background preloader

Histoire

Facebook Twitter

Divers

Sumer. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sumer

Situation du Pays de Sumer Ayant été complètement oubliée après les débuts de notre ère, la civilisation de Sumer a été redécouverte durant la seconde moitié du XIXe siècle grâce aux fouilles de sites archéologiques du Sud mésopotamien, dont l'exploration s'est poursuivie par la suite, jusqu'à connaître un arrêt en raison des troubles politiques affectant l'Irak à partir des années 1990. En plus des redécouvertes architecturales et artistiques qui furent à plusieurs reprises remarquables, les fouilles ont permis la découverte de dizaines de milliers de tablettes inscrites en écriture cunéiforme, qui est la plus ancienne documentation écrite connue avec celle de l’Égypte antique.

Sumer est donc l'une des plus anciennes civilisations historiques connues, ayant participé à la mise au point de ce système d'écriture durant les derniers siècles du IVe millénaire av. J. Conditions d'étude[modifier | modifier le code] Un peuple ? ↑ J. Gallica.bnf. Égyptien 62.

gallica.bnf

Papyrus d’Ânkhésénaset (fin de la 21e dynastie, ca. 1069-943 avant n.è.). Vignette initiale, en hiéroglyphes, avec l’image de la défunte en prière devant Osiris, typique des Livres pour sortir au jour de la Troisième période intermédiaire Ces livres, à l’origine en grands rouleaux pouvant aller jusqu’à 37 mètres de long (papyrus Greenfield au British Museum) pour 30 à 40 cm de largeur, ont souvent été découpés et mis sous cadre au 19e siècle. À un livre se trouvent donc associées plus d’une cote, comme pour celui en 27 morceaux au nom d’Ânkhésénaset, (Égyptien 62 à Égyptien 88). Un travail d’identification réalisé dans les années 2007-2011 a permis de déterminer l’existence d’au moins 32 grands ensembles depuis la 18e dynastie (1550-1323 avant n.è.) jusqu’à la période romaine, avec le papyrus de Pamonth, qui est actuellement l’exemple de Livre pour sortir au jour le plus tardif connu au monde.

Égyptien 132. R. Papiers de J. Bibliographie. Sémiramis. Sémiramis est le nom d'une reine de Ninive et de Babylone, l'une des femmes les plus célèbres de l'histoire, et en même temps celle dont le caractère historique est le plus difficile à établir.

Sémiramis.

Elle est devenue le type de la femme grande et puissante, de la reine dominatrice, fondant et administrant des villes et conquérant des empires lointains. La légende, telle qu'elle est parvenue à la postérité, remonte à une origine perse et mède, et les récits populaires de cette partie de l'Orient nous ont été surtout transmis par Diodore de Sicile, Justin et d'autres, suivant l'historien Ctésias de Cnide D'après ces légendes, Sémiramis, belle et intelligente, avait été la femme d'Onnès, général de Ninus , roi d'Assyrie, placé par cet auteur vers 1 000 av.

J. La véritable histoire de Sémiramis, la légendaire reine assyrienne. La véritable histoire de Sammu-ramat demeure impénétrable.

La véritable histoire de Sémiramis, la légendaire reine assyrienne

Une question subsiste : qu'a-t-elle bien pu accomplir il y a 2 800 ans pour fasciner à ce point et inspirer de telles légendes romantiques ? Des archéologues ont découvert quatre artefacts majeurs qui offrent quelques indices pouvant permettre de retracer sa biographie. Sémiramis. Sammu-ramat (le nom signifiant « paradis extrême ») est une reine qui régna pendant cinq ans sur un vaste royaume qui s'étendait de l'Anatolie au Plateau iranien[1].

Sémiramis

Son nom fut hellénisé en « Sémiramis » (en grec ancien Σεμίραμις / Semíramis). Mésopotamie : Portail de l'Histoire et des Cultures de l'Orient ancien. Mésopotamie. Carte de la Mésopotamie avec les frontières des États modernes, l'ancien tracé du littoral du golfe Persique et les sites des grandes cités antiques.

Mésopotamie

Elle comprend deux régions topographiques distinctes : d'une part, au nord (nord-est de la Syrie et le nord de l'Irak actuel), une région de plateaux, celle-ci étant une zone de cultures pluviales et, d'autre part, au sud, une région de plaines où se pratique une agriculture reposant exclusivement sur l'irrigation. L'ensemble des historiens et des archéologues contemporains s'accordent à dire que les Mésopotamiens sont à l'origine du premier système d'écriture créé vers 3400-3300 av. J. -C. Celui-ci évolua pour donner naissance à l'écriture « cunéiforme » (du latin cuneus, le « coin »). Actuellement, le terme « Mésopotamie » est généralement utilisé en référence à l'histoire antique de cette région, pour la civilisation ayant occupé cet espace jusqu'aux derniers siècles avant l'ère chrétienne ou au VIIe siècle, plus exactement en 637 ap.

Assyrie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Assyrie

Le cœur historique de l'Assyrie (en rouge), et l'empire assyrien lors de son extension maximale sous le règne d'Assurbanipal au milieu du VIIe siècle av. J. Babylone. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Babylone

Babylone occupe une place à part en raison du mythe qu'elle est progressivement devenue après son déclin et son abandon qui a lieu dans les premiers siècles de notre ère. Ce mythe est porté par plusieurs récits bibliques et également par ceux des auteurs gréco-romains qui l'ont décrite et ont ainsi assuré une longue postérité à cette ville, mais souvent sous un jour négatif. Assyrie - L'invention de la guerre totale. L'Assyrie émerge au IIIe millénaire avant notre ère sur les pentes montagneuses des monts Zagros, au nord de la Mésopotamie et de la vallée du Tigre.

Assyrie - L'invention de la guerre totale

Ses populations pauvres font d'abord allégeance aux cités-États de Sumer. Puis à l'empire de Babylone. Elles forgent leur énergie dans des combats incessants contre les puissances occidentales, les Hittites, peuple indo-européen installé en Asie mineure (Turquie actuelle) et le Mitanni, royaume de langue sémitique situé à l'ouest (Syrie actuelle). À différentes reprises, pendant plus d'un millénaire, les Assyriens vont soumettre à leur tour une grande partie du Moyen-Orient, en inventant la « guerre totale » : attaques par surprise, supplices et massacres des prisonniers, déportations des populations vaincues. Jean-François Zilbermann. Un livre digne de foi : 2e partie. Nahoum, prophète de Dieu, a qualifié Ninive de “ repaire des lions ” et de “ ville meurtrière ”.

Un livre digne de foi : 2e partie

Il a ajouté : “ La proie ne s’éloigne pas ! Il y a le bruit du fouet et le bruit du fracas de la roue, le cheval qui s’élance et le char qui bondit. Le cavalier sur sa monture et la flamme de l’épée, l’éclair de la lance, la multitude de tués et l’énorme masse de cadavres ; et il n’y a pas de fin aux corps morts. Sans cesse on trébuche parmi leurs corps morts. ” (Nahoum 2:11 ; 3:1-3).

L’histoire profane corrobore-t-elle le récit biblique relatif à l’Assyrie ? Le livre Lumières de l’Antiquité (angl.) parle de l’Assyrie comme d’une “ impitoyable machine de guerre, qui jouait de sa réputation effroyable pour terroriser ses ennemis ” . “ Je bâtis un pilier devant la porte de la ville et j’écorchai tous les chefs qui s’étaient révoltés contre moi et j’étalai leur peau sur le pilier.

En 740 avant notre ère, l’Assyrie soumet Samarie, capitale du royaume d’Israël, et emmène ses habitants en exil.