background preloader

Controverse sur le réchauffement climatique

Facebook Twitter

Site n° 1 : La cause : un réchauffement global. Site n° 2 : les 5 mensonges climatiques de 2014. Quels sont les plus gros mensonges sur le climat relayés par les médias cette année ?

Site n° 2 : les 5 mensonges climatiques de 2014

Vous aimez cet article ? Partagez le ! Par Pierre-Guy Veer. L’année 2014 se termine bientôt, et avec elle son lot de mensonges sur le réchauffement/changement/dérèglement climatique. Considérant la partialité des médias francophones sur le sujet, voici en rafale ce que vous pourriez avoir manqué. 1. Depuis que l’hystérie climatique contrôle le monde, on entend sans cesse que l’année X est la plus chaude jamais enregistrée ; c’est le cas pour 2014. Or, il n’en est (probablement) rien. 2. Le pape vert par excellence (Al Gore) prédisait un océan Arctique navigable cette année. Parallèlement, au Pôle Sud, la banquise bat tous les records de superficie, et cette glace est très épaisse. 3.

L’ours polaire, la mascotte officielle du Grand Nord, est menacé de toute part par l’hystérie climatique. Or, si cette année fut difficile pour cet ours c’est parce que la glace était… trop épaisse. 4. Site n° 3 : reinformation.tv. En 2016 la COP 22 à Marrakech a salué la COP 21 de 2015 et annoncé la COP 23 de Bonn en 2017 : ces raouts politiques tentent d’accréditer le mensonge du réchauffement climatique, du trou d’ozone, et tous les autres phénomènes extrêmes du bobard médiatique à prétention scientifique.

Site n° 3 : reinformation.tv

L’encyclique Laudato Si’ du Pape François contribue à ce culte superstitieux. Il ne s’est rien passé à la COP 22 de Marrakech et il est vraisemblable qu’il ne se passera pas grand-chose à la COP 23 qui se tiendra à Bonn en 2017 (Ce sont les Fidjiens qui l’organisent, mais pas chez eux, le biotope de l’archipel ne résisterait pas à l’irruption de 20.000 congressistes férus d’écologie, surtout si Nicolas Hulot s’invite en Falcon).

Sauf une chose : peu à peu l’opinion s’habitue au mensonge sur le réchauffement climatique, elle fonde sa façon de vivre sur lui. Et la Chine et les Etats-Unis, qui se fichent de la pollution comme de leur première culotte, ont ratifié l’accord de Paris issu de la COP 21. Site n° 4 :Ce qu’il faut retenir du rapport du GIEC sur la hausse globale des températures. L’essentiel Dans un rapport de 400 pages, dont le « résumé à l’intention des décideurs politiques » a été publié lundi, les scientifiques exposent les conséquences d’un réchauffement des températures au-delà de 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels.Ces conséquences sont multiples : vagues de chaleur, extinctions d’espèces, déstabilisation des calottes polaires, montée des océans sur le long terme… Toute augmentation des températures au-delà de 1,5 °C aggraverait ces impacts sur l’environnement, selon le GIEC.Pour les experts, limiter la hausse à 1,5 °C passe par une réduction des émissions de CO2 de 45 % d’ici 2030 et la réalisation d’une « neutralité carbone » en 2050 – autrement dit, il faudra cesser de mettre dans l’atmosphère plus de CO2 qu’on ne peut en retirer.

Le chiffre C’est la hausse des températures, par rapport à l’ère préindustrielle, estimée d’ici à 2100, si rien n’est fait pour infléchir la courbe des émissions de gaz à effet de serre. Site n° 5 : La pratique du sport contribue au réchauffement global. Pollueurs en actionPhoto : fxtv Sport ou climat : il faut choisirLa pratique du sport contribue au réchauffement global Scientists of America (SoA) a eu l’honneur de rencontrer le Professeur Erich von Blahung, professeur émérite de l’Université du Montana et rapporteur devant le GIEC pour les émissions biologiques de Gaz à Effet de Serre (GES).

Site n° 5 : La pratique du sport contribue au réchauffement global

Le Professeur von Blahung, déjà célèbre pour sa thèse originale sur la fin tragique des dinosaures, part aujourd’hui en guerre contre les sportifs. SoA : Professeur von Blahung, nos lecteurs les plus fidèles savent l’importance de vos travaux mais pouvez-vous nous en rappeler les grandes lignes ? Professeur von Blahung : Je remercie Scientists of America, dont je suis, je l’avoue, un lecteur assidu, de me donner la parole sur ce sujet essentiel pour l’avenir de l’humanité.

SoA : Certes.