background preloader

Les comportements addictifs liés à l'usage du numerique

Facebook Twitter

Le numérique occupe une large place de notre génération, en effet nous sommes tous amené à passer par le numérique d'une manière ou d'une autre.

En general, de part notre age et notre experience, notre approche face à l'ère numérique peut être diverse. Il est intéressant d'en comprendre les actions et consequences sur notre vie quotidienne et sur notre corps; la perception mise en avant sur le sujet. Journée sans téléphone mobile : et si on décrochait ? Pour l’expert en comportement Thierry Le Fur, il est indispensable de trouver « les conditions d’un usage adapté ». Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Marlène Duretz Une journée sans téléphone mobile ?

Depuis 2001, Phil Marso, instigateur de la journée mondiale sans téléphone mobile, encourage à réfléchir sur le « mobilou » chaque 6 février, le jour de la saint Gaston – et sans déplaire à Nino Ferrer et à son « téléphon qui son’/Et y a jamais person’ qui y répond ». Autant demander l’impensable et tenir à l’impossible une majorité de détenteurs de ce doudou connecté, que 60 % des Français consultent dans la première heure suivant leur réveil et que 30 % dégainent entre dix à vingt-cinq fois par jour, et 13 % cinquante fois et plus. En considérant que les enfants sont, dès l’âge de 2 ans, derrière les écrans, « nous serons en moyenne connectés plus de cent mille heures, à l’échelle d’une vie, comptabilise Thierry Le Fur. A quoi reconnaît-on une addiction numérique ? Stress numérique.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le stress numérique est la conséquence de l’amplification des mécanismes de stress par un environnement numérique omniprésent : en France le nombre de cartes mobiles (ou cartes SIM) actives (80 millions) [2] [archive] dépasse le nombre de français (66 millions) et au moins trois réseaux sont simultanément disponibles pour plus de 99% de la population. Cette dénomination, intègre le nouveau paradigme numérique (Cf. section 1), auquel est associé le caractère addictif du numérique[1].

Le stress numérique concerne près d'un salarié sur trois [2]. Du stress au burnout ou syndrome d'épuisement professionnel (état d’une personne soumise à des facteurs de stress organisationnels permanents et répétitifs qui altèrent son bien-être et épuisent ses ressources)[3] et d'usages libres aux dépendances numériques (voire à l'association des deux), les enjeux sont multiples. Un nouveau paradigme et de nouvelles dimensions[modifier | modifier le code] Dépendance aux écrans : une addiction de l'ère numérique. Des pratiques en ligne très répandues et parfois addictives... Internet a fait naître de nouvelles modalités d’interaction ludique entre personnes. Les jeux en ligne et les réseaux sociaux connaissent un succès croissant auprès de toutes les tranches d’âge. 69% des 13-19 ans jouent régulièrement à des jeux vidéo (source : Etude Junior Connect, Ipsos Connect, 2015).Désormais, certains préfèrent même les interactions électroniques aux modes relationnels traditionnels.

De véritables addictions liées aux écrans sont ainsi apparues. Elles relèvent des addictions dites "comportementales", comme :- la dépendance aux jeux d’argent et de hasard,- les achats compulsifs,- les addictions alimentaires ou à l’activité physique,- les dépendances sexuelles ou affectives... Comme tous ces comportements, l’usage excessif des écrans empêche la personne touchée de se consacrer à d’autres activités, et tend à provoquer des problèmes relationnels. Quelques repères pour identifier la dépendance aux écrans.

Accro au numérique ? Les nouvelles addictions... - La Gazette de Danièle : Des idées et des Arts... Nous en avons tous un usage régulier, à partir de quel moment pouvons-être considérés comme addicts aux nouvelles technologies ? Comment cette addiction se traduit-elle au quotidien ? Michael Stora : Cela ne se traduit pas tant en terme d’heures passées sur les nouvelles technologies qu’en termes de rupture des liens sociaux réels. L’addiction se manifeste par un décrochage de la vie sociale : refus de participer à des repas de famille, moins de sorties en couple, abandon de ses responsabilités de parent... Pour les enfants cela commence par l’absence de présence au repas du soir et cela peut aller jusqu’à la déscolarisation. Les nouvelles technologies mettent la vie sociale au second plan petit à petit.

Il faut faire le distinguo entre les moments excessifs et l’addiction. Dan Véléa : La « e-dépendance » et le concept de cyberdépendance sont apparus vers le milieu des années 1990. Les premiers écrits sont nord-américains, Ivan Goldberg, suivi en 1996 par mes écrits français. Michael Stora : 21 ans totalement accro aux jeux vidéos - Dépendances. Pascale mundele,bonsoir,es tu toujours là? Votre histoire de vie est très touchante...ton fils est effectivement renfermé en lui meme,comme il enferme ses émotions et ses ressentis. si tu lui parles de votre histoire,dis lui bien que c'est ta vision de ce qui est arrivé qui est forcément subjective,mais que toi tu l'as ressentie ainsi.parce que ton fils,il s'identifie forcément un peu a son père,donc si tu critiques trop son père,il risque de se braquer.tu verras petit a petit,si il arrive a t'en parler lui meme,dans quelle direction tu peux te rendre...si il aime son père envers et contre tout ou si au contraire il le perçoit comme toi. par contre la tristesse refoulée,non exprimée est destructrice...dépressive...el​le provoque des ruminations stériles,ça tourne en rond et les jeunes alors fuient leur réalité émotionnelle dans les jeux vidéos (ou pire,drogues dures,conduite auto destructrice alcool,accident de voiture,problème de nourritures etc etc). bonne soirée.

La cyberdépendance fait l'objet d'une question au ministre de l'éducation. M. Abelin député de Vienne (Nouveau Centre) interroge, par écrit, le Ministre de l’éducation national, Luc Chatel au sujet des mesures gouvernementales pour prévenir la cyberdépendance des jeunes. Le site de l’assemblé national fait mention d’une question publiée au JO le 26 janvier 2010 dont le texte est le suivant : « M.

Jean-Pierre Abelin interroge M. le ministre de l'éducation nationale sur la cyberdépendance des adolescents. L'ordinateur occupe de plus en plus de place dans la vie, il peut devenir un véritable objet d'addiction. Omniprésent, il entraîne de nombreux comportements compulsifs irrépressibles. Au 21 février 2010, le site nosdeputes.fr qui relate cette information affiche que cette question n’a pas encore reçu de réponse. Qui sera responsable des « maladies de la connexion » Que devons-nous apprendre des anxiétés, des obsessions, des phobies, du stress lié à notre connexion ?

C’est la question que pose le designer Fabien Girardin sur le blog du Near Future Laboratory, ce studio de conseil et de design-fiction. A l’heure où nous sommes de plus en plus cernés et saturés par les notifications sociales en temps réel, la connexion permanente livre sa face noire. Vivre dans le village global conduit les plus connectés à éprouver de nouvelles anxiétés, de nouvelles obsessions, de nouvelles phobies et de nouvelles formes de stress, qui sont le symptôme des effets négatifs liés à la manière dont on conçoit les technologies.

Image : Affiche promotionnelle : « les médias sociaux vous font vous sentir comme un gros tas de linge sale en désordre ? Comment améliorer la conception des médias sociaux ? Quels sont les effets de ces surcharges sociales qui s’imposent à nous ? Depuis 2014, la moitié des propriétaires de smartphones visitent un réseau social quotidiennement. Collaborations C2I. Addiction au numérique. Les comportements addictifs liés à l’usage du numérique. "Les comportement addictifs liés à l'usage du numérique"