background preloader

Le comportement d'achat du client

Facebook Twitter

Satisfaction / Fidélté

Le point de vente.... Consommer à l’heure de la crise. Pourquoi avoir consacré un livre aux pratiques des consommateurs?

Consommer à l’heure de la crise

L’idée de départ de cet ouvrage collectif était d’observer, à travers une série d’enquêtes de terrain et de réflexions sociologiques, ethnologiques et économiques, quels effets la crise de 2008 a pu avoir sur le pouvoir d’achat des Français et comment ces derniers se sont organisés pour vivre dans un contexte de crise. étonnamment, notre premier constat a été de voir que l’impact de la crise sur la consommation ne s’est pas fait ressentir immédiatement, de façon évidente.

Je me souviens avoir interviewé, en 2009, un directeur des Centres E. Leclerc dans l’Est de la France qui m’affirmait ne pas avoir remarqué de baisse des paniers d’achat dans son magasin. Il a fallu, de fait, attendre 2011-2012 pour observer le développement de comportements plus économes, typiques des pratiques de consommateurs sous contrainte de pouvoir d’achat et qui perdurent.

Signe qu’ils sont effectivement liés à la crise. Consommation: "On cède sur l'accessoire pour conserver l'essentiel". En quoi la consommation des Français a-t-elle changé?

Consommation: "On cède sur l'accessoire pour conserver l'essentiel"

C'est le rapport même à la consommation, à mon sens, qui s'est le plus transformé, avec l'émergence d'un phénomène spectaculaire: l'essor de la consommation collaborative. Les pratiques comme le recours au marché de l'occasion, les achats groupés ou encore l'emprunt sont anciennes, mais leur ampleur, elle, est tout à fait nouvelle. Pour quelles raisons se sont-elles à ce point répandues? L'explication tient à la fois à des facteurs économiques, technologiques et sociétaux. 80 % des ménages disent ressentir une dégradation de leur niveau de vie.

Consommateurs pris au piège.

Showrooming

Le « showrooming » et le « pretailing » redéfinissent le processus d’achat! Depuis environ dix ans, les ventes en ligne n’ont cessé de croître et l’offre aussi.

Le « showrooming » et le « pretailing » redéfinissent le processus d’achat!

Nous achetons tout en ligne ou presque. Oui, plusieurs gammes de produits souffrent un peu de l’intangibilité du Web, mais l’avenir pourrait bien changer ce fait. En effet, acheter des chaussures en ligne ou même des vêtements apparaissait improbable et pourtant même avant le Web, Sears vendait par catalogue des vêtements et des chaussures. Comment ont-ils réussi ce tour de force?

Simplement en permettant le contact avec le vêtement soit par le biais de leur magasin ou par le biais d’un achat sans risque autorisant les retours sans questionnements. Showrooming une opportunité pour les magasins traditionnels! Une amie, très en moyen et aussi chasseuse d’aubaines (appuyant ici sur le fait qu’il ne faut pas croire que ce sont des clients sans valeur qui pratique le showrooming), m’a avoué sans gêne faire la même chose. Que dire du « Pretailing » maintenant? Que conclure sur ces nouvelles façons d’acheter? Le parcours client : les étapes clefs pour enchanter le consommateur ! Le consommateur roi. " Ce qui a changé au cours des trente dernières années, c'est le consommateur ", a lancé Marc Lolivier, délégué général de la Fevad.

Le consommateur roi

Un sentiment partagé par les intervenants de la table ronde du CMD intitulée " Rêve de marketing, marketing de rêve ". Marc Lolivier a exposé la règle des 3C - compétence, choix et communication - imposé par la révolution Internet : le consommateur est, aujourd'hui, un expert qui a accès à un choix considérable, 7 jours/7, 24 heures/24 et qui, grâce à Internet, a le pouvoir de s'exprimer et de donner son avis. L'évolution des habitudes d'achat des Français entre 2012 et 2013. Le commerce actuel est omniprésent, résultant de la multiplication des points d'achat mais aussi de l'évolution des comportements des consommateurs.

L'évolution des habitudes d'achat des Français entre 2012 et 2013

Afin de continuer à comprendre ces changements, Ipsos a réalisé la seconde édition de l'étude Omniretail pour CA Com, au sujet de l'évolution des habitudes d'achat des Français entre 2012 et 2013. Florilège des principaux résultats de ce sondage, effectué auprès d'un échantillon de 1013 personnes, représentatives de la population française, âgées de 15 ans et plus, du 5 au 8 avril 2013. Les magasins physiques : toujours chouchous des français.  Achats alimentaires en ligne : les tendances US 2013 de la shopper experience / ms 10/05/13. Le comportement d'achat du client en magasin s'analyse aussi via mobile. Pour connaître les comportements d'achat des consommateurs à l'intérieur même du magasin, les caméras ou le Kinect peuvent être la solution.

Le comportement d'achat du client en magasin s'analyse aussi via mobile

Apparemment, le mobile aussi ! En entrant dans un magasin ou en regardant simplement par la vitrine de celui-ci, les consommateurs sont loin de se douter qu'un logiciel est en train d'analyser leur comportement. Le temps qu'ils ont passé dans ce magasin, ce qu'ils y ont acheté, s'ils sont allés dans une autre boutique de la même enseigne... autant d'informations que Nomi analyse et transmet aux vendeurs possédant l'application. Cette application n'est pas la première du genre, la startup française Anaxa Vida, ou encore Shopperception travaillent elles aussi à l'élaboration d'outils permettant de mieux analyser le comportement des consommateurs.

Les courses alimentaires, une contrainte pour les Français. La fréquentation des magasins d'alimentation, quelle que soit leur forme, ne diminue pas.

Les courses alimentaires, une contrainte pour les Français

Stagnante pour les supermarchés et les hypermarchés, qui restent les circuits les plus fréquentés par les Français, elle progresse, par rapport à 2005, pour les commerces alimentaires spécialisés (boucherie, charcuterie...), les magasins de surgelés et le hard-discount, selon une enquête du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Crédoc). Fidèle ou papillonneur ? Le consommateur est devenu "zappeur", estiment les auteurs de cette étude, Adeline Dembo et Patrick Duchen. 23 % des Français déclarent fréquenter six circuits ou plus au moins une fois par mois, contre 19 % des déclarants interrogés lors d'une enquête similaire en 2005.