background preloader

Formation en ligne

Facebook Twitter

Quand les livres auront des dents...: 10 astuces pour les formateurs et les enseignants. 3. Résumez la session via un Challenge de Diapos Aléatoires (aussi connu sous le nom de Battle Decks). J'adore les challenges de diapos aléatoires. Voilà comment ça marche :À la fin de votre présentation, vous créez un jeu de diapositives court et simple qui résume votre session (en général, je crée deux jeux de cinq diapos chacun).Vous demandez à des participants de les présenter (donc dans mon cas, deux volontaires).Les volontaires n'ont jamais vu les diapositives auparavant, ce qui fait partie du jeu - donc ils voient les diapos pour la première fois au même moment que le public, et il faut qu'ils improvisent leur présentation en se basant dessus.Les diapositives avancent après 15 secondes, du coup la présentation dure à peine plus d'une minute.

Il faut leur donner la meilleure chance possible de comprendre sur quelle partie de la session porte chaque diapositive ! 4. Concluez après les questions. Une tablette comme assistant pédagogique 5. 6. Les Polycopiés 7. Documents pédagogiques. Les bibliothèques publiques face à la croissance du contenu numérique. Petit à petit, les grandes bibliothèques proposent une gamme de services numériques assez complète : autoformation (apprentissage des langues, soutien scolaire, Code de la route, etc.), presse en ligne, vidéo à la demande, musique (plutôt classique, jazz), e-books, et documents patrimoniaux… Mais l’acquisition de ces ressources est pour l’heure l’apanage des grandes villes, qui ont des moyens. « 80 % des bibliothèques des villes de 20 000 à 40 0000 habitants n’ont aucune ressource numérique et cela monte à 90 % pour les villes de moins de 10 000 habitants » indique Lionel Dujol, responsable du développement du numérique pour tout le réseau des bibliothèques de Valence Romans Sud Rhône-Alpes. 80 % des bibliothèques des villes entre 20 000 et 40 0000 habitants n’ont aucune ressource numérique.

L’accès des ressources numériques pour les petites bibliothèques va dépendre des négociations en cours. Pour l’heure, ces contenus coûtent cher, les éditeurs freinent des quatre fers. 7 supports de cours Internet : Cloud computing, alternative à Google, confidentialité Facebook… (Médiathèque de Roubaix) La médiathèque de Roubaix (pôle multimédia et salle multimédia – espace public numérique du lieu culturel) propose depuis l’automne 2013, outre un programme d’initiation à l’informatique et à l’Internet, des supports de cours thématiques relatifs aux ateliers mis en place au sein de l’espace public numérique.

Ces dossiers présentent non seulement des instructions pas à pas pour maîtriser des outils Web, mais également des questions pour réfléchir aux pratiques et des ressources pour approfondir les sujets et se documenter. Notons donc l’existence et la mise à disposition gratuite de ces tutoriels pour les internautes et mobinautes : Je fais mes paiements en ligne (4 pages, en pdf) Sommaire : 10 précautions d’usage ; 10 précautions techniques ; et PayPal dans tout ça ? Je fais mon arbre généalogique (10 pages, en pdf) Héberger ses données dans les nuages (9 pages, en pdf) Sommaire : Le cloud computing : Comment ça fonctionne ? Je recherche et je trouve sur Internet (9 pages, en pdf) Licence : MOOC : à la quête de ressources éducatives libres. Pour faire un bon MOOC, il faut des ressources pédagogiques de bonne qualité.

Et pourquoi réinventer perpétuellement la roue et s’épuiser à créer des ressources quand Internet regorge de pépites qui ne demandent qu’à être utilisées. Pour illustrer ce propos, je reviens sur la question de ces fameux MOOC de langues qui m’obsèdent. Vu que je ne dispose que de très peu de moyens, il s’agit de trouver des ressources que je pourrais utiliser comme base de la formation. Mais comment choisir ces ressources, où les trouver, comment évaluer leur qualité ? Retour sur une petite grille de lecture personnelle … Internet regorge de ressources pour apprendre les langues. Tous les formats sont représentés : texte, vidéo, ou audio, alors pourquoi réinventer la roue. Les deux grandes familles de licences sont les licences propriétaires et les licences libres. La question du modèle éditorial est fondamentale dès que l’on souhaite évaluée la qualité d’une ressource. MOOC et e-learning, quelles différences ? La semaine passée, une internaute a adressé une question à Thot sur Twitter : "Quelle différence entre MOOCs et e-learning ?

" "Difficile de répondre en 140 caractères... " a répondu notre community manager... Voici donc la réponse, un peu plus longue. Au sens strict du terme, le MOOC est une des modalités de l'e-learning. C'est en effet un cours distribué par la voie numérique, que les participants suivant à distance de l'organisme qui le dispense. Mais cette réponse n'épuise pas le sujet. E-learning, e-learning et e-learning Très schématiquement, on range dans la catégorie "e-learning" trois objets / dispositifs distincts : - Le cours en ligne fermé, distribué par un organisme de formation ou un établissement d'enseignement, destiné à un groupe d'apprenants régulièrement inscrits et ayant donc acquitté des droits d'inscription, distribué sur une plateforme (Learning Management System ou LMS), dispensé seul ou dans le cadre d'un parcours de formation, diplômant ou pas.

Exemples : MOOC France TV Education pour réviser le Bac et le Brevet. De l’autoformation au compte individuel de formation. Mooc - Partageons autour des MOOC. Apprendre par soi-même. Apprendre serait-il réservé au temps passé dans la classe, ou sur les bancs de l’université ? C’est la première idée qui surgit. En même temps, chacun sait que l’on apprend à tout moment : les bébés n’ont de cesse d’apprendre à marcher, parler… À tous les âges de la vie, chacun cherche à enrichir ses connaissances, ses compétences, sa compréhension du monde et des autres. Les animaux aussi apprennent – éviter un prédateur, débusquer de la nourriture… C’est même à partir de chiens, de rats ou de grands singes qu’ont été élaborées par les psychologues les premières théories de l’apprentissage. D’où nous vient cette immense soif d’apprendre qui semble aujourd’hui plus intense que jamais ? L’éducation non formelle (hors l’école), les apprentissages implicites font l’objet de recherches de plus en plus nombreuses. « Apprendre tout au long de la vie », mot d’ordre lancé par l’Europe à la fin du XXe siècle, se décline aujourd’hui en de multiples programmes.

Succès grandissant des MOOCs en France. Mooc: les cours en ligne indispensables pour développer son business. #CLOM_REL – “Des REL aux CLOM – Défis & orientations” MOOC sur les ressources éducatives libres : REL 2014. L’Organisation internationale de la Francophonie a lancé le 3 mars 2014 un MOOC (Cours en Ligne Ouvert et Massif) portant sur les ressources éducatives libres intitulé Réutiliser, Retravailler, Recombiner, Redistribuer – 4R des REL pour une Éducation libre. D’une durée de 9 semaines, ce MOOC co-élaboré avec l’Université de Moncton (Canada) réunit différents experts francophones de part et d’autre de l’Atlantique avec une progression pédagogique organisée en 9 thématiques décrites ci-dessous. Le MOOC REL 2014 – Pour une éducation libre est construit autour d’une plate-forme libre avec inscription gratuite pour agréger les ressources des intervenants et participants (bulletin d’information quotidien, discussions, salle virtuelle, blog des participants…).

L’ensemble des ressources est mis à disposition sous licence Creative Commons. Programme du MOOC REL Objectifs généraux Licence : Creative Commons by-nc-saGéographie : International. Ressources éducatives libres. Ouvert, ouverture, jolis mots. C’est engageant, cela donne envie d’y souscrire. Cela renvoie à une vision de partage. Mais en fait ces termes ont de bien différentes acceptions suivant le nom auquel il est accolé. Certaines sont plutôt décevantes, d’autres au contraire enthousiasmantes et offrent de belles opportunités qu’il s’agit de cerner. Le panorama est plus fourni que la simple notion parfois associée au logiciel libre. Ces dimensions nous sont en effet apparues pendant la mise en place du premier MOOC francophone ITyPA. Accès Ouvert Pour commencer, passons par la Formation ouverte à distance (ou FOAD).

Ressources ouvertes Deuxième étape du coté des ressources. Mais si la licence la plus libre CC-by permet bien la réutilisation, l’amélioration, un travail ultérieur sur cette ressource (et donc aussi de permettre une appropriation par les utilisateurs, parfois élèves), les autres options restreignent ces libertés. Ouverture aux publics Continuons du coté des universités ouvertes. Data.abuledu.org : 14 000 ressources éducatives libres !

Cette semaine a été officiellement lancé un projet d’envergure : Data, une bibliothèque numérique de ressources éducatives francophones, forte de 14 000 références, libres et adaptées au quotidien des enseignants. Cette réalisation est le fruit d’un travail de longue haleine (la genèse du projet remonte à plus de 10 ans) de la société Ryxéo et de l’association Abulédu-fr, qui a entre autres lancé le site de micro-blogue Babytwit. Qui peut s’en servir et comment ? Tout enseignant peut aisément rechercher puis télécharger une ressource depuis le site dédié. Comme celles-ci sont toutes sous licence libre, il n’y a pas de contrainte légale pour leur utilisation en milieu scolaire (et même ailleurs). Pour ceux qui utilisent un tableau interactif, le plugin pour Open-Sankoré permettra une utilisation directe de cette bibliothèque dans votre logiciel de TBI favori.

Pourquoi une nouvelle ressource ? Vous avez envie de participer à ce projet ? Plusieurs moyens s’offrent à vous. Ressources éducatives libres. Ressources éducatives libres. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir REL. Version en français du logo mondial. L'expression ressources éducatives libres (REL, de l'anglais « Open Educational Resources ») désigne « des matériaux d’enseignement, d'apprentissage ou de recherche appartenant au domaine public ou publiés avec une licence de propriété intellectuelle permettant leur utilisation, adaptation et distribution à titre gratuit »[1].

En effet, avec Internet et notamment le développement du World Wide Web est né un mouvement mondial lancé par des enseignants et pédagogues, universités, fondations visant à créer et distribuer des ressources éducatives (cours, manuels, logiciels éducatifs, etc.) libres et gratuites. Il s'appuie également sur les licences libres ou ouvertes comme les licences Creative Commons[2]. Origine de l'appellation[modifier | modifier le code] Définition[modifier | modifier le code] Rapport aux logiciels libres[modifier | modifier le code] Pourquoi le Mindmapping est-il si efficace pour étudier ? Pourquoi dit-on que le Mindmapping peut aider les étudiants ? Est-ce vraiment si efficace ? Et si oui, pourquoi ? A ces questions, on peut répondre sans hésitation : OUI, le Mindmapping est une méthode efficace pour étudier. La vue : le sens dominant d’une majorité de personnes Une étude de Linda Kreger Silverman, Docteur en psychologie de l’Université du Colorado, menée sur 750 élèves, a démontré qu’environ 30% d’entre eux utilisaient fortement le canal visuel-spatial, 25 % d’entre eux utilisaient principalement le canal auditif-séquentiel, et 45% utilisent les deux ensemble.

Parmi ceux-ci, 30% utilisent plutôt le canal visuel-spatial et 15%, plutôt le canal auditif-séquentiel. Ce qui veut dire que l’enseignement actuel, basé principalement sur les mots, répond vraiment aux besoins de 25% de la population scolaire! Répartition des canaux sensoriels dominants Une méthode qui sollicite tous nos sens ! L’association, le maître-mot du mindmapping Réconciliez la synthèse et l’analyse J'aime : Un module e-learning inspiré des ‘serious games’ Du bon usage des Moocs | Parlons pédagogie ! Le blog de François Fourcade. Les Moocs sont souvent présentés comme la nouvelle révolution du savoir.

Beaucoup en vante les bienfaits sans toutefois, me semble-t-il, en questionner réellement les attendus et les effets. À l’image d’un Michel Serres qui dans les années 1950 parlait de la télévision comme d’une révolution censée apporter le savoir dans les foyers, c’est le même type de raisonnement qui, plus de 60 ans après, est associé aux Moocs : ils permettraient de désacraliser le savoir et de démocratiser l’accès aux connaissances. Mais il faut faire attention au miroir aux alouettes ! Or les Moocs ne se sont bien souvent que le support de savoirs stabilisés, transmis sous forme de vidéos, de cours écrits ou de podcasts qui ont vocation à être téléchargés. Ce sont dans le meilleur des cas des savoirs « homologués » par la communauté savante. Le risque de ce type d’approche, si l’on n’y prend pas garde, est de créer des élèves passifs face au savoir.

Les MOOCS, facteur de rupture pour l’entreprise par @ceciledemailly. 01net. le 12/12/13 à 10h20 Le phénomène des MOOCs (Massive Open Online Course, ou Cours en ligne ouvert et massif) est en train d’exploser. Apparus il y a seulement 3 ans, ces plateformes comptent déjà plusieurs millions d’étudiants pour les plus populaires d’entre elles (1). Stanford a initié le mouvement en 2010 suite au développement d’un cursus en ligne sur l’intelligence artificielle. Elle a ensuite été rejointe par le MIT et Harvard. Ces trois universités sont à l’origine des trois plus grandes plateformes : Udacity et Coursera, soutenues par des fonds privés, et edX, plateforme opensource soutenue par le MIT et Harvard.

Les premiers cours ont eu un succès immédiat qui ne se dément pas : les catalogues sont impressionnants. Les ingrédients - vidéos, documents, travail personnel - existent depuis longtemps, mais la synergie créée entre ces éléments est nouvelle. J’ai moi-même suivi plusieurs MOOCs, par curiosité et pour savoir de quoi je parlais. Cécile Demailly. Apprendre par soi-même. MOOCs. Blogs et podcasts sur les bancs de l'université. 01net. le 15/06/06 à 12h30 Le monde universitaire français réfléchit de plus en plus concrètement à recourir aux nouvelles technologies pour la formation des étudiants. C'est ce qu'a permis de constater le colloque ' L'université à l'ère du numérique ', qui s'est tenu à Paris il y a quelques semaines, du 22 au 24 mai derniers.

Certaines universités françaises expérimentent ainsi l'utilisation de podcasts et de blogs comme nouveaux outils pédagogiques. Le projet Podcast de Lyon-II est testé depuis environ six mois. Une vingtaine d'enseignants en droit, en grammaire narrative, en psychologie ou en histoire, enregistrent leurs cours sur un iPod prêté par l'université et doté d'un micro. L'expérimentation va se prolonger l'année prochaine (les amphis devraient être équipés de systèmes d'enregistrement) et devrait être étendue progressivement aux autres universités de Lyon. Les blogs pour ajuster les cours.