Panta Rei Panta Rei souvenez-nous nos étendues déposées dans ces lits blancs de l’autre côté du hurloir
Ces images de mon ciel, de ma ville ce matin... et Brigetoun les yeux dans l'un, les pieds sur les trottoirs de l'autre bleu sans fond du ciel et ventre serré paumée

paumée

Georg Trakl | Métamorphoses du mal
Oeuvres ouvertes : De l'Allemagne / François Bon
La table - de minette à ferraille La table - de minette à ferraille Christine Jeanney Ce cadeau magnifique a été confectionné sur mesure pour mon blog par Christine Jeanney et je suis très fière de l'accueillir pour ces vases communicants d'avril.Vous pouvez aussi me retrouver aujourd'hui chez elle sur son blog personnel, tentatives, avec le texte Lichen. C'est le principe des vases communicants : s'inviter de blog à blog, aller écrire chez l'autre, l'accueillir chez soi. Grâce à l'inventaire attentif et patient de Brigitte Célérier, voici la liste de tous les autres vases communicants d'avril:
tentatives - Kathie Durand, dans Lichens -vases communicants d'a Lichens « Les lichens peuvent surmonter (des) conditions de vie extrêmes car ils peuvent très rapidement passer à un mode de vie ralentie (...) » in Guide des fougères mousses et lichens d'Europe / Dr Hans Martin Jahns .- Delachaux et Niestlé, (les guides du naturaliste), 1996 Il est tout à fait possible d'ignorer le cimetière. Même à venir tous les dimanches au village. La route qui conduit où demeurent les morts est à l'écart de l'axe principal, après la fourche au grand chêne, à gauche, au bout d'une impasse dans laquelle on ne s'aventure pas sans une douloureuse détermination. tentatives - Kathie Durand, dans Lichens -vases communicants d'a
We're not in Kansas anymore, le Kansas comme concept - Décablog par Anthony Poiraudeau "Je ne sais pas où se trouve le Kansas, car je n'ai encore jamais entendu parler de ce pays. Mais, dites-moi, est-ce que c'est un pays civilisé ?" We're not in Kansas anymore, le Kansas comme concept - Décablog
Tes vestiges du jour Tu n’as pas envie d’écrire cela. A vrai dire, c’est même la dernière des choses à laquelle tu voudrais penser. Et pourtant, c’est là. Tu te tortilles, mal à l’aise en face de la feuille de papier, ton stylo relevé. vases communicants : Tes Vestiges du jour, par Marianne Jaeglé vases communicants : Tes Vestiges du jour, par Marianne Jaeglé
Combien de fois ai-je suivi ces rails ? Combien de fois ai-je entendu la petite voie du bus me signaler « quai de la râpée » ? la gare..lieu de voyages, de rêves, de rêves de voyages.. gare de Lyon.terminus de ce train.« veuillez vous assurer.. » oui, ça va, on connaît la chanson.et descendre sur le quai..et suivre la foule, s'y bousculer,entendre le brouhaha, les pigeons, les valises..se frayer un chemin vers l'extérieur.. sortir enfin d'entre les gens, d'entre les boutiques et les cafés,se poser,un peuse retourner alorset regarder tour à touret l'horloge,et cette gare.. cette imposante et majestueuse gare.. Aller – retour [par chez Jeanne] Aller – retour [par chez Jeanne]
Au passage - Chez Jeanne La ligne est la traceD’un échangeEntre celui qui la traceEt celui qui la suitEntre deux espacesComme une frontièreDresséeComme une carte de visiteLue à discrétionPar des yeuxCurieuxCherchantÀ partagerLa clé des champsPour accueillirUn tempsUn regard nouveauEt qui faitQuelques lignesPour se faire connaîtreEt direQue la vieN’est qu’un tas de lignesEntrecroisées (par @fleurdebitume qui laisse promener et sa plume et ses photos dans Paris, qui m'a fait le plaisir de se livrer avec moi à cette étrange et joyeuse cérémonie qui s'organise depuis quelques mois déjà..les vases communicants Le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d'un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. Au passage - Chez Jeanne
Michel Brosseau / à chat perché
2 avril 2010 Les mots que je ne forme pas Est-ce leur mort en moi qui mord Louis Aragon, Le Roman inachevé leur mort en moi il faudra s’extraire leur mort en moi qui mord trop incertain cet entre-deux tant d’inachevé tant de silence est-ce leur mort en moi qui mord quand maintenant vaciller quelle empreinte des mots lourds mots qui défont mots qui font qu’à renverse envers et contre tous leur mort en moi qui mord pas à pas mot à mot s’éloigner sans se perdre les mots que je ne forme pas tu sais le prix des fulgurances l’ombre portée et l’écho sourd leur mort en moi qui mord de l’amer tu ne dis rien mais à quoi bon le choix d’un ciel les mots que je tes mots et ceux des morts et mesurer le temps des plaies est-ce leur mort en moi des mots seuls s’ébrouer vif Le premier vendredi du mois, depuis juillet 2009, est l’occasion de Vases communicants : idée d’écrire chez un blog ami, non pas pour lui, mais dans l’espace qui lui est propre. arnaud maïsetti | carnets : leur mort en moi qui mord_Michel Bro arnaud maïsetti | carnets : leur mort en moi qui mord_Michel Bro
les vases communicant le premier vendredi du mois d’avril MATHILDE ROSSETTIs’installe aux vents de l’inspire pendant que je serais chez SOUPIRAIL http://mathro7isoupirail.blogspot.com Bienvenue Mathilde ! Inspiration : vase communiquants avec Mathilde Rossetti « les ve Inspiration : vase communiquants avec Mathilde Rossetti « les ve
vase communicant, partage avec Lambert Savigneux, inspiration touch ! suspens du toucher les deux sens en contact, touch c’est autre chose, c’est l’expérience de l’autre dans ce non encore ligne de contact , feu dans la stratosfaire oui , ce texte je l’ai trouvé chez Doneda , l’écoute, du souffle de l’imperceptible que l’air conduit,un simple que ,une relative sans suite comme le son que semble déchirer cette entente à atteindre le vide du mot, jolie expérience que ce vertige à peine ébauché, crissement à l’égal du blanc les mots accrochent le silence , la porte de l’inaudible, que