background preloader

Architecture et urbanisme

Facebook Twitter

Transformations de Paris sous le Second Empire. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Transformations de Paris sous le Second Empire

Napoléon III remet au baron Haussmann le décret d'annexion à Paris des onze communes suburbaines : Auteuil, Passy, Batignolles, Montmartre, La Chapelle, La Villette, Belleville, Charonne, Bercy, Vaugirard, et Grenelle[1] en 1860 Les transformations de Paris sous le Second Empire ou travaux haussmanniens constituent une modernisation d'ensemble de la capitale française menée à bien de 1852 à 1870 par Napoléon III et le préfet Haussmann.

Le projet a couvert tous les domaines de l'urbanisme, aussi bien au cœur de Paris que dans ses quartiers extérieurs : rues et boulevards, réglementation des façades, espaces verts, mobilier urbain, égouts et réseaux d'adduction d'eau, équipements et monuments publics. 1852 : un empereur moderniste et décidé face à une capitale médiévale[modifier | modifier le code] L’île de la Cité et son tissu urbain médiéval avant les travaux haussmanniens (plan Vaugondy de 1771) Les immeubles haussmanniens à Paris. Voies nouvelles à Paris sous le Second Empire (histoire de la France urbaine) La transformation de Paris sous la direction d'Haussmann s'effectue par étapes faisant de la capitale un gigantesque chantier pendant des décennies.

Les immeubles haussmanniens à Paris

L’haussmannisation - L'histoire par l'image. Contexte historique Bien que survenue quarante ans après celle de Londres, la brutale métamorphose de Paris sous le Second Empire a frappé l’opinion nationale et internationale.

L’haussmannisation - L'histoire par l'image

L’originalité de l’œuvre du préfet Haussmann, qui régna de 1853 à 1870 « presque comme un ministre de la capitale », tient en trois points : l’importance accordée aux équipements collectifs, la création d’une ville bourgeoise, l’édification d’un ensemble urbanistique cohérent. Les tableaux et photographies de l’époque reflètent souvent ces deux derniers aspects. Le début des travaux d'Haussmann en 1853 - Retronews.

Les immeubles haussmanniens. À quoi reconnaît-on un immeuble haussmannien ?

Les immeubles haussmanniens

Gustave Caillebotte, peintre de la ville Derrière la façade : l'immeuble en coupe. Haussmann et les immeubles de Paris. Baron Haussmann, 1865 Baron Haussmann Préfet de la Seine sous le second Empire, de 1853 à 1869, le baron Georges Eugène Haussmann (1809-1891) élabore et dirige un programme de restructuration de la capitale française à la demande de Napoléon III.

Haussmann et les immeubles de Paris

L’avancée technique de Londres, d’où l’empereur revient, sert de modèle à sa réflexion urbanistique sur Paris. Il veut en faire une grande capitale moderne, assainie, aérée de parcs et adaptée aux transports modernes. Haussmann obtient de l’empereur toutes les libertés pour prendre les mesures nécessaires afin de conduire à bien ces transformations et il s’entoure d’une bonne équipe pluridisciplinaire. Architectures parisiennes du Second Empire - application. Redécouvrez l'architecture parisienne du Second Empire à travers les collections du musée d'Orsay.Grâce à des dessins, des photographies d'époque, des peintures, des gravures, des plans… cette application vous convie au coeur de lieux célèbres ou emblématiques et vous raconte l'histoire de Paris à l'époque où les travaux du baron Haussmann lui donne son visage moderne.Il sera question de la "fête impériale" avec la construction du nouvel opéra ou la rénovation du Louvre et des Tuileries, du développement du chemin de fer et de l'apparition de l'architecture métallique, des théâtres et des églises qui viennent structurer les quartiers nouvellement créés, de l'enseignement à travers le lycée Chaptal et la bibliothèque Sainte-Geneviève, ou encore de l'émergence des grands magasins avec l'exemple de la Belle Jardinière.

Architectures parisiennes du Second Empire - application

Dix-huit monuments ou bâtiments sont présents dans cette application qui regroupe plus de 180 illustrations en HD. Musée Carnavalet. C'est pas sorcier - Paris lumière. Paris de Garnier et d'Haussmann. Paristique: Histoire de nos rues.