background preloader

XU Aurélien

Facebook Twitter

La science a-t-elle déniché le bonheur ? Le bonheur semble une notion hors de portée de la science par excellence.

La science a-t-elle déniché le bonheur ?

Et pourtant, les chercheurs ont identifié des facteurs génétiques qui comptent pour un tiers dans notre capacité à nous sentir heureux. Dans notre corps, d'autres mécanismes contribuent à ce sentiment de plénitude. Les chercheurs estiment que notre degré d’aptitude au bonheur est une caractéristique personnelle. Chacun d’entre nous aurait ainsi une capacité variable à se sentir heureux. Et les scientifiques qui sont partis en quête des sources de ce sentiment de plénitude ont aussi découvert sa complexité.

Un Français scientifiquement déclaré l’homme le plus heureux du monde. Restez curieux.

Un Français scientifiquement déclaré l’homme le plus heureux du monde

Suivez nous ! Les moines boudhistes sont réputés pour leur méditation à laquelle certains y prêtent des pouvoirs surnaturels. Mais la science s’en est mêlée et a officiellement nommé l’homme le plus heureux du monde ! La recette du bonheur existe, c'est Harvard qui le dit ! -... En novembre 2015, lors d’une conférence TEDx, Robert Waldinger a révélé l’aboutissement d'une longue, d'une très longue étude.

La recette du bonheur existe, c'est Harvard qui le dit ! -...

Pendant 75 ans, des chercheurs de la prestigieuse Harvard Medical School ont suivi à la loupe le quotidien de 724 hommes. Alors que, généralement, les études de cet acabit s’arrêtent au bout d’une dizaine d’années, faute de moyens, ici pas moins de quatre directeurs d’étude se sont succédés depuis 1938 pour mener à bien les recherches. Le bonheur est un choix, en voici la preuve scientifique. BIEN-ETRE - Une des hypothèses courantes des recherches en psychologie est que nous aurions un seuil de bonheur qui prédétermine en grande partie notre bien-être général.

Le bonheur est un choix, en voici la preuve scientifique

Nous orbitons autour de ce seuil, nous sentant plus heureux lorsque quelque chose de positif survient dans notre vie, et l'inverse, pour retrouver notre équilibre par la suite. Or, il se trouve que ce seuil peut, dans une certaine mesure, être recalibré. Bien que notre humeur et notre bien-être soient en partie déterminés par des facteurs génétiques et culturels, les experts s'entendent pour dire qu'environ 40% de notre bonheur dépend entièrement de nous-mêmes.

De vastes pans de la recherche autour de la psychologie positive ont démontré que le bonheur est choix que nous pouvons tous faire. Comme l'a dit le psychologue William James, "une des plus grandes découvertes de notre temps, c'est que l'humain peut changer sa vie en changeant son attitude face à celle-ci".

Le bonheur vu par la science. Bien que notre humeur et notre bien-être soient en partie déterminés par des facteurs génétiques et culturels, les experts s’entendent pour dire qu’environ 40% de notre bonheur dépend entièrement de nous-mêmes.

Le bonheur vu par la science

De vastes recherches ont démontré que le bonheur est un choix que nous pouvons tous faire. Comme l’a dit le psychologue William James, « une des plus grandes découvertes de notre temps, c’est que l’humain peut changer sa vie en changeant son attitude face à celle-ci ». Oui, le bonheur est un choix, alors décidez aujourd’hui de prendre votre bonheur en main en suivant ces quelques conseils issus d’études scientifiques sur le bonheur*. Voici la clé du bonheur selon une étude scientifique. On pense souvent que notre bonheur est intrinsèquement lié à notre réussite professionnelle et financière.

Voici la clé du bonheur selon une étude scientifique

Or, une récente étude menée par la London School of Economics vient de révéler le contraire. Bien sûr, on ne niera pas qu'un salaire confortable permet de régler plus facilement ses problèmes, mais selon les chercheurs, c'est en s'attaquant à la dépression et l'anxiété que l'on pourrait réduire la misère humaine de 20%, contre 5% en se focalisant uniquement sur l'élimination de la pauvreté. La science du bonheur. INFOGRAPHIE - Le bonheur n'est pas seulement dans le pré, il est surtout dans la tête.

La science du bonheur

Les neurosciences dévoilent la chimie de cet état de grâce et s'invitent dans un débat jusqu'alors réservé aux philosophes et aux poètes. Paradoxalement, c'est en étudiant les mécanismes impliqués dans la douleur, la dépression ou les troubles bipolaires que les chercheurs ont découvert certaines sources du bonheur. Une zone du bonheur observée dans le cerveau. On l’appelle précunéus.

Une zone du bonheur observée dans le cerveau

C’est une petite région de la face interne du lobe pariétal du cortex cérébral. Juste un petit repli au-dessus et légèrement à l’arrière de notre cerveau. Un repli qui pourrait contenir notre aptitude au bonheur. Cerveau : le précunéus serait-il la zone du bonheur ? En utilisant l'IRM (Imagerie par résonance magnétique), une équipe de scientifiques japonais a localisé chez des volontaires une zone cérébrale du cerveau appelée précunéus et impliquée dans le ressenti du bonheur.

Cerveau : le précunéus serait-il la zone du bonheur ?

Savons-nous ce qu'est réellement le bonheur et surtout, où il se situe ? C'est pour répondre à cette question universelle que Waturu Sato, chercheur à l'université de Kyoto et son équipe, ont travaillé sur le sujet. Ils ont découvert que la combinaison des émotions positives et de la satisfaction tirée des évènements de la vie devenait active au sein du précunéus, une zone du lobe pariétal. D'un point de vue neurologique, le bonheur peut être considéré comme une expérience subjective fondée sur un ressenti plus ou moins intense selon les personnes.

Les psychologues ont déjà cherché à en déceler les mécanismes. La pyramide de Maslow - Fabrique SpinozaFabrique Spinoza. La pyramide des besoins schématise une théorie réalisée à partir d’observations par le psychologue Abraham Maslow sur la motivation.

La pyramide de Maslow - Fabrique SpinozaFabrique Spinoza

Il énumère suite à ces travaux cinq catégories de besoins et en propose une hiérarchie : les besoins physiologiques, les besoins de sécurité, les besoins affectifs d’appartenance, les besoins d’estime personnelle et les besoins d’épanouissement, du plus élémentaire au plus élevé. Selon Maslow, il est nécessaire de satisfaire les besoins d’un niveau inférieur avant de s’intéresser aux besoins du niveau directement au-dessus.

Accomplissement personnel (morale, créativité, résolution des problèmes…) Une science du bonheur ? « Nous cherchons tous le bonheur, mais sans savoir où, comme des ivrognes qui cherchent leur maison, sachant confusément que cela existe. » Quand Voltaire écrit ces lignes au milieu du xviiie siècle dans l'une de ses correspondances, le bonheur est déjà un sujet à la mode : dans toute l'Europe fleurissent des traités consacrés aux différents moyens de l'atteindre. Depuis l'Antiquité grecque (où la philosophie se donnait pour objet premier d'aider les hommes à construire une vie heureuse) jusqu'à aujourd'hui, la quête du bonheur est d'actualité.

À ceci près que la science contemporaine, à la suite de la philosophie, en a fait un objet d'étude fécond, comme vous le constaterez dans ce dossier : de fait, jamais sans doute le bonheur n'aura été aussi bien connu dans le moindre de ses rouages, biologiques et psychologiques, jamais non plus le chemin pour l'atteindre n'aura été aussi bien balisé. Le bonheur, c’est simple comme un fragment d’ADN. Des porteurs de la version longue d'un gène jouant sur la sérotonine se disent en moyenne plus satisfaits de leur vie "Certaines personnes voient le verre à moitié plein, d'autres à moitié vide.

Nous avons voulu donner un sens à cette observation du quotidien. "