background preloader

Sciences

Facebook Twitter

Fritz Zwicky. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fritz Zwicky

Pour les articles homonymes, voir Zwicky. Biographie[modifier | modifier le code] Il passe son enfance en Suisse à Mollis et fait ses études à l'École polytechnique fédérale de Zurich où il obtient un doctorat de physique en 1922, puis il intègre en 1925 le California Institute of Technology où il enseigne la physique théorique et l’astrophysique de 1929 à 1968. Travaux[modifier | modifier le code] Après ses études, Zwicky s’intéresse rapidement à l’astronomie, notamment aux novae. En 1936, Zwicky travaille au mont Palomar avec un télescope photographique à champ large d'un type très spécial. C’est lui qui introduit avec l’astronome allemand Walter Baade le terme de supernovæ et suggère que celles-ci peuvent créer des étoiles à neutrons (dont il prédit l’existence) et émettre des rayons cosmiques.

Lumière fatiguée[modifier | modifier le code] Paradoxe d'Olbers. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Paradoxe d'Olbers

Pour les articles homonymes, voir Olbers. Le paradoxe d'Olbers[1] (en anglais : Olbers' paradox[2]), appelé aussi paradoxe de Chéseaux-Olbers ou paradoxe de la nuit noire, est une contradiction apparente entre le fait que le ciel est noir la nuit et le fait que l'Univers était supposé statique et infini à l'époque. Il a reçu ce nom de baptême dans l'ouvrage[3]Cosmology (1952) du cosmologue anglo-autrichien Hermann Bondi[4], en l'honneur de l'astronome allemand Heinrich Olbers qui le décrivit en 1823[5], mais il avait déjà été énoncé par Thomas Digges en 1576[6], par Johannes Kepler en 1610[7] ainsi que par Halley et Chéseaux au XVIIIe siècle.

Exposé du paradoxe[modifier | modifier le code] Jean Staune : 'L'hypothèse d'un créateur est scientifique' Jean Staune * est philosophe des sciences.

Jean Staune : 'L'hypothèse d'un créateur est scientifique'

Secrétaire général de l'université interdisciplinaire de Paris (UIP), ayant dirigé des ouvrages auxquels de nombreuses personnalités scientifiques (dont 11 prix Nobel) ont contribué, ce catholique milite pour un dialogue entre sciences et religions. Pour lui, la science pose ouvertement la question du sens. Le Figaro Magazine -La théorie de Stephen Hawking vous paraît-elle crédible? Jean Staune - J'ai envie de vous répondre par une histoire. Vous êtes devant un peloton d'exécution et vous devez logiquement mourir.

C'est assez obscur pour l'instant... Vous trouvez ? Et qu'est-ce qui vous gêne dans cette dernière option? Dans Une brève histoire du temps, Stephen Hawking reconnaissait que s'il existait une théorie du Tout, le problème se poserait de savoir «ce qui a insufflé le feu aux équations», c'est-à-dire qui a mis les balles à blanc dans l'armurerie ? *Notre existence a-t-elle un sens ? La Science en otage, Presses de la Renaissance, 2010. La disparition des dinosaures ? Le résultat d'une "colossale malchance" DISPARITION.

La disparition des dinosaures ? Le résultat d'une "colossale malchance"

Les dinosaures auraient-ils pu s'en sortir ? Oui, répondent des paléontologues de l'université d'Edinburgh qui ont réalisé de nouvelles analyses de fossiles. Ils livrent dans la revue Biological Reviews un nouveau récit de la disparition de ces créatures qui ont dominé la planète pendant plus de 150 millions d'années. À dix ou quinze millions d'années près Si l'astéroïde qui a provoqué l'extinction des dinosaures avait heurté la Terre quelques années plus tôt ou plus tard, ces derniers auraient pu survivre, estiment donc les scientifiques.

En fait, au moment de l'impact, la planète bleue connaissait une période de bouleversement environnemental avec une importante activité volcanique, une hausse des températures et du niveau des eaux. "Les dinosaures ont été victimes d'une colossale malchance. OISEAUX. Interviewer un robot : une expérience en demi-teinte. Début juin 2014, la société française Aldebaran Robotics lançait un nouveau robot quasi-humanoïde baptisé Pepper.

Interviewer un robot : une expérience en demi-teinte

Un robot lancé au Japon en grande pompe, et théoriquement capable de lire les émotions sur le visage et dans les gestes de ses interlocuteurs. Pepper ne sera commercialisé au Japon (pour commencer) qu'à partir de février 2015. En attendant, il arpente les salons technologiques et certaines boutiques de SoftBank Mobile Corp, le premier opérateur mobile du Japon, partenaire d'Aldebaran dans le projet Pepper. Un journaliste de l'AFP est allé à sa rencontre à Tokyo et a tenté d'interviewer ce fameux robot émotif. En voici le verbatim : Pepper: "pas mal la tenue! AFP: "oui, s'il te plaît". Pepper: "si tu avais un écran sur le torse comme moi, tu aurais l'air totalement cool! AFP: "OK, j'ai compris. Pepper: "Aujourd'hui à Tokyo, le ciel sera nuageux avec des pluies éparses. AFP: "si tu le dis... " AFP: "probablement Harry Pepper". AFP: "pas de problème.

Les 7 merveilles de la mécanique quantique.