorbeau.com salue le travail remarquable d'Olivier Pechter qui a permis de mettre en lumière le passé « nauséabond » (pour reprendre l'expression des mass-medias) de ces activistes féministes. Un travail que nous allons vous présenter, mais également agrémenter avec des informations supplémentaires. Début communiste Comme nous l'avons constaté dans la première partie de son article, La face Cachée des Femen, ces activistes ont la réputation d'être des transfuges, passant des jeunesses communistes aux mouvements ultranationalistes. Également comme une « political technology : une manipulation politique poussée à son extrême. Parmi eux, on retrouve Oksana Chatchko (cofondatrice des Femen), Anna Hutsol (cofondatrice des Femen) et Viktor Sviatski (l'homme que l'on présentera comme celui qui tire les ficelles dans l'ombre du mouvement Femen).