background preloader

Questions économiques

Facebook Twitter

Paradoxe d'Easterlin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le paradoxe d’Easterlin, du nom de l’économiste éponyme qui l’a mis en évidence en 1974, énonce qu'au-delà d'un certain seuil, la poursuite de la hausse du revenu ou du produit intérieur brut par habitant ne se traduit pas nécessairement par une hausse du niveau de bonheur individuel déclaré par les individus[1]. Les explications avancées font notamment appel au paradoxe de l'abondance. Le paradoxe d’Easterlin est l'une des réflexions à la base de l'économie du bien-être.

Richard Easterlin a mis en évidence le fait qu'une fois qu'une société a atteint un certain seuil de richesse, la poursuite de son développement économique est sans influence sur l'évolution du bien-être moyen de sa population. Ou du moins, l'effet n'a cours que sur une partie seulement de cette dernière. Critiques et recherches ultérieures[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code]

Apple présente ses excuses après la révélation du bridage des iPhones. Les excuses, et après ? Apple est visé par plusieurs procédures judiciaires et par un flot de critiques depuis que la marque à la pomme a reconnu brider volontairement ses vieux modèles de smartphones (et alors que l'iPhone X vient de sortir). Le groupe est visé par au moins huit plaintes pour tromperie aux Etats-Unis.

En France, où l'obsolescence programmée est un délit, une plainte a été déposée par l'association Halte à l'obsolescence programmée (HOP). En réponse, la compagnie de Tim Cook a présenté des excuses jeudi 28 décembre 2017. Pour tenter d'apaiser la colère de ses clients, elle annonce aussi réduire prochainement le coût du remplacement des batteries usagées et l'élaboration d'une nouvelle version de son système d'exploitation qui permettra aux utilisateurs de savoir si leur batterie est usagée.

"Nous vous présentons nos excuses" écrit Apple dans un communiqué disponible sur son site. "En 2050, les gens avec moins de 150 de QI ne serviront à rien" - Motherboard. Un seul acheteur s'offre toute la dette australienne lors d'une émission - Les Echos. A l’intention des français inquiets d’une sortie de l’Euro et qui n’ont aucune raison de l’être – RussEurope. Effaré par l’ampleur des méconnaissances, mais aussi parfois par la mauvaise foi, des journalistes et des hommes politiques qui s’expriment sur la question de la sortie de l’Euro, j’ai décidé de rassembler ici certaines des principales questions qui se posent.

On peut parfaitement comprendre que nos concitoyens se posent des questions sur une possible sortie de l’Euro et un retour au Franc, et ce d’autant plus que désormais 5 des candidats à l’élection présidentielle de mai 2017 (soit Asselineau, Cheminade, Dupont-Aignan, Le Pen et Mélenchon) en parlent. Ces questions sont légitimes. Ce qui, par contre, ne l’est pas est le sentiment de panique que l’on cherche à produire dans l’opinion française sur ce sujet.

Il devrait être de la responsabilité des journalistes et des hommes politiques (du moins de certains) de ne pas chercher à indûment inquiéter les français. Comment va se faire le passage de l’Euro au Franc ? L’épargnant français sera-t-il ruiné par le passage de l’Euro au Franc ? Aulnay-sous-Bois: les sans-abri verbalisés au nom du code de la route - Charente Libre.fr. La mairie LR d'Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis a procédé en 2016 à plus de 500 verbalisations de mendiants en s'appuyant sur le code de la route, qui permet de sanctionner les personnes traversant la chaussée hors des passages piétons, a-t-on appris ce mercredi. Au total, plus de 517 procès-verbaux ont été dressés à l'encontre de sans-abri roms et syriens postés, souvent avec des enfants en bas âge, au carrefour de l'Europe, un axe routier très fréquenté de cette commune de la banlieue nord de Paris, a indiqué un proche du maire Les Républicains, confirmant une information du Parisien.

Cette "astuce" - le recours au code de la route - a été utilisée après l'annulation par le tribunal administratif des arrêtés anti-mendicité agressifs pris par la ville, dirigée par Bruno Beschizza, en 2015 et 2016. Pour le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, «la fin de l'euro n'est qu'une question de temps» Mal conçu au départ, ignorant les spécificités de chaque pays, entraînant l'Europe vers le déclin... L'économiste de renom dresse un portrait très sombre de l'euro, tout en jugeant très crédible l'hypothèse de sa disparition avant la fin de l'année. Le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz a publié le 30 décembre dernier une tribune dans le magazine Fortune dans laquelle il se montre très pessimiste sur l'avenir de l'euro, allant jusqu'à prédire que 2017 pourrait bien être l'année de l'effondrement du projet de monnaie unique.

Déjà il y a une vingtaine d'années, Joseph Stiglitz avait émis de sérieux doute sur la viabilité de la devise européenne. En 2016, à nouveau, il a sonné la charge contre la monnaie unique en publiant L'Euro : Comment une monnaie unique menace le futur de l'Europe. Il constate désormais que la zone euro s'est montrée incapable d'absorber le choc de la crise économique de 2008 dont elle subit encore aujourd'hui les conséquences.

À Denver, la police confisque les couvertures des SDF en plein hiver. Bienvenue ! {* welcomeName *} {* loginWidget *} Bienvenue ! {* #signInForm *} {* signInEmailAddress *} {* currentPassword *} {* /signInForm *} Votre compte a été désactivé Vous devez vérifier votre adresse email pour finaliser votre inscription. {* #resendVerificationForm *} {* signInEmailAddress *}{* /resendVerificationForm *} Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter {* #socialRegistrationForm *} {* firstName *} {* lastName *} {* emailAddress *} {* displayName *} {* phone *} {* addressCity *} {* addressCountry *} En cliquant sur "Créer un compte", vous confirmez que vous acceptez nos conditions générales et que vous avez lu et approuvé la politique de protection de données personnelles.{* /socialRegistrationForm *} Merci de confirmer les informations ci-dessous avant de vous connecter Nous vous avons envoyé un email de confirmation à l'adresse suivante {* emailAddressData *}.

Nous vous enverrons un lien pour créer un nouveau mot de passe {| moreInfoText |}

Capitalisme

Deux chercheurs testent virtuellement la loi El Khomri sur le marché du travail. Revenu de base : la bonne et la mauvaise utopie. Un revenu versé à tous, sans condition ni contrepartie ? Longtemps cantonnée aux débats intellectuels, l'idée séduit désormais de plus en plus de partis politiques ou de mouvements citoyens en Europe. La plupart des partis Verts européens la défendent, en Espagne, elle figure sur la plateforme de Podemos. En avril 2015, en Finlande, la victoire du parti du Centre aux élections législatives a amené au pouvoir une formation dont le programme prévoit l'expérimentation d'un revenu de base. En revanche, en Suisse, l'initiative populaire qui a conduit à un référendum sur la question en juin 2016 s'est soldée par un rejet, à 76,9%, du revenu inconditionnel. A vrai dire, l'idée n'est pas nouvelle. Mais, hormis quelques rares exemples dans d'autres pays pétroliers, le revenu de base stricto sensu - inconditionnel, universel et forfaitaire - n'a jamais été mis en oeuvre de façon pérenne.

Pourquoi cette idée retrouve-t-elle de l'audience aujourd'hui ?

Libéralisme économique

Professions réglementées : le palmarès des plus grosses rémunérations. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Bertrand Bissuel Rendu en mars 2013 par l'Inspection générale des finances (IGF), ce rapport confidentiel était soigneusement rangé dans un coffre-fort de Bercy pour garder le secret sur les recommandations ultra-sensibles qu'il recèle. La bombe a commencé à exploser, il y a quelques jours, dans le journal Les Echos qui a dévoilé une partie de son contenu, dans deux éditions distinctes. Le Monde, qui a pu consulter la synthèse de ce document découpé en plusieurs tomes et totalisant quelque 700 pages, en révèle aujourd'hui d'autres extraits. Lire sur Les Décodeurs : Notaire, pharmacien, huissier... sont-ils des privilégiés ? Le rapport de l'IGF examine le fonctionnement de 37 professions dites « réglementées », c'est-à-dire dont l'accès et l'exercice est conditionné à la possession de qualifications spécifiques.

Plusieurs de ces métiers sont accusés de bénéficier de rentes de situation grâce à notre corpus législatif. Casser des monopoles.