background preloader

Inégalités

Facebook Twitter

Focus sur l’éducation prioritaire à la rentrée 2015 dans l’académie de Créteil (...) Additif du 29.09.15 Extrait de carep.fr Focus sur l’éducation prioritaire en ce début de rentrée 2015 au sein de l’académie de Créteil Pour favoriser la mixité sociale au collège, notre académie compte 132 réseaux d’éducation prioritaire dont 34 REP + (plus de 1000 à l’échelle nationale avec 350 REP +).

Focus sur l’éducation prioritaire à la rentrée 2015 dans l’académie de Créteil (...)

Ils bénéficieront de nouveaux moyens et de nouveaux outils pour favoriser le travail en équipe, former les enseignants, attirer des personnels expérimentés et accompagnés. La politique d’éducation prioritaire a depuis 1981 consiste à corriger l’impact des inégalités sociales et économiques sur la réussite scolaire. Elle est entrée dans une phase de refondation en 2013. Elèves en milieux ruraux... Des dégâts majeurs... Depuis trente-deux ans j'ai toujours enseigné en collège rural, en Pays de Caux.

Elèves en milieux ruraux... Des dégâts majeurs...

J'ai donc pu observer les ravages provoqués par les pauvretés de toutes sortes, pauvretés alourdies par le fait qu'elles naissent et se développent "justement" en milieu rural : pauvreté financière pauvreté de l'offre intellectuelle pauvreté des ambitions. (Comment être ambitieux quand il y a si peu à ambitionner) pauvreté des situations familiales (Mères isolées ; divorces difficiles; taux de suicide élevé...) Pauvreté des moyens de divertissements (A peine 10% des enfants du collège partent en vacances) Etc... J’utiliserai le mot « pauvre » dans sa signification la plus large tout au long de ma réflexion. On parle souvent des difficultés des enfants des "cités".

Ce tableau très noir n'est évidemment pas le seul. Alors ils deviennent des « mauvais élèves ». Christophe Chartreux. Lutte contre les inégalités et EPI... La réforme du collège entend "mieux lutter" contre les inégalités, en s’intéressant aux pratiques en classe mais l’efficacité des mesures est fréquemment remise en cause par ceux qui ne veulent pas de cette réforme.

Lutte contre les inégalités et EPI...

Prise de position et visite guidée des EPI sous l’angle de la lutte contre les inégalités. C’est un fait établi : la scolarité de quatre ou cinq ans au collège, statistiquement, renforce les inégalités déjà présentes à l’entrée en sixième. Inégalités scolaires dont certaines s’originent dans des inégalités sociales. « L’école fait déjà tout ce qu’elle peut, et elle ne peut pas tout ! », répliquera-t-on. Il y a eu d’indéniables progrès, certes. . « Mieux lutter » ? Le PPI (projet pédagogique individualisé) 2015/2016 - Inspection de l'Education Nationale de Metz ASH. "Enseignement supérieur et justice sociale", par Nicolas Charles et François (...) Enseignement supérieur et justice sociale Sociologie des expériences étudiantes en Europe Auteur(s) : Nicolas Charles François Dubet Observatoire national de la vie étudiante (OVE) Editeur : La Documentation française, 2015 La plupart des systèmes d’enseignement supérieur sélectionnent les étudiants, hiérarchisent les formations, arbitrent le financement des études entre le coût pour les individus et celui pour la collectivité.

"Enseignement supérieur et justice sociale", par Nicolas Charles et François (...)

Mais tous ne proposent pas les mêmes choix. Certains, favorisent les reprises d’études des salariés, d’autres moins ; certains aiment les concours, d’autres préfèrent les dossiers et les entretiens... En empruntant aussi bien à la sociologie de l’expérience qu’aux théories de l’action publique et qu’à la philosophie appliquée de la justice, il s’agit de dépasser une vision normative de la définition de ce qui est (in)juste, bien souvent limitée au seul examen des inégalités d’accès aux études selon l’origine sociale. Proposition d'aménagements scolaires - Troubles spécifiques des apprentissages. DEPP-NI-2015-25-Acquis-eleves-college-ecarts-origine-sociale-culturelle_455784.pdf. Etude CEREQ sur la génération 2004 : les parcours scolaires et l’entrée dans la vie active des jeunes issus de l’immigration... 3 août 2015 1 03 /08 /août /2015 07:01 [...]

Etude CEREQ sur la génération 2004 : les parcours scolaires et l’entrée dans la vie active des jeunes issus de l’immigration...

Plus d’un jeune sur cinq sorti du système scolaire en 2004 est issu de l’immigration (au moins un de ses parents est né à l’étranger). Parmi eux, seuls ceux dont les deux parents sont nés à l’étranger connaissent un parcours scolaire significativement plus court que les autres, avec des écarts selon l’origine géographique. C’est le cas par exemple des jeunes dont les deux parents sont nés au Maghreb, mais pas de ceux dont les deux parents sont originaires d’Europe du Sud. Ces différences de niveau de diplôme à la sortie du système éducatif contribuent à altérer durablement leurs parcours d’entrée dans la vie active. On constate de surcroît que ces jeunes sont plus sensibles aux fluctuations de l’activité économique ce qui traduit une insertion sur le marché du travail davantage marquée par la précarité de l’emploi. Partager cet article. Exclusion : « Il faut mieux cerner les dynamiques de la pauvreté »

© jean-louis Zimmermann / Flickr CC Jean-Luc Outin, économiste et membre de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale (Onpes), explique les raisons qui ont poussé l'observatoire à actualiser les critères de son tableau de bord de suivi annuel de la précarité.

Exclusion : « Il faut mieux cerner les dynamiques de la pauvreté »

Le dernier tableau de bord de l’Onpes fait apparaître de nouveaux indicateurs. Pourquoi ces changements ? PISA : Pierre Merle : Pourquoi les inégalités françaises ? "Pour expliquer les inégalités de compétences scolaires entre élèves, une erreur classique est de se focaliser uniquement sur l'élève en difficulté.

PISA : Pierre Merle : Pourquoi les inégalités françaises ?

Le problème viendrait de l'élève : il n'aurait pas la « bonne culture », le bon « rapport au savoir »… Ou bien, l'élève en difficulté ne bénéficierait pas de « bons parents » ou de « bons enseignants »… ces explications ont le tort d'évacuer les explications structurelles des difficultés scolaires des élèves faibles conformément à l'aphorisme de Bachelard ce que l'on croit savoir occulte ce que l'on devrait savoir". Sociologue, auteur d'ouvrages sur la ségrégation scolaire, Pierre Merle décrypte pour nous le principal enseignement de PISA : la montée des inégalités. Il propose des solutions mais marque aussi un certain pessimisme sur la capacité de l'école française à se réformer.

Les résultats 2012 de l'enquête PISA (Programme for International Student Assessment) délivrent un message désormais habituel.