background preloader

-

Facebook Twitter

La France insoumise et la sortie « inéluctable » de l'UE et de l'euro. En réponse à une tribune de Coralie Delaume et Aurélien Bernier parue dans Marianne, le collectif Citoyens pour un peuple souverain, très lié à la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon, apporte une précision importante quant à la position de la gauche face à l’UE et à ses traités.

La France insoumise et la sortie « inéluctable » de l'UE et de l'euro

Selon le collectif, le plan de sortie « inéluctable » de l’Union européenne et de l’euro est « prêt à l’emploi ». Le déroulé de ce plan de sortie figure d’ailleurs sur le site des universités populaires de la France insoumise et s’articule autour de trois axes : le rétablissement de barrières douanières aux frontières du pays ; le retour au Franc ; un moratoire sur la dette. Jean-Luc Mélenchon : « Je ne veux pas être dans une bataille de bac à sable »

Jean-Luc Mélenchon a donné une longue interview publiée ce dimanche 2 avril dans le JDD.

Jean-Luc Mélenchon : « Je ne veux pas être dans une bataille de bac à sable »

Extraits choisis, avec un montage à ma façon. Meeting de Macron contre meeting de Mélenchon, il n’y a pas photo !! Vous avez été nombreux à me faire suivre le communiqué dont s’est fendue la fille de Mélenchon concernant les « calomnies » dont elle est victime et à travers elle, son père.

Meeting de Macron contre meeting de Mélenchon, il n’y a pas photo !!

Ce communiqué, ne vous en déplaise, ne répond pas à toutes les questions, loin s’en faut. La réalité, quelles que soient vos préférences de cheval, c’est qu’aucun d’eux n’est réellement propre. Pour rester dans la métaphore chevaline, nous pouvons même dire que c’est les écuries d’Augias et qu’un jour, pas si lointain que cela, le vent de l’histoire se chargera de balayer tout cela, les comportements comme les hommes.

Au-delà donc des vicissitudes morales de chacun, bien réelles et différentes aussi, revenons à l’essentiel, à savoir les idées portées et défendues. Souveraineté et Union européenne : l'épine dans le pied du candidat Mélenchon. Un instant ébranlé par l’entrée en campagne de Bruno Hamon, la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle 2017 semble avoir retrouvé sa dynamique..

Souveraineté et Union européenne : l'épine dans le pied du candidat Mélenchon

Mais un sujet de friction continue de retenir une adhésion franche et totale à la France insoumise : la question de la souveraineté et des rapports à l’Union européenne. Sur sa page Facebook, Bruno Guigue demande au candidat de « renverser la table » pour ne pas se résigner à la défaite. En cause, « cette mystification supranationale, cette supercherie néolibérale » qu’est l’UE et que rien ne saurait changer de l’intérieur, même pas le vague “plan B” d’une cinquième puissance mondiale soudainement passée à gauche : « Alors, allez droit au but, et tapez fort !

Vous n’y échapperez pas. Frédéric Lordon, pour qui souveraineté est synonyme de démocratie, c’est-à-dire l’antithèse de la construction européenne, surenchérit sur France culture le 24 mars et détourne le célèbre “There is no alternative” de Margaret Thatcher : « Ah ! Quand le Conseil constitutionnel se fait le gardien des intérêts des grandes entreprises. Le 21 février, la loi sur le devoir de vigilance des multinationales [1] est définitivement adoptée par les députés français.

Quand le Conseil constitutionnel se fait le gardien des intérêts des grandes entreprises

Elle vise à combler ce qui était jusque-là une lacune béante du droit face à la mondialisation : l’impossibilité de poursuivre une multinationale pour des atteintes graves aux droits humains ou à l’environnement occasionnées par leurs filiales ou leur chaîne de sous-traitance. Cette nouvelle législation suscite déjà un grand intérêt au-delà de nos frontières, et les parlementaires et associations qui l’ont portée en France se préparent à mener la bataille au niveau européen. Proposée dès 2012, elle n’a été définitivement adoptée que quatre ans plus tard, en troisième lecture, l’avant-dernier jour de la législature, au terme d’une laborieuse procédure, et malgré un contre-lobbying acharné des milieux patronaux. « L’Afep à tous les tournants » Pour autant, la cause est-elle vraiment entendue ?

Précédents inquiétants. Les retraites restent le sujet brûlant de 2017. Le rétablissement du droit à la retraite à 60 ans avec 40 annuités de cotisation est récurrent dans mes discours.

Les retraites restent le sujet brûlant de 2017

Voter le 23 avril, pour quoi faire. Je reprends volontairement ici le titre du billet de Bruno Guigue publié sur Facebook et vais ici préciser mes propres positions sur la question cruciale du vote en synthétisant nombre d’idées égrenée au fil de mes propres chroniques.

Voter le 23 avril, pour quoi faire

Je partage totalement avec Bruno Guigue le constat qu’aucune révolution politique, aucun progrès social n’est jamais sorti tout seul des urnes. Il leur faut le coup de pouce d’une forte pression populaire due à des événements souvent indépendants du cirque électoral. Trois exemples : Dans ces cas-là, pourquoi sacrifier au rituel du vote, surtout quand celui-ci est aussi ouvertement manipulé par les tenants du pouvoir ? Eh bien, je dirais pour les mêmes raisons qu’avançait le philosophe Pascal pour expliquer sa foi religieuse : parce qu’on a rien à y perdre, et qu’on peut même parfois y gagner. Programme Mélenchon. Table des matières de « L'Avenir En Commun »