background preloader

O.T.C.

Facebook Twitter

3 bons outils collaboratifs en ligne pour etudiants. C’est sans doute un des univers où les outils collaboratifs ont commencé a modifier la donne en profondeur. Celui de l’éducation. Côté enseignants bien sûr mais également du côté des étudiants. Un des défis auquel sont confrontés les étudiants lorsqu’ils travaillent en groupe sur des projets est celui de dépasser ce qu’ils seraient capables de produire seuls en utilisant des outils en ligne adaptés à cette recherche collaborative. Curation, mise en commun, échanges, l’arrivée des outils collaboratifs permettent déjà d’étudier et de travailler sur un projet de recherche, à plusieurs, autrement. Voici trois outils collaboratifs en ligne dont nous avons déjà parlé ici qui nous semblent bien adaptés pour les étudiants : Think Binder.

Searcheeze. Diigo. Et vous ? Like Loading... Produire-un-document-a-plus-de-cent | Etherpad Lite. Web'ooo. 65 sites incontournables pour le bureau. 10 OUTILS DE PRISE DE NOTES (2 de 2) Cet article fait suite à l’article: 10 outils de prise de notes (1 de 2). Vous noterez que certains des outils décrits ci-bas ne sont pas uniquement des outils de prise de notes mais sont également des outils de "bookmarking" et à certains égards parfois, de gestion de tâches. 1 – Ubernote Ubernote vous permettra notamment de faire des captures d’écrans, d’insérer des "bookmarks" ou carrément des pages web dans vos notes. Il vous sera également utile pour gérer vos tâches et vos projets. 2 – Listhings Listhings fonctionne presqu’exactement comme un babillard traditionnel sauf que vous pouvez partager vos notes afin de réaliser des projets de groupe. 3 – Kippt Kippt n’est pas exactement un outil de prise de notes. 4 – Scratchpad Scratchpad est une application Google Chrome pour prendre des notes. 5 – Linoit Linoit vous permet de prendre des notes où que vous soyez (peut être utilisé via Iphone et Ipad).

Et vous, connaissez-vous d’autres outils de prise de notes? Sophie Marchand, M.Sc., CGA. 10 OUTILS DE PRISE DE NOTES (1 de 2) Voici une liste de 10 outils qui vous aideront sans aucun doute à gérer et optimiser vos prises de notes. L’aspect intéressant de la plupart de ces outils, c’est qu’ils permettent de synchroniser les notes entre diverses plates-formes (web, téléphone, tablette électronique). 1 – OneNote OneNote est un produit de la suite Microsoft Office, qui s’intègre parfaitement à votre calendrier Outlook, notamment au niveau des tâches et des rendez-vous. D’ailleurs, Outlook possède son propre outil de prise de notes qui n’est pas mal non plus. OneNote va par contre beaucoup plus loin de ce côté. J’en ai déjà parlé plus en détails dans le billet intitulé: OneNote: un bloc-notes virtuel puissant. 2 – Simple Note SimpleNote porte très bien son nom. 3 – EverNote Evernote permet de prendre différents types de notes: un texte mis en forme, une page web (entière ou un extrait), une photo, un mémo vocal ou une note manuscrite par exemple. 4 – TreeDBNotes 5 – RedNoteBook 10 OUTILS DE PRISE DE NOTES (2 de 2) .

Les outils indispensables du connecté moderne. Depuis le temps qu'on te dit que les outils informatiques peuvent te changer la vie. Ou tout au moins te la simplifier grandement. Il suffit souvent de quelques minutes pour s'inscrire à un service et apprendre les rudiments de son utilisation, pour ensuite gagner un temps considérable. Encore faut-il y penser... et choisir le bon outil. Voici une sélection, toute personnelle, des outils que je considère comme étant indispensables gérer sa vie numérique au quotidien. Pour chaque type d'outil, j'en ai choisi un que je considère particulièrement efficace et / ou simple à utiliser, mais j'ai pris soin de t'ajouter une liste d'alternatives.

Il en faut pour tous les goûts. Une sauvegarde automatique de ses données Bien entendu, je suis sûr que tu sauvegardes régulièrement tes données, pour préparer le pire en cas de casse, fausse manip', vol, piratage, attaque martienne, utilisation courante de Windows. Cette solution te permet de sauvegarder facilement tes fichiers sur un disque externe. Ouf. Comment le partage de l’information contribue-t-il à l’émergence d’une « intelligence collective » ? - stmg. Information et intelligence collective Et plus particulièrement de la question 2 : Présentation effectuée par : ÄFanny HERVE,professeur économie-gestion Académiede Toulouse ÄAlain SERE, inspecteur général section économie et gestion Compte-rendu effectué par : Jeannine LARBI et Grégory D'Amico (professeurs en Economie-Gestion, Académie de Versailles L’expression "intelligence collective" est apparue en 1997 lors d’un meeting du philosophe Pierre Levy.

On se focalise durant cette présentation à différents aspects. ÄLa place dans le programme La question sur l’émergence de l’intelligence collective est la seconde question du thème 2, la 1ère étant «en quoi les technologies transforment-elles l’information en ressource ?». Il semble pertinent de dire que pour aborder ce thème de l’intelligence collective, il faut que l’élève ait pu appréhender la notion de collectif et donc celle d‘individuel avant. Ä Comment aborder les notions Le programme a été rédigé en direction des élèves. Information et intelligence collective.pdf. Theme2-information-et-intelligence-collective.pdf. Internet, enfant de la contre-culture: Interview du sociologue Dominique Cardon (Part 1) | geek politics. Sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs en France, Dominique Cardon se penche depuis plus de dix ans sur ce que nous faisons d’Internet.

Dans La démocratie Internet, il ausculte les mutations démocratiques provoquées par le réseau. Mais tout débute par un retour aux sources. Aujourd’hui, on a l’impression qu’Internet n’a jamais été autant lié à la politique. Vous soulignez également que la genèse même d’Internet a engagé une forte dose de politique. Dans l’histoire du protocole de communication qu’est Internet, le financement d’origine vient de l’ARPA, une agence de recherche du ministère de la défense, qui a monté l’ARPA-Ipto, une petite équipe de recherche pour créer un réseau décentralisé au début des années 60. Ce qui les a emballé, aussi, c’est le fait que l’ordinateur devienne un objet personnel. Que se passe-t-il après le déclin des communautés hippies, à la fin des années 70?

L’amertume est telle que certains veulent redéployer le projet ailleurs. Ere du travail contributif?? Bernard Stiegler : « Nous entrons dans l’ère du travail contributif » Enregistrements de Bernard Stiegler. En fonction de mon temps libre (!) , je mettrai ici des enregistrements audio et video de prise de parole de Bernard Stiegler : radio, association, séminaire, colloque, intervention évènementielle, etc. Si vous-même possédez de tels enregistrements, merci de m’envoyer un message afin d’enrichir le catalogue, pour le plaisir de tous.

Et n’oubliez pas les nombreux enregistrements disponibles sur la page personnelle de Bernard Stiegler sur le site d’Ars Industrialis Dans la première partie, Bernard Stiegler introduit son mémoire intitulé “Pour une théorie de l’attention”. Dans la seconde partie, Dominique Lecourt et Denis Guénoun posent leurs questions.Dans la dernière partie, Denis Kambouchner, Marcel Gauchet et Fethi Benslama posent leurs questions. Enregistré en Mars 2007. Introduction : 1. 2. 3. Les questions / réponses : L’entretien est divisé en plusieurs parties : Un entretien sur l’enfance et la télévision : La rencontre filmé de Stiegler chez Siné Hedbo, en trois parties. Guide méthodologique du travail en commun. Quel que soit notre métier, Internet représente une révolution majeure et bouleverse nos façons d’exercer notre profession. Se connecter au réseau des réseaux nous permet de multiplier le nombre de nos partenaires, de collecter toujours plus d’informations, d’échanger des expériences, de construire en commun des connaissances.

Pour cela, il faut apprendre à travailler en commun. L’Institut Atlantique d’Aménagement des Territoires (IAAT) en sait quelque chose. Il a pour but de concourir à la conception de l’aménagement et du développement des territoires des Régions de l’Arc Atlantique en proposant et en mettant en oeuvre des programmes d’information, d’expertise et de recherche, d’évaluation et de prospective d’une part, de formation et d’animation d’autre part. Sa mission de centre de ressources inter-régional l’a conduit à rechercher les moyens de participer à l’évolution des modes de travail, d’analyse et de prise de décision.

Niveau : Professionnel. Travail collaboratif à distance. Après la présentation en avril dernier du Guide pratique du travail collaboratif en communautés virtuelles d'apprentissage, l'auteure, Isabelle Gonon, nous signale la mise en ligne d'une version plus récente, mise à jour et améliorée du point de vue de la forme. En effet, hébergé sur la plate-forme Erep - pour e-reputation - ce nouveau guide est présenté sous la forme d'un module interactif multimédia réalisé à partir d'une chaîne éditoriale et placé sous une licence Creative Commons qui autorise sa diffusion, sa reproduction et sa modification.

Autre nouveauté à signaler concernant ce guide, sa plus grande structuration relativement au précédent, ce qui du coup renforce la qualité, facilite la lecture et valorise le contenu. Le nouveau guide commence par une introduction dans laquelle l'auteure présente sommairement le contenu du module, le contexte de son élaboration sans oublier de se présenter elle-même. Travail collaboratif : de quoi parle-t-on ? Voir : Le MOOC, mode d'emploi. Le format MOOC (Massive Open Online Course) tend à prendre de l'importance dans l'offre de cours en ligne. Du moins, un nombre grandissant de cours ouverts, gratuits et en ligne sont-ils qualifiés de MOOC. Les récentes initiatives du MIT et de Stanford, que nous avons présentées dans un récent article, sont ainsi assimilées à des MOOC par Christine Cupaiuolo dans un billet publié sur le blog Spotlight.

Stricto sensu, ces cours offerts gratuitement à tous ceux qui désirent les suivre relèvent effectivement de la catégorie des MOOC. Mais le MOOC tel qu'il a été envisagé par ses fondateurs et ses plus célèbres représentants, tels qu'il se déploie aussi à la P2P University par exemple et dans nombre d'espaces plus discrets, dispose de caractéristiques qui ne tiennent pas uniquement à son mode de distribution.

Le MOOC : gratuit, en ligne, ouvert... et beaucoup plus Un guide pour créer un MOOC - Cette interconnexion généralisée permet la collaboration ou au moins la discussion. MOOC Guide. Mooc : la standardisation ou l’innovation. Le développement des cours en ligne massifs et ouverts (Mooc pour massive online open courses) attise autant l’enthousiasme que le rejet. Pourtant, comme nous l’avons déjà signalé, ils n’ont rien de magique et paraissent bien souvent plus une réponse économique qu’éducative. En accentuant la concurrence entre universités et entre les étudiants eux-mêmes… les Mooc semblent répondre à un problème pédagogique par une solution économique très spécifique.

Or, l’enjeu éducatif n’est pas là. C’est ce que nous explique dans cette tribune Dominique Boullier, professeur de sociologie à Sciences Po, coordinateur scientifique du MediaLab et directeur exécutif du projet d’innovation pédagogique Forccast. Le projet des Mooc consiste à standardiser l’apprentissage. Or l’enjeu de l’éducation de demain n’est pas de développer un enseignement massif et formaté, mais de développer un enseignement distribué et collaboratif. La course à la plate-forme Image : Day of the Mooc par Michael Branson. Moodle. Cours: Démo des fonctionnalités de Moodle. CQFD : les règles du brainstorming ! Knowledge Management nouvelle génération et communautés de pratique. L'ouvrage de Martin Roulleaux Dugage, Organisation 2.0 : Le knowledge management nouvelle génération fournit les clés essentielles de la mise en place de communautés de pratique (ou CoP) en entreprise.

En effet, celles-ci sont l'un des vecteurs du knowledge management. Nous développons ici les points abordés en bref dernièrement. Les conditions d'existence La communauté de pratique naît à partir d'un centre d'intérêt commun à plusieurs personnes du même métier ou exerçant sur les mêmes domaines de compétence. Ces professionnels sont amenés à partager leurs problèmes, leurs expériences, leurs meilleures pratiques, de la documentation, des modèles, des outils en rapport avec le domaine de connaissance concerné par la communauté. Les autres communautés Les communautés de pratique se définissent par rapport à leur activité. D'autres communautés peuvent être identifiées en fonction de l'objet de leur activité : Les communautés d'intérêt fondées sur des intérêts communs La mise en oeuvre Incubation.

Le tutorat à distance dans les mondes virtuels. Collaboration / Coopération. Un article de Wiki Paris Descartes. Des clés pour comprendre l'Université numérique « Plus qu’un travail de groupe, des stratégies pédagogiques variées sont développées pour apprendre ensemble. Elles s’appuient sur l’interdépendance positive, la fonction sociale et cognitive du dialogue, l’émergence de l’ autonomie . Elles se fondent également sur le développement des capacités de coopération permettant d’apprendre à travailler ensemble : explicitation et construction de la connaissance , acceptation des idées et des actions de l’autre. » (Alain Derycke) « La collaboration et le partage de connaissances facilitent l’ apprentissage , lequel est essentiellement considéré comme un processus social qui accorde une place prépondérante aux interactions sociales (e.g., Doise & Mugny, 1981 ; Vygotsky, 1985 ; Webb & Palincsar, 1996).

Collaboration « Travailler ensemble » : élaboration en commun d’une solution négociée et consensuelle. Voir : des outils collaboratifs . Apprentissage collaboratif. Tic & cooperation. Technologies et coopération. Internet ne nous rend pas seul, soulignions-nous dernièrement. Mais en quoi nous aide-t-il à coopérer entre nous ? Dans son nouveau livre, Ensemble : les plaisirs rituels et la politique de la coopération (Amazon, extraits), le sociologue Richard Sennett, enseignant à la l’école d’économie de Londres et à l’université de New York, s’est intéressé à la coopération.

Pour comprendre pourquoi elle se produit – et parfois, pourquoi elle ne se produit pas. Après Craftman (L’artisan, traduit en français sous le titre Ce que sait la main : La culture de l’artisanat), qui s’intéressait à l’impulsion innée que nous avons à bien faire les choses, ce livre est le second d’une trilogie (baptisée homo faber) sur les compétences dont les humains ont besoin pour une coexistence heureuse (le suivant, annoncé, portera sur les villes). La valeur de la coopération réside dans l’informel Face à la crise, estime le sociologue, les règles formelles s’avèrent souvent insuffisantes. Dialectique contre dialogique. Les nouvelles technologies : révolution culturelle et cognitive | Culture&tic.