background preloader

Charles Martel

Facebook Twitter

Frankish Empire 481 to 814 fr. Charles Martel. Charles Martel (celui qui frappe comme un marteau) est le fils de Pépin d'Herstal. Dès la mort de son père en 714, Charles doit s'opposer à sa belle-mère Pléctrude afin de recouvrer son droit à la succession que lui a octroyé Pépin de Herstal. Très habile, Charles parvient à se faire élire maire du palais d'Austrasie. Ecrasant les Neustriens et les Aquitains, Charles investi Paris et réunifie le royaume en battant les peuples de l'Est. Cependant il n'ose pas s'emparer du trône et gouverne au nom des Mérovingiens.

Charles Martel. (vers 688-Quierzy-sur-Oise 741), prince des Francs, fils de Pépin de Herstal et de sa concubine Alpaïde. Il est, à la mort de son père (714), jeté en prison par Plectrude, femme légitime de ce dernier, qui veut assurer les droits de son petit-fils Théodoald. Charles s'échappe (715), soulève les Austrasiens contre Plectrude, qu'il vainc en 717, lutte contre les Neustriens et, dès 719, devient le maître de l'Austrasie et de la Neustrie. En 721, il place sur le trône un jeune enfant, Thierry IV, mais c'est lui qui, maire du palais, gouverne en fait, et, lorsque Thierry IV meurt, il ne lui donne pas de successeur.

Il entreprend une vaste politique de conquête. En Germanie, il lutte contre les Saxons (720, 722, 724, 738) et les Frisons du Nord (733, 734), fait rentrer la Bavière dans les terres franques (725, 728), et annexe l'Alamannie (728-730). Pour en savoir plus, voir l'article Mérovingiens. Charles Martel. Divisions du royaume franc au début du VIIIe siècle. Les limites sont approximatives Charles Martel, nait vers 688 et meurt en 741 à Querzy-sur-Oise. C'est le principal dirigeant des états francs pendant la première moitié du VIIIe siècle. L'unificateur des royaumes francs[modifier | modifier le wikicode] Au début du VIIIe siècle les Francs étaient divisés en plusieurs royaumes dont les principaux sont la Neustrie (partie ouest de la France actuelle) et l'Austrasie (partie est de la France et ouest de l'Allemagne) et la Bourgogne (centre et sud-est de la France actuelle). Les rois de la dynastie mérovingienne n'ont pratiquement plus de pouvoir, ni de richesses, ce sont les rois fainéants.

Charles Martel est le fils de Pépin de Herstal, maire des palais d'Austrasie, de Neustrie et de Bourgogne, et d'une de ses concubines . Un conquérant[modifier | modifier le wikicode] La bataille de Poitiers de 732. Charles Martel agrandit le domaine des Francs. Ou abbés menée par la papauté en Germanie. Charles Martel, imposture historique et mythe fasciste | Quartiers libres.

732, Poitiers, Charles-Martel : une date, un lieu et le nom d’un chef de guerre au cœur du récit nationaliste de l’histoire en France. Utilisée pour la propagande colonialiste et mobilisée régulièrement dans l’imaginaire pour signifier la défense du territoire, cette bataille est devenue une référence incontournable du nationalisme et du fascisme français. Pour certains groupes des droites radicales, cet évènement historique est encore aujourd’hui le symbole d’une lutte contre « l’invasion » arabe et l’immigration musulmane. Le Cercle Charles-Martel, auteur de nombreux attentats et meurtres entre 1973 et 1983 se réclamait de cette histoire. Plus récemment, en octobre 2012, Génération Identitaire a occupé une mosquée en construction à Poitiers en mobilisant la même symbolique.

On notera d’ailleurs à quel point ces militants de la culture nationale et nationaliste connaissent et respectent la langue française…. Ceci n’est pas une invasion Un événement bien discret WordPress: Comment le mythe de Charles Martel et de la bataille de Poitiers en 732 s’est installé. Tribune. Alors que le Parti socialiste se réunit en congrès à Poitiers, les identitaires se retrouvent dans la ville pour rendre un hommage à Charles Martel et à la bataille de Poitiers, en 732. Par Salah Guemriche Treize ans après le cri de ralliement frontiste : « Charles Martel 732, Le Pen 2002 ! », voilà que les Identitaires, un groupe d’extrême droite, nous remettent ça, en appelant à faire Bloc ce 7 juin, à Poitiers… Les mythes, on le sait, ont la peau dure.

De ce mythe-là, la peau est tellement dure que même des historiens de la trempe d’un Marc Bloch ou d’un Lucien Febvre n’ont pas réussi à la fendre. Faut-il pour autant continuer à laisser libre cours aux obsessions des esprits frileux, mus par un nationalisme étroit quand ce n’est pas par une fière ignorance ? Depuis Chateaubriand (pour qui « Les Maures, que Charles Martel extermina, justifiaient les Croisades ! En 732 (ou 733), Poitiers ne fut pas le Waterloo des Sarrasins.

Une bataille peut en cacher une autre. Charles Martel a arrêté les Arabes à Poitiers, le 17 octobre 732. 25 octobre 732 - Charles Martel arrête une razzia arabe - Herodote.net. Le 25 octobre 732, le chef des Francs, Charles Martel, arrête une armée arabe au nord de Poitiers. Les vaincus se retirent. C'en est fini des incursions musulmanes au nord des Pyrénées. Cette bataille militaire sans grande importance va néanmoins obtenir presque aussitôt un très grand retentissement dans les milieux éduqués.

C'est ainsi qu'une chronique espagnole à peine postérieure décrit l'événement comme une victoire des Européens sur l'infidèle. C'est la première évocation connue de l'Europe comme civilisation et culture. La minute d'Herodote.net : Richard Fremder raconte comment le chef des Francs a arrêté une razzia à Poitiers et profité de sa victoire pour mettre la main sur l'Aquitaine et le Languedoc : Écouter : Menace sur l'Aquitaine En 711, soit à peine 80 ans après la mort de Mahomet, les musulmans envahissent l'Espagne.

Ils traversent la péninsule en huit petites années et occupent en 719 le Languedoc actuel. Les Francs au secours des Aquitains Bataille indécise.