Pedophiles

Facebook Twitter

Twitter Accounts - BBC News. MWT579's Channel. Welcome to YouTube!

MWT579's Channel

The location filter shows you popular videos from the selected country or region on lists like Most Viewed and in search results.To change your location filter, please use the links in the footer at the bottom of the page. Click "OK" to accept this setting, or click "Cancel" to set your location filter to "Worldwide". The location filter shows you popular videos from the selected country or region on lists like Most Viewed and in search results. To change your country filter, please use the links in the footer at the bottom of the page. Le Grand Mal... Vous en avez déjà entendu parler, de cet homme, souvenez-vous, l'agresseur présumé d'un petit garçon, Enis, victime de cet horrible monstre récidiviste -qui est depuis forcément devenu une énorme verrue à la face de l'Humanité, Francis Evrard...

Le Grand Mal...

Vous en entendrez parler toute la semaine prochaine, son procès s'ouvre lundi 26 octobre devant la Cour d'Assises du Nord. J'ai l'honneur d'avoir pu poser quelques questions à son avocat, lequel, entre autres qualités, possède celle d'être réellement l'avocat des gens qu'il défend. Et qui se souvient, toujours commencer par ça, que ce sont des gens, justement : eux, nous, un homme.

Romain, ex-pédophile : "J'aurais dû le rejeter, mais comment?". L'Ange Bleu : une approche différente de la pédophilie (1) - Con. Terrorism and child pornography used to justify surveillance soc. All telecoms companies and internet service providers will be required by law to keep a record of every customer's personal communications, showing who they have contacted, when and where, as well as the websites they have visited.

Terrorism and child pornography used to justify surveillance soc

Ministers had originally wanted to store the information on a single government run database, but backed down after privacy concerns were raised. “Once happy to leave cyberspace ‘unregulated’, Governments, including that of the UK, seem increasingly willing to encroach on what we do, say and see over the Internet,” said Professor Walden, head of the Institute of Computer and Communications Law at Queen Mary, University of London.

He warned that increasing use of social networking sites such as Facebook and Twitter will give the authorities access to information about individuals' private lives. ”As we spend more of our lives online, concerns about the impact of surveillance on rights of expression and privacy are likely to increase,” he said. Quelques mots sur... Ce titre était, exactement, celui d'un mail, reçu hier, d'un homme qui le signait "Anonyme Relatif", et me l'avait adressé sous une adresse créée tout exprès, anonyme elle aussi -vous allez comprendre pourquoi.

Quelques mots sur...

Je l'ai lu, et j'en ai été suffisamment édifié, et ému, pourquoi ne pas le dire, que j'ai immédiatement pensé, une fois digérés les points de vue qu'il y fait valoir, qu'il fallait que ce texte soit publié, ici. Parce que malgré cet anonymat, je trouve que cet homme a fait montre d'un très grand courage en me l'adressant, à plus d'un titre : il y parle de choses que l'on n'entend jamais, strictement jamais, il y prend la parole alors que l'on ne donne habituellement pas cette parole aux gens qui sont comme lui -oh, on en disserte, en tous sens, moi le premier, il me le rappelle d'ailleurs dans ce texte, mais entendre aussi directement ce que "ces gens-là " peuvent vouloir exprimer est une toute autre chose...

Et c'est aussi courageux parce qu'il n'est pas encore jugé. Dépendez les pointeurs ! Une fois de plus, j'entends que le suicide en "milieu carcéral", pour reprendre l'expression pudibonde employée par les gens qui en parlent, est soudain d'actualité, au point que, paraît-il, des Officiels en recherchent les causes...

Dépendez les pointeurs !

Comme si c'était un problème nouveau, comme si, passant mon DEA, il y a dix-sept ans, le titre de mon mémoire de l'époque n'avait pas déjà été "Le suicide en prison", comme si je n'avais pas déjà pu constater, avec stupéfaction, que l'on s'y tuait exactement quatre fois plus, statistiquement, qu'en milieu libre...