background preloader

Aurelien_groupec_psy

Facebook Twitter

Vivre sans les réseaux sociaux

Réseau social. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Réseau social

Des structures destinées à constituer des réseaux sociaux peuvent être créés volontairement, offrant aux participants des possibilités d'agrandir ou rendre plus efficient son propre réseau social (professionnel, amical). L’expression « médias sociaux » recouvre les différentes activités qui intègrent la technologie, l’interaction sociale (entre individus ou groupes d'individus), et la création de contenu. Andreas Kaplan et Michael Haenlein définissent les médias sociaux comme « un groupe d’applications en ligne qui se fondent sur la philosophie et la technologie du net et permettent la création et l’échange du contenu généré par les utilisateurs »[2]. Les médias sociaux utilisent l’intelligence collective dans un esprit de collaboration en ligne. Applications en sciences sociales[modifier | modifier le code] Règle de 150[modifier | modifier le code] Degrés de séparation[modifier | modifier le code] Du Web au Web 2.0[modifier | modifier le code]

Untitled. Bienvenue dans l'ère des hyper-narcissiques. Par son impudence et son incroyable toupet, il a fait rire -jaune- les Français ; nettement moins ses collègues du gouvernement.

Bienvenue dans l'ère des hyper-narcissiques

Un numéro, ce Thomas Thévenoud, qui ne payait ni ses impôts ni ses factures d'électricité, pas plus que ses loyers parisiens, le tout au nom d'une prétendue "phobie administrative". Du haut de son Olympe, le grand homme n'avait pas songé que ces quelques libertés prises avec la loi constitueraient un obstacle à l'exercice de sa fonction de secrétaire d'Etat au Commerce extérieur. Dix jours plus tard, Thomas Thévenoud était viré. "Le narcissisme est un ensemble de traits de personnalité dominés par la conviction de son propre mérite et de sa supériorité, associée à la conviction que l'on n'a pas à suivre les mêmes règles et contraintes que les autres", détaille le psychiatre Christophe André. Suivez mon regard... A sa décharge, en politique, Thomas Thévenoud n'est pas le seul à nourrir la chronique des hypernarcissiques patentés.

TECHNOLOGIE. Comment les réseaux sociaux ont fait de nous des touristes de nos propres vies. Les "selfies" exacerbent-ils le narcissisme des adolescents?  Dans les pages du dictionnaire d'Oxford où il a fait son entrée en août dernier, la définition du mot "Selfies" est suivie d'une mise en contexte qui donne le ton de la réprobation morale qui l'entoure : Des selfies occasionnels sont acceptables, mais il n'est pas indispensable de poster tous les jours une nouvelle photo de soi.

Les "selfies" exacerbent-ils le narcissisme des adolescents? 

" "L'encouragement à se focaliser sur soi", "égocentrisme montant", "la narcisse communication" : les commentaires accompagnant la soudaine fortune de ce néologisme rappellent les accusations portées contre les tout premiers portraits photographiques. On se souvient de Baudelaire décrivant, en 1859, "une société immonde se ru[ant] comme un seul Narcisse, pour contempler sa triviale image sur du métal". Il faut bien reconnaître que la forme du néologisme elle-même apporte de l'eau au moulin. Ce diminutif de « self-portrait » induit la représentation d'un « Moi-tout court » qui se mirerait ad nauseam dans les nombreux miroirs tendus par les réseaux sociaux. Close. Untitled. Addiction aux réseaux sociaux: Pourquoi Facebook et Instagram font-ils de nous des losers?

RÉSEAUX SOCIAUX - Sur Facebook et Instagram, on ne montre que les bons côtés de la vie, des morceaux choisis par nos soins.

Addiction aux réseaux sociaux: Pourquoi Facebook et Instagram font-ils de nous des losers?

À quel point cette mise en scène peut-elle impacter négativement ceux qui en sont à la fois les spectateurs et les acteurs? Plages paradisiaques, hamburgers alléchants et soirées déjantées, voilà que ce l’on voit passer en quasi-permanence sur nos timelines Facebook et Instagram. Et pour cause, sur les réseaux sociaux, armes fatales du personal branding, on ne dévoile que ce l’on veut bien et en particulier ce qui est susceptible de faire saliver nos voisins virtuels. Ces mises en scène incessantes, celles des autres mais aussi les nôtres, peuvent-elles nous impacter négativement et nous rendre, au final, malheureux?

Si ça se trouve, cette jeune femme s’emmerde profondément Instagram/sinsuco Le sentiment de solitude du spectateur accentué La vie rêvée des autres… Vivre sans Facebook rendrait plus heureux. Pour vivre heureux, vivons sans Facebook.

Vivre sans Facebook rendrait plus heureux

Des chercheurs du Happiness Research Institute, un organisme danois spécialisé dans la mesure du bonheur, ont mesuré les effets négatifs (en anglais) que le réseau social peut avoir sur la vie des internautes. L'expérience a été menée sur 1 095 personnes vivant au Danemark fin octobre. La moitié d'entre elles n'a pas pu se connecter à Facebook pendant une semaine, tandis que l'autre moitié a continué à utiliser le réseau social comme d'habitude. Les chercheurs ont détaillé les habitudes des utilisateurs et ont montré que 94% d'entre eux utilisaient le réseau social de façon routinière quotidiennement, 78% y restaient au moins trente minutes et 61% y montraient le côté positif de leur vie.

Au début et à la fin de l'expérience, les internautes ont noté leur satisfaction générale entre 1 et 10. La e-dépendance aux réseaux sociaux, ça se soigne.