background preloader

Info-Doc

Facebook Twitter

Aproged. Portail <strong>Métiers du livre</strong> - Ecole Estienne, Paris Ecole supérieure de l’enseignement public (Ministère de l’éducation nationale), elle dispense des formations en arts appliqués et industries graphiques (DMA, BTS, licence professionnelle et DSAA).

Portail <strong>Métiers du livre</strong> -

Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, Paris Etablissement d’enseignement supérieur public (Ministère de la culture et de la communication), l'ENSAD propose des formations en 5 ans en arts et industries graphiques (diplôme d’état conférant le grade de Master). Institut National des Métiers d’Art, Paris Opérateur de l’État, il mène une mission d’intérêt général au service des métiers d’art : soutien de la formation et de la recherche, coopération nationale et internationale, promotion de dispositifs innovants utiles à la création d’activité économique.

Ecole nationale supérieure des arts visuels, La Cambre, Belgique Ecole nationale des chartes, Paris nstitut national du patrimoine, Paris Ecole d'ingénieurs Grenoble INP Pagora, Saint-Martin d'Hères. Bibliopedia. Dégooglisons Internet. Info-doc. OpenEdition Books. Les bibliothèques troisième lieu. Concept encore peu répandu en France, la bibliothèque troisième lieu 1 incarne un modèle phare aux États-Unis, où l’appellation « third place library » fleurit sur la biblioblogosphère et dans la littérature bibliothéconomique.

Les bibliothèques troisième lieu

Elle y fait figure de voie d’avenir et semble se matérialiser également dans plusieurs établissements européens, notamment au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Europe du Nord, où la filiation directe à ce modèle est parfois ouvertement revendiquée, à l’exemple du « Fil rouge », bibliothèque centrale de la ville de Hjoerring, au Danemark, présentée au dernier congrès de l’Ifla 2 (International Federation of Library Associations and Institutions). Si le concept est abondamment utilisé, il reste toutefois peu documenté, peu explicité, et son usage peut connaître des acceptions divergentes. Il paraît donc opportun de se pencher sur ses caractéristiques afin d’en restituer l’essence et de mieux saisir le succès qu’il remporte 3.

Qu’est-ce que le troisième lieu ? La fréquentation en questions. Dans le jugement sur les bibliothèques, pourquoi faudrait-il prendre en compte la réalité plutôt que le projet qui les a fondées ?

La fréquentation en questions

Car les bibliothèques publiques, desquelles il sera ici essentiellement question, n’ont pas toujours dû leur existence à leurs résultats. Bien sûr, elles ont largement répondu au questionnaire de l’ex-Direction du livre et de la lecture (DLL) et prêté une oreille aux résultats des différentes éditions de l’enquête « Pratiques culturelles des Français » (PCF), même si c’était surtout pour s’inquiéter des données concernant l’évolution souvent négative de la lecture de livres.

Néanmoins, elles doivent principalement leur développement à une volonté politique, à un projet éducatif et culturel. Pourtant, depuis une dizaine d’années, la question de la fréquentation a pris une certaine ampleur. Les données de fréquentation La mesure de la fréquentation des bibliothèques (figure 1) repose principalement sur trois sources de données : Crédoc or not Crédoc ?

Juin 2010. Trop loin, trop proche. Comment (re-)mobiliser les politiques sur la question des bibliothèques 1?

Trop loin, trop proche

Entre les 36 000 bibliothèques qui couvrent les zones desservies du territoire et les 514 519 élus communaux qui assument leur autorité politique 2, il serait impossible sans tomber dans la caricature de définir avec assurance un mode de relation uniforme. La relation entre les bibliothèques et les politiques dépend d’abord des personnes en place, élus et direction de l’établissement.

Elle leur est évidemment spécifique, chargée selon les lieux du subtil mélange de l’accumulation ou non d’un capital de confiance, des aléas d’une histoire administrative particulière, le tout pimenté de particularités culturelles locales. Dans cet ajustement où négociation et dialogue devraient réguler les relations et en assurer la qualité, l’impression générale est pourtant celle d’une distance mal contrôlée.

Soit les politiques sont trop près des bibliothèques, soit ils en sont trop éloignés. ADBDP : Typologie des établissements ouverts à tous publics. Ce tableau présente une typologie des établissements ouverts à tous publics adoptée par le CA de l'ADBDP le 22 janvier 2002 sur proposition du groupe de travail sur l'évaluation.

ADBDP : Typologie des établissements ouverts à tous publics

Cette typologie permet l'évaluation d'un réseau départemental de lecture publique. Avec ses cinq types d'établissement, elle est compatible avec la typologie de la Direction du livre et de la lecture qui n'en comprend que trois. Les critères quantitatifs s'entendent comme des minimas. Le nombre d'habitants pris en compte correspond selon selon les cas à la population communale ou intercommunale Tableau établi par le groupe Évaluation de l'ADBDP coordonné par Annie Dourlent, BDP de l'Ille-et-Vilaine, et Nathalie Clerc, BDP de l'Indre.

Lecture numérique

ActuaLitté. Archimag - Le magazine des professionnels de l'information.