background preloader

Botanique

Facebook Twitter

Arbres pour terrain humide : Liste - Ooreka. Sureau. Botanique. Gui (plante) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gui (plante)

Pour les articles homonymes, voir GUI. Le Gui (aussi appelé Gui blanc ou Gui des feuillus, même si on le trouve parfois et localement sur des résineux[1]), Viscum album, est un sous-arbrisseau, épiphyte et hémiparasite (il ne prélève presque que de la sève brute (eau et sels minéraux) puisque grâce à ses chloroplastes[2] il est capable d'assimilation chlorophyllienne y compris en hiver, et ne décompose pas le bois ni n'attaque les cellules de l'arbre), de la famille des Loranthacées[3]. Calluna vulgaris. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Calluna vulgaris

Cette plante vivace est parfois appelée Béruée, Brande, Bruyère commune, Bucane, Fausse Bruyère, Grosse Brande, Péterolle ou Bruyère callune. Étymologie[modifier | modifier le code] Le nom « Calluna » vient du grec ancien « καλλύνω », kallúnô, qui signifie « orner, parer, embellir ». Son nom anglais « Heather » est devenu un prénom anglo-saxon. Histoire[modifier | modifier le code] Description[modifier | modifier le code] La Callune est un petit arbuste vivace de 20 à 50 cm de hauteur (rarement 1 m). La plante supporte un pâturage modéré et peut se régénérer après un incendie. La callune est une importante source de nourriture pour les moutons ou les chevreuils qui peuvent paître lorsque la neige recouvre la végétation.

La Chrysomèle des bruyères (Lochmaea suturalis), un coléoptère de la famille des Chrysomelidae est son insecte-hôte et peut parfois provoquer de gros dégâts. Salicaire commune. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Salicaire commune

La Salicaire commune (Lythrum salicaria) est une plante herbacée de la famille des Lythraceae très répandue dans presque toute l'Europe, à proximité des cours d'eau où elle forme de longues inflorescences rose pourpré semblables à des épis et facilement reconnaissables. Étymologie[modifier | modifier le code] Son nom générique désigne en grec (luthrôn) des taches de sang et paraît évoquer la couleur des fleurs de salicaire. Quant au qualificatif salicaria, il caractérise les feuilles de la plante, semblables à celles du saule.

Autres noms populaires : Salicaire officinale, Herbe aux coliques, Lysimaque rouge. Chêne rouge d'Amérique. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chêne rouge d'Amérique

Le chêne rouge d'Amérique (Quercus rubra L., syn. Quercus borealis Duroi) est un arbre appartenant à la section des chênes rouges (Lobatae) du genre Quercus de la famille des Fagacées[1]. Il s'agit de l'arbre symbole de l'État du New Jersey. L’espèce est sans doute apparue il y a 7 millions d'années, mais les plus anciennes traces certaines datent d'il y a 2,5 millions d'années. Habitat[modifier | modifier le code] Le chêne rouge avec ses couleurs d'Automne. Conyza canadensis. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Conyza canadensis

La Vergerette du Canada, Vergerolle du Canada ou encore Érigéron du Canada (Conyza canadensis) est une plante herbacée annuelle rudérale de la famille des Asteraceae. Originaire d'Amérique centrale et du nord, elle s'est naturalisée en Europe et est très courante voire localement invasive. On la récolte pour ses sommités fleuries au début de l'automne. C'est une adventice de plus en plus fréquente, notamment en ville et en milieu périurbain, sur les friches industrielles et voies ferrées, où elle peut pousser dans le moindre interstice. Synonyme. Topinambour. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Topinambour

Le topinambour (Helianthus tuberosus L., 1753), aussi appelé artichaut de Jérusalem, truffe du Canada ou soleil vivace, est une espèce de plante vivace de la famille des astéracées, cultivée comme légume pour ses tubercules riches en inuline. L'appellation anglaise « artichaut de Jérusalem » (Jerusalem artichoke) vient de la déformation du terme italien girasole (« tournesol »). L'appellation « cul d’artichaut » en langage populaire provient de son goût proche de l'artichaut. Les qualités gustatives de ce tubercule s'approchent du navet avec une pointe de noisette. Le nom de « topinambour » – il était auparavant appelé « truffe du Canada » – résulte de la francisation du nom d'une tribu du Brésil, les Topinamboux (Tupinambas)[1], dont plusieurs membres furent amenés comme curiosité à Paris en 1613, ce qui conduira Carl von Linné à croire à l'origine brésilienne de la plante, introduite en France à peu près à la même époque.

Robinia pseudoacacia. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Robinia pseudoacacia

Le Robinier faux-acacia (Robinia pseudoacacia) - souvent appelé à tort Acacia[1] - est une espèce de la famille des Fabacées (légumineuses de la sous-famille des Viciaceae)[2]. Cet arbre présente des fleurs zygomorphes caractéristiques chez les Fabacées. Étymologie[modifier | modifier le code] Les noms vernaculaires de Robinia pseudoacacia sont aussi simplement « acacia » ou « faux-acacia », ou encore « robinier »[6]. Il est parfois appelé « carouge »[réf. souhaitée]. Eucalyptus. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Eucalyptus

Certaines espèces, notamment E. globulus, ont été introduites en Europe, où elles se sont très bien acclimatées sur les rivages méditerranéens, ainsi qu'au Portugal, où d'immenses forêts d'eucalyptus ont été plantées pour la production de pâte à papier. Ces espèces ont également été plantées en Afrique du Nord, notamment au Maroc, en Algérie, en Tunisie et en Libye. Rhododendron. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Rhododendron

À l'exception des vireyas, les rhododendrons sont essentiellement rustiques. On les rencontre dans les régions montagneuses, telles que les Alpes, les Pyrénées, le Caucase les Carpates et l'Himalaya. Beaucoup sont originaires de Chine et du Japon, et beaucoup se sont répandus en Laponie et en Sibérie. Les rhododendrons se rencontrent aussi dans les régions forestières d'Inde et de Birmanie. Histoire[modifier | modifier le code] À l'époque médiévale, le rhododendron était appelé « Rosage », terme qui a été conservé jusqu'au XVIIIe siècle, puisque Joseph Pitton de Tournefort introduisit en 1702 le « Rosage de la mer Noire », à la suite d'un voyage en Asie Mineure.

Le rhododendron n'a commencé à être réellement cultivé comme espèce horticole qu'en 1656, quand John Tradescant rapporta un Rhododendron hirsutum endémique des Alpes. Acer negundo. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Acer negundo

L'Érable negundo ou Érable négondo (Acer negundo) est une espèce végétale de la famille des Aceraceae. Cet érable d’une dizaine de mètres de hauteur est originaire de l’est de l'Amérique du Nord[1]. On l'appelle aussi Érable à giguère, peut-être par déformation du nom « érable argilière » qu'utilisaient les Français de l'Illinois, en 1814. Il est appelé parfois Érable à feuilles de frêne ou Érable américain. Cette essence peu intéressante pour son bois a été introduite sur d'autres continents en tant qu'arbre d'ornement pour les parcs et jardins. Description[modifier | modifier le code] Rameau et bourgeon d'érable negundo.

Invasives

Aster diplostephioides. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Description[modifier | modifier le code] Cette plante herbacée mesure de 13 cm à 57 cm de hauteur avec un rhizome robuste aux racines épaisses et longues. Elle présente des feuilles à la base en forme de spatules lancéolées et opposées, et des tiges simples, érigées, feuillues et parfois scapiformes de 40 à 45 cm de hauteur en moyenne sous nos latitudes.

Ses pétioles n'excèdent pas 10 cm. Ses fleurs hermaphrodites originales sont de couleur lilas clair à mauve avec des pétales rayonnants, fins et effilés en capitules serrés, en série de deux. Habitat[modifier | modifier le code] Aster diplostephioides se rencontre entre 2 700 mètres et 4 600 mètres d'altitude dans des zones alpines ou subalpines, dans des prairies ou des forêts claires de conifères ou de forêts mixtes.