background preloader

Grands écrivains

Facebook Twitter

C'est qui, Jacques Prévert ? Bibliothèque nationale de France - Victor Hugo - L'homme océan. Proust, l'écriture et les arts. Emile Zola. Queneau. Aulnoy. Balzac. Bayle. Beaumarchais. Bernardin de Saint-Pierre. Jeune homme, Jacques-Henri Bernardin de Saint-Pierre est d’un caractère instable et brusque qui le jette dans nombre d’aventures, de la Martinique à Caen et Rouen, de l’île de Malte à la Hollande, de l’Allemagne à la Russie.

Bernardin de Saint-Pierre

Rentré en France, il se lie avec Rousseau dont il devient le disciple préféré. En 1773, il publie, sous forme de lettres, son Voyage à l’isle de France (l’actuelle Île Maurice) où s’annonce son talent descriptif. En 1784, ses Études de la nature s’inscrivent en faux contre l’athéisme et développent les preuves de l’existence de Dieu. C’est de cette œuvre foisonnante qu’est tiré son célèbre roman, Paul et Virginie (1787). Borel. Bougainville. Né à Paris le 12 novembre 1729, Bougainville, après de solides études scientifiques au cours desquelles il fut l'élève de Clairaut, publia en 1751 un traité de calcul intégral qui attira l'attention sur lui.

Bougainville

Officier dans l'armée de terre, secrétaire d'ambassade à Londres, il servit au Canada comme aide de camp de Montcalm, ce qui lui donna le goût des voyages. Buffon. Casanova. Tour à tour violoniste, écrivain, magicien, espion, diplomate, bibliothécaire, Giacomo Casanova est un étonnant personnage, écrivain qui a toujours revendiqué sa qualité de « Vénitien ».

Casanova

Il use de nombreux pseudonymes, le plus fréquent étant le chevalier de Seingalt, publiant en français sous le nom de « Jacques Casanova de Seingalt ». Son nom a longtemps été synonyme d’« homme à femmes », un Casanova ou un Don Juan étant des termes plus ou moins interchangeables. S’il y a une différence dans la manière dont ces deux personnages conçoivent la séduction, il n’y a aucune commune mesure dans leur statut : Don Juan est une création légendaire, Casanova est un personnage créé par Casanova lui-même, aussi talentueux pour l’art de la mise en scène que pour l’allant de la narration. Chateaubriand. Chénier. Né à Constantinople en 1762, André Chénier grandit en France avec sa famille.

Chénier

Choderlos de Laclos. Connu principalement pour son roman Les Liansons dangereuses, Pierre-Ambroise-François Choderlos de Laclos fut également un officier d’artillerie et participa à la Révolution Française.

Choderlos de Laclos

Cet élève « plein de talent et de mérite » passe une vingtaine d’années dans les garnisons de province, mais ne rencontre aucune occasion à la hauteur de ses ambitions. C’est au cours de cette période en 1782 que paraissent les Liaisons dangereuses, signées de ses seules initiales. Cette première et dernière œuvre « fit une prodigieuse sensation sur le public », à en croire Tilly. Quelques années après le succès scandaleux de son roman, Laclos se fait à nouveau remarquer en 1786 dans une lettre contre l’Eloge de Vauban, proposé comme sujet du prix de l’éloquence. Il devient par la suite l’agent des orléanistes au poste de rédacteur en chef du Journal des Jacobins. Condorcet.

Jean-Antoine Caritat, marquis de Condorcet, est un mathématicien remarquable.

Condorcet

Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, il est élu à l’Académie française en 1782. Ami de D’Alembert, Turgot et Voltaire, il fréquente le milieu des « philosophes » et s’engage dans une activité militante : défense des droits de l’homme en général, des droits des femmes et des Noirs en particulier, soutien aux jeunes États-Unis, et projets de réformes politiques, administratives et économiques. Dès 1789, il multiplie les écrits et collabore à de nombreux journaux et publications.

Député à la Législative, Condorcet présente un « rapport et projet sur l’organisation générale de l’instruction publique. » À la Convention, il ne vote pas la mort du Roi. Membre du Comité de Constitution, il prépare un projet de constitution dite « girondine », qui rencontre l’hostilité des Montagnards. Constant. Crébillon fils. Claude Prosper Jolyot de Crébillon dit « Crébillon fils » est un auteur libertin du XVIIIe siècle, qui a connu la prison à cause du caractère licencieux de ses contes et romans.

Crébillon fils

S’il mène une vie joyeuse et mondaine, le jeune homme décrit gravement et sans ménagement les ravages de la passion. C’est dans un décor des Mille et Une Nuits qu’il donne libre cours à des évocations érotiques avec Le Sopha. Mais la manière propre de Crébillon se manifeste surtout dans les œuvres où il peint la pratique amoureuse des gens du monde parisien de son temps, avec une précision dans l'analyse et une richesse dans la variation allant de la complaisance à la dénonciation. D’Alembert.

Defoe. Daniel Defoe est un auteur anglais inspiré par les explorateurs de son temps.

Defoe

Avec son célèbre roman La vie et les aventures de Robinson Crusoé, il crée un genre littéraire qui inspire plusieurs générations d’écrivains et Jules Verne, en particulier. De son vrai nom Daniel Foe, le jeune homme se passionne pour l’histoire et la politique. Ses talents de plume lui valent d’abord d’être un auteur de pamphlets reconnu, en prise directe avec les évolutions de son époque en Angleterre.

Après avoir animé toutes sortes de complots contre le roi catholique Jacques II, par sa verve et ses qualités d’espion, il s’attaque à une critique de l’Église anglicane. Diderot. Du Bocage. Anne-Marie Le Page appartient à la grande bourgeoisie et reçoit une éducation soignée (elle lit le grec et le latin et parle plusieurs langues étrangères).

Du Bocage

À la suite de son mariage avec Pierre-Joseph Fiquet Du Bocage, elle s’installe à Paris en 1733. Du Châtelet. Dumas fils. Fénelon. Né à La Mothe-Fénelon en Périgord, François de Salignac (1651-1715) est un prêtre qui s'est fait remarquer par son charisme et ses prédications talentueuses. Ses aptitudes éducatrices amènent le roi à le nommer, en 1689, précepteur de son petit-fils, le duc de Bourgogne pour qui il compose Les Aventures de Télémaque. Sous l’influence de Mme Guyon, Fénelon, naturellement disposé à une religion intérieure, est tenté par le « Quiétisme », un mouvement mystique qui s’éloigne du catholicisme social. Bossuet ne manque pas de l'en accuser avec férocité. Flaubert. Fontenelle. Le philosophe Bernard de Fontenelle, neveu de Corneille, est par excellence l’homme de la transition entre le Grand Siècle et le siècle des Lumières.

Fontenelle

Poète de salon et auteur volontiers mondain, c’est aussi un savant féru de géométrie et confiant dans le progrès des sciences. Académicien consacré, il n’en est pas moins partisan des Modernes et n’hésite pas à critiquer les vérités reçues qui n’auraient pas été passées au crible du raisonnement. Pilier de l’administration de la censure royale, cet homme d’ordre mais non de rigueur montre dans son emploi une tolérance vis-à-vis des écrits indépendants qui annonce clairement les avancées des Lumières et la politique de compromis des monarchies éclairées.

Galland. D’origine modeste, Antoine Galland est doué en lettres et parfait une formation d'érudit : à quinze ans, il est déjà « secrétaire en latin » et « savant en langues orientales ». En qualité de secrétaire, il accompagne l'ambassadeur français, le marquis de Nointel, à Constantinople en 1670. Ce premier séjour dure cinq ans dont témoigne les premières années du Journal (1672-1673). Gautier. Girardin. Goethe. Gouges. Fille non reconnue du poète Jean-Jacques Lefranc de Pompignan, Marie Gouze naît à Montauban en 1748. Elle est élevée dans un milieu modeste, de langue et de culture occitane. Mariée à dix-sept ans, bientôt veuve et mère d’un fils, elle s’installe à Paris au début des années 1770. Elle tient salon, fréquente les milieux littéraires et monte sa propre troupe de comédiens. Graffigny. Hoffmann. Hugo. La Bruyère. La Fontaine.

Lamartine. Lautréamont. Leprince de Beaumont. Lesage. Marivaux. Maupassant. Mercier. Mérimée. Meslier. Montesquieu. Murger. Musset. Alfred de Musset a pratiqué des genres très variés : la poésie (Les Nuits, Rolla), le théâtre (Les Caprices de Marianne, Lorenzaccio), la prose (La Confession d’un enfant du siècle), le proverbe (Il ne faut jurer de rien, On ne badine pas avec l’amour).

Le motif du double imprègne cette œuvre aux thèmes communs : la jeunesse, la trahison ou le mensonge. Musset est à la fois mondain et misanthrope, ses héros sont déchirés entre la pureté et le libertinage. Une soif d'absolu anime ses personnages, mais cette quête d'un idéal impossible conduit inévitablement à la souffrance. Nerval. Nodier. Pascal. Perrault. Prévost. Regnard. Rétif de La Bretonne. Roland. Rousseau. Saint-Simon. Sand. Scott. Sénac de Meilhan. Senancour. Sévigné. Staël. Stendhal. Sue. Swift. Vigny. Voltaire.