background preloader

Terminale éco

Facebook Twitter

Qui sont les champions du multilatéralisme ? Qu’est-ce que le multilatéralisme ? Au premier jour de l’assemblée générale des Nations unies, deux visions du monde se sont affrontées par discours interposés à la tribune. Premier à prendre la parole, Donald Trump a réaffirmé son refus d’un monde multipolaire. « Nous n’abandonnerons jamais la souveraineté américaine à une bureaucratie mondiale non élue et irresponsable. » Le chef de l’État français n’a pas cité le nom de Donald Trump mais son discours a été souvent l’exact opposé de celui prononcé par le président américain. « Certains ont choisi la loi du plus fort.

Mais elle ne protège aucun peuple. Nous choisissons une autre voie : le multilatéralisme », a résumé Emmanuel Macron. Par opposition à l’unilatéralisme, le multilatéralisme est un ensemble de mécanismes qui régissent la coopération entre États. Qui défend le multilatéralisme au sein du Conseil de sécurité de l’ONU ? Depuis la fin des guerres coloniales, la France et le Royaume-Uni sont sur cette ligne de conduite. Tous les Français ne sont pas égaux face au chômage, la preuve. Google. Qu’est-ce qui plombe le pouvoir d’achat ? Dette galopante, guerre commerciale, crise des pays émergents… L’OCDE tire la sonnette d’alarme ! Les risques pour la croissance mondiale s'intensifient. L'OCDE vient de lancer un avertissement à cet égard, soulignant les menaces d'escalade dans la guerre commerciale entre Washington et Pékin, la crise des pays émergents ou encore un endettement croissant en dehors du système bancaire.

L'économie mondiale pourrait avoir avoir atteint "son pic de croissance" et amorcé un ralentissement avec "des risques (...) qui s'intensifient", a souligné l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) dans ses prévisions intérimaires. L'institution, basée à Paris, a du coup légèrement abaissé sa prévision de croissance mondiale à 3,7% pour cette année et pour 2019, soit respectivement 0,1 point et 0,2 point de moins que prévu lors de ses dernières projections de juin. >> A lire aussi - Le surendettement massif s’est toujours terminé par un défaut de paiement ou une guerre, l’Histoire le prouve !

>> A lire aussi - 12 placements à fuir en cette rentrée. Les robots toujours plus présents dans notre travail : mais du coup, quels seront les métiers et compétences du futur ? DÉCRYPTAGE - Selon un rapport du Forum économique mondial, plus de 50% des tâches professionnelles courantes seront effectuées par les machines à partir de 2025. Une mutation qui va entraîner une transformation profonde du marché du travail. 19 sept. 2018 16:29 - Sibylle LAURENT Les robots s’incrustent, toujours plus.

Au point de remplacer les travailleurs, menacés par cette automatisation et robotisation dans tous les secteurs ? C’est ce que pourrait faire craindre l’étude du Word Economic Forum (Forum économique mondial, dont le sommet se tient chaque année à Davos) publiée lundi : en 2025, 50% des tâches professionnelles seront exécutées par des machines. Découlera de cette automatisation la disparition de milliers de jobs - mais aussi l'apparition de nouveaux. Sur le papier, ces données peuvent faire frémir. Ce qui est sûr, c’est que certains secteurs seront plus concernés que d’autres. Sur quoi miser pour s'en sortir ? Les métiers plein d'avenir Sibylle LAURENT. Transformation digitale : les leçons du DRH d’Orange - Les Echos. Les chiffres clés d'une Europe en panne. PIB, population, R&D, dépenses....les indicateurs de l'Europe montrent ses faiblesses. Un panel de chiffres qui prouve que les efforts sont nécessaires pour que l'Union tienne son rang économique sur la scène mondiale. ♦ Avec plus de 500 millions d'habitants, l'Union européenne possède un territoire plus peuplé que la Russie et les États-Unis réunis : 81 ans : c'est l'espérance de vie moyenne des Européens. ♦ Les candidats pour l'adhésion à l'UE sont plutôt des pays pauvres que des nations riches...

> Vidéo. Depuis l'adhésion de la Croatie à l'UE en 2013 , quels sont les pays membres ? ♦ L'UE participe à hauteur de 24% au PIB mondial, elle est ainsi la première puissance économique : ♦ Le budget de l'Union européenne reste faible : Europe : 145 milliards d'euros France : 373 milliards d'euros États-Unis : plus de 1.000 milliards d'euros (Montant du budget public, en 2015) > Vidéo. . ♦ Les dépenses de défense sont insuffisantes (Dépenses militaires en % du PIB) : Chine : 2,1 % Russie : 4,5 % > Vidéo.

Le déficit public meilleur que prévu, à 3,5% du PIB en 2015. Bruxelles reste dubitatif sur la réduction du déficit public français. Le Monde | • Mis à jour le | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) Bruxelles persiste et signe. Dans ses prévisions économiques d’hiver, publiées jeudi 4 février, la Commission européenne confirme ce qu’elle avait déjà pointé dans ses prévisions d’automne, en novembre 2015. La France, à politiques inchangées, ne tiendra pas son objectif de réduction du déficit public sous la barre des 3 % de son produit intérieur brut (PIB) en 2017. Selon Bruxelles, il sera encore de 3,4 % du PIB en 2016 et, surtout, de 3,2 % en 2017, alors que Bercy vise un déficit de 3,3 % cette année et de moins de 3 % en 2017. De son côté, le commissaire européen aux affaires économiques, Pierre Moscovici, affirme qu’« avec de la volonté politique et des mesures appropriées la France peut tenir son engagement d’un déficit public sous les 3 % de son PIB en 2017 ».

Début 2015, la France s’est pourtant engagée à revenir « dans les clous » du pacte de stabilité et de croissance en 2017. Le moteur allemand. Sortie de crise : Comment l'Espagne nous fait la leçon. A force de sacrifices, notre voisin du Sud est devenu l'un des pays les plus dynamiques de la zone euro. Enquête sur les raisons de ce rebond que personne n'attendait. Si ce n'est pas une ruée vers l'or espagnol, cela y ressemble étrangement. En janvier, le milliardaire américain George Soros a investi pas moins de 500 millions d'euros dans la banque Santander. Un mois plus tôt, le Mexicain Carlos Slim, deuxième fortune mondiale, a déboursé 650 millions pour mettre la main sur 25% du capital du groupe de BTP espagnol FCC - il en est désormais le premier actionnaire, aux côtés de Bill Gates et de George Soros. Après avoir misé 600 millions dans la Caixa Bank, Warren Buffett a de son côté ouvert à l'automne un bureau à Madrid pour y investir dans le secteur immobilier.

Quel retournement de situation ! Aujourd'hui, plus personne ne redoute cette hypothèse : non seulement l'Espagne n'est plus menacée par la faillite, mais tous ses indicateurs sont au vert ! Et cela a marché. Quelle purge ! Plus de 75% des Français travaillent désormais dans le secteur tertiaire.

LE SCAN ÉCO - L'Insee offre un tableau complet des 28,6 millions de Français actifs. On y apprend que plus des trois quart travaillent dans le secteur tertiaire, que presque 90% des actifs sont salariés, et que les trois-quarts sont en CDI... Dans les «Tableaux de l'économie française 2016» publiés ce mardi, l'Insee consacre une partie de sa vaste étude sur l'emploi en France, et sa répartition par activité. On y apprend notamment que la France est devenue plus que jamais un pays de service. • 25,8 millions de Français occupent un emploi en France Sur les 50,8 millions de Français de plus de 15 ans (en 2014), 28,6 millions sont «actifs» au sens du Bureau international du travail. . • 75,2% des Français «occupés» travaillent dans le secteur tertiaire Sur les 25,8 millions de Français «occupés», plus des trois-quarts travaillent dans le secteur tertiaire, tandis que l'industrie ne représente plus que 13,9% des emplois, la construction, 6,6%, et l'agriculture, 2,8%.

Les graphiques de Challenges. Partager cette image Revoir Visite guidée du futur bâtiment phare d'Orly Le test de l'appareil photo "Leica" du P9 de Huawei en images Les plus grosses levées de fonds de start-up françaises en 2016 Harmony of the Seas: visitez le plus grand paquebot du monde en images Nespresso, Panzani, Aubade: retour sur 10 sagas publicitaires Ces applications incontournables pour enrichir votre smartphone C'est une facette méconnue des inégalités qui structurent les villes françaises. Challenges par Challenges.fr Mots-clés Graphiques Sans surprise, les boîtes de High-tech offrent des rémunérations alléchantes. Challengesoir Au tour d’Emmanuel Macron de s’attaquer à l’impôt sur la fortune. « Je pense que la fiscalité du capital actuelle n’est pas optimale: si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer par exemple la taxation sur la succession aux impôts de type ISF », a affirmé le ministre de l’Economie dans une interview au magazine Risques.

(c) OIV (C) Challenges. Le déficit de la Sécurité sociale sera un peu moins élevé que prévu en 2015 malgré un contexte dégradé. Images Site Web pour cette image Le déficit de la Sécurité sociale sera un peu moins élevé que prévu en 2015 ... lesechos.fr Recherche par imageImages similaires Les images peuvent être soumises à des droits d'auteur. Au-delà du PIB, 10 indicateurs pour mesurer autrement le progrès. France Stratégie et le CESE ont proposé des indicateurs complémentaires au PIB pour conseiller gouvernement et Parlement.

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alexandre Pouchard Partiel, incomplet, trop centré sur l’économie : le produit intérieur brut (PIB) est depuis longtemps accusé de ne refléter que partiellement la situation d’un pays, écartant des domaines primordiaux comme la qualité de vie ou le développement durable. Début avril, le Parlement français a adopté une proposition de loi écologiste préconisant l’examen de nouvelles mesures avant les discussions budgétaires de l’automne. Ces indicateurs « sont destinés à servir de support au rapport que devra annexer chaque année le gouvernement au projet de loi de finances », précise l’étude.

Une soixantaine de personnes y ont contribué, dont des représentants des partenaires sociaux, de la société civile, des administrations, des organisations internationales, des experts et des universitaires. Travail : le taux d’emploi. Bilan 2015 : l'état de la France en 12 graphiques. Les impôts en France sont-ils justes ? Et 8 autres questions sur la fiscalité. Alors que l'ancien Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le député socialiste Pierre-Alain Muet ont relancé le débat fiscal à l'Assemblée nationale, en faisant adopter un amendement sur la CSG jeudi 12 novembre, petit tour d'horizon de notre système fiscal en 9 questions et dix infographies. En France, les impôts progressifs - c'est-à-dire ceux dont le taux augmente avec la valeur de ce qui est taxé - représentent une faible part des recettes fiscales. Il s'agit principalement de l'impôt sur le revenu et des droits de mutation.

Quant à l'impôt sur la fortune (ISF), il est également progressif, mais son poids est encore plus faible : il ne représente que 0,2 % du produit intérieur brut (PIB), contre 3,2 % pour l'impôt sur le revenu. Les impôts proportionnels, dont le taux est le même pour tous, pèsent bien plus lourd. Le taux de la première tranche est nul pour tous et ce taux augmente en même temps que les tranches de revenus progressent. Le montant des niches fiscales en 2014.

Chapitre 2 : les causes du chômage