background preloader

Contraception masculine

Facebook Twitter

Contraceptifs masculins et féminins. La contraception reste une affaire de femmes : en attendant la parité, je fais grève. Cérazette (crédit photo : Gaëlle-Marie Zimmermann) La contraception, c'est tout de même un truc génial, qui a permis à la femelle moderne de s’affranchir (en théorie du moins) de l’obligation de procréer.

La contraception reste une affaire de femmes : en attendant la parité, je fais grève

Un enfant si on veut, quand on veut, ça fait rêver. Les hommes, peu impliqués dans la démarche contraceptive Gros bémol cependant : la contraception reste une affaire de femmes. Oh, je ne nie pas que les hommes, parfois bien intentionnés, manifestent un désir concret de s’impliquer dans la démarche contraceptive, que ce soit au sein du couple stable ou dans le cadre de relations sexuelles épisodiques. Économiquement, les débouchés commerciaux d’une contraception masculine sont encore incertains. Médicalement, on en est là aussi : c’est le corps des femmes qui porte seul le poids (oui, la chance aussi, on ne revient pas dessus) de la contraception. Et c’est là que le bât blesse : parfois, le corps ne peut pas. Un parcours contraceptif classique Quand plus rien ne fonctionne, on fait quoi ?

Nouvelles contraceptions masculines : qu’en pensent les hommes ? Spermatozoon race – flickr/Dimit®i Les hommes sont-ils séduits par un mode de contraception qui leur soit propre ?

Nouvelles contraceptions masculines : qu’en pensent les hommes ?

Certains s’y intéressent : c’est un homme qui m’a envoyé le lien vers les tests de la méthode Risug en regrettant qu’elle ne soit pas déjà en usage ou au moins en cours de développement en Europe. Et qui m’a donné envie de m’intéresser aux nouvelles contraceptions masculines. D’aucuns diront « on a déjà le préservatif ». Néanmoins, de nombreux hommes affirment encore que le latex leur donne des complexes ou que ça gâche tout. Etre père malgré soi, c’est un vrai risque !

Si 40% des femmes françaises connaîtront un avortement dans leur vie, il se trouve aussi qu’un certain nombre d’hommes devienent pères malgré eux. Une partie de ces pères involontaires en sont finalement très contents. Une autre partie de ces pères sont traumatisés. Les hommes ont peur de la pilule… comme les femmes ! On parle d’une méthode mécanique, les hommes pensent à une méthode hormonale.

Contraception masculine : de nouvelles techniques, dans l’indifférence générale. Une photo du dernier labo qui a fait des recherches sur la contraception masculine?

Contraception masculine : de nouvelles techniques, dans l’indifférence générale

(« Lab » – flickr/howzey) Lorsque le ministère de la santé parle de contraception, il s’adresse exclusivement aux femmes. Pourtant, dans la relation sexuelle, l’homme aussi peut agir afin d’éviter la conception. Outre les préservatifs et la vasectomie (qui reste très difficile à obtenir en France), d’autres techniques sont en cours de développement. En première intention, on pense au serpent de mer qu’est la pilule contraceptive pour les hommes. Une nouvelle technique réversible Une nouvelle méthode verra peut-être prochainement le jour : le Risug. Il s’agirait d’injecter dans le canal déférent un gel qui rend les spermatozoïdes infécondants lors de leur passage. Des médecins ultra-conservateurs Pourant, nombreux sont les hommes qui ne veulent pas ou plus infliger la pilule aux femmes.

Je serais beaucoup moins optimiste en ce qui concerne l’institution médicale. Et l’action publique ? Les Indiens testent le Risug, contraceptif pour hommes. (De Delhi) Le chercheur indien S.K.

Les Indiens testent le Risug, contraceptif pour hommes

Guha a mis au point un nouveau moyen de contraception masculin : le Risug. Réversible et de longue durée, ce contraceptif à l’essai pourrait rencontrer une demande importante en Inde et dans le monde dès sa commercialisation. L’inhibition réversible du sperme sous surveillance, ou plus communément appelée Risug, a été inventée il y a déjà plusieurs années en Inde par le professeur S.K.

Guha, de l’Institut technologique indien de Kharagpur [et a obtenu l’autorisation cette année d’accélérer les tests sur des volontaires, ndlr]. Cette injection contraceptive inhibe les capacités fonctionnelles du sperme, entraînant ainsi la stérilité de l’homme pendant quinze ans. Le docteur R.S. . « Il a été démontré que le Risug, qui est un contraceptif sans hormone et injectable en une fois, est totalement efficace et sûr.